Le Musée de l’œuf à Soyans dans la Drôme

musée œuf Soyans

Nota : Le musée a définitivement fermé ces portes récemment. Nous regrettons d’avoir perdu cet élément du patrimoine dans la région.

Qu’est-ce que le musée de l’œuf ?

L’idée du Musée de l’Œuf, tel que nous le concevons, est d’essayer de vous montrer tout ce que cet objet peut représenter.

Lorsque le Musée itinérant se déplace, nous essayons, si assez de place nous est accordée, de vous faire découvrir ce que vous pourriez voir au Musée.

Nous commençons par les œufs de dinosaures

L’hypsélosorus priscus (énorme lézard à crêtes en dents de scie) dans sa grange de pierre venait d’Aix en Provence, a 70 millions d’années, un des derniers (car à 65 millions d’années il n’y en avait plus).

Désirant retrouver des œufs du début de l’ère des dinosaures, nous avons acheté trois coquilles d’œufs éclos (qui ont été rassemblées dans un  » nid  » façonné spécialement pour le Musée), vieilles de 180 millions d’années, trouvées en Mongolie.

Nous ne savions pas comment remonter plus loin dans le temps (il existait des œufs amniotiques mais qui ne sont pas fossilisés).

Un ami, Gilbert Valentin (de Vallauris pays des potiers), nous a offert une céramique qu’il a appelée  » Genèse ».

Il raconte qu’au début du monde, il n’y avait que le ciel, l’œuf et la femme. Il a dessiné un tournesol car c’est la femme qui offre chaleur et couleur, une colombe car elle apporte la paix et ce qui coule sur le côté de la tête, c’est l’intelligence puis l’esprit (c’est éminemment féminin !!!) (Interprétation de Monsieur Gilbert Valentin créateur de la céramique).

Un éminent neurologue, nous a dit que l’intelligence se portait sur les chromosomes X, que la femme est XX et l’homme XY, il semblerait que la femme soit deux fois plus intelligente que l’homme, mais que peut-être, elle utilise deux fois moins cette intelligence, donc égalité !!!

Aux environs de 65 millions d’années disparition des dinosaures. On a retrouvé en Alsace des œufs de crocodile, lézard et tortue fossilisés (45 millions d’années).

Et l’Aepyornis, grand oiseau de Madagascar, disparu au XVIIIème siècle, dont l’œuf très rare (le Musée en possède un reconstitué) était si gros que Marco Polo dans son livre (relation de voyage  » le nomme, l’œuf éléphant.

L’histoire de l’œuf continue en passant par l’Egypte où, dans son symbolisme, il est raconté que l’on devait avoir un œuf avec soi lors de sa mort pour offrir à Osiris comme signe de renaissance. On en a trouvé dans les sarcophages des rois et entre autres dans celui de Toutankhamon, beaucoup d’œufs d’autruches dorés à l’or fin, avec des dessins représentant la vie du roi.

Au Moyen Age, comme on venait d’instituer le carême, il ne fallait pas manger d’œufs pendant cette période. Après quarante jours, à un moment où les poules pondaient beaucoup pour le printemps, on se retrouvait avec une profusion d’œufs, on a donc imaginé de peindre des coquilles et les offrir à Pâques.

C’était aussi le début de l’année.

Il faut attendre 1564 pour que le roi Charles X décrète la nouvelle année au 1er janvier. Le Pape Grégoire ordonne cette nouvelle date dans toute la chrétienté en 1580.

A cette époque les philosophes ont débattu de l’antériorité de la poule et de l’œuf. Ils ont décidé que dans la poule il y avait l’œuf et dans l’œuf la poule, donc dualité, ce qui les ramenait à leur débat  » la dualité de Dieu et de l’homme « .

En 1998 des chercheurs ont trouvé que l’on retrouvé un même schéma moléculaire dans les deux, schéma qui ne se trouve pas dans la faisane et son œuf ou d’autres oiseaux, donc unique pour l’œuf et la poule.

Si l’on pose la question à des paléontologues ils vous répondent qu’il y avait des œufs de dinosaures et qu’il n’y avait pas de poule à ce moment-là : donc l’œuf d’abord.

Les personnes très religieuses vous diront que Dieu a fait les animaux le 5ème jour de la création et qu’il n’a pas eu le temps d’attendre les 21 jours d’éclosion de l’œuf pour avoir la poule et qu’il a dons fait la poule d’abord. Le problème reste entier.

Nous évoquons ensuite :

François 1er, à qui on a offert un œuf dans lequel on trouvait toutes les stations du chemin de croix en miniature.

Puis Louis XIV qui était friand de « vents  » meringues soupoudrées de sucre glace, avait fait peindre des coquilles par Watteau pour les offrir à son entourage.

Louis XVI adorait les œufs à la coque. On venait (convié) au déjeuner du Roi et le voir décalotter sa coquille, ce qu’il faisait, paraît-il, avec dextérité. Et l’on disait  » le Roi mange son œuf « .

Pour les œufs en chocolat il faut attendre le 18ème siècle. Jusque-là le chocolat était trop cher.

Marraine d’honneur du Musée de l’Œuf, Madame Jacqueline de Romilly, membre de l’Académie Française.

Marraine d’honneur du Musée de l’Œuf itinérant, Madame Tatiana Fabergé, arrière-petite-fille de Carl Fabergé.

Le Musée présente une importante iconographie de la vie de Fabergé et de ses fabuleux « Œufs Impériaux ».

Le nom de Fabergé a été déposé et peut fabriquer des copies authentifiées de ces œufs impériaux. Madame Tatiana Fabergé, une amie, nous a offert l’œuf Napoléon, comme cadeau d’ouverture. (Cet œuf a été donné au tsar pour commémorer la victoire de la Russie sur la France.

On peut admirer de nombreux tableaux et spécialement ceux de Madame Coullaud qui peint dans un style différent chaque série de 7 tableaux : 7X7 = 49 (il fallait bien un n’œuf)

 » Entrer et sortir de sa coquille « 

L’œuf battu (hôpital), l’œuf poché et les poches de jean, la diagonale de l’œuf avec : treize à la douzaine, ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, tuer dans l’œuf et l’œuf cocotte.

Bien d’autres artistes ont contribué, par dons d’œuvres, à la richesse du Musée et de ses expositions.

Une composition de 1m50 de diamètre et de 1m80 de haut tout en métal de récupération, petites cuillères, chaînes de vélo, petites dynamos etc…

Un œuf de Pâques avec ruban, sculpté dans du bois de platane.

Des sculptures en pierre, grés et marbre, des maquettes : œufs olympiques, crèches et révolution.

Le Musée possède de très nombreuses coquilles naturelles du plus petit (colibri) au plus gros (autruche) en passant par le bleu foncé de l’émeu d’Australie, le vert tendre aux minuscules points blancs du casoar, le bleu clair de l’ibis, des mouchetés, des tachetés, des allongés comme ceux des crocodiles, des presque ronds comme ceux de certaines tortues.

Puis les œufs d’escargots, qui sont pondu par un orifice dans le cou des mâles et des femelles !!!

L’araignée entoure ses œufs de son fil et fait ainsi de petits cocons, les vers à soie et les coccinelles en pondent de minuscules de couleur blanche, le scorpion, lui, des noirs.

Il y a aussi toute une collection de coquilles anormales, certaines sont vraiment anormales…

Puis il y a des nids de toutes sortes et de toutes formes, le tout petit en mousse, le troglodyte, le grand branchu : le Merle, et une grande photo d’un nid d’aigle impressionnant par son ampleur.

Vous verrez des merveilles de coquilles décorées, sculptées, gravées, découpées, ciselées si finement qu’il ne reste que l’épaisseur du trait de crayon. Peintes, certaines travaillées en boîte à bijoux ou en coffret précieux, en lampes. D’autres, en matière les plus variés, bois, céramique, métal…

 » Le Musée de l’Œuf  » organise des animations pour les enfants, soit avec les écoles, centres aérés, soit en individuel, afin que de nouveaux talents puissent naître. Les enfants adorent cette activité.

Un jardin de sorcière a été créé, plantes au nom vernaculaire : l’herbe aux poux, au savon, à la femme battue, le tison de Satan ou le noisetier des sorcières.

Avec les plus grands, il a été concocté une eau de toilette,  » les larmes des petites sorcières « .

Tous les ans les confitures sont cuites avec les fruits du jardin, avec une petite note originale : Pêche-Vanille, Poire-Cannelle ou Banane-Citron.

Notre gentille sorcière Françou nous a pondu des recettes de cuisine : Œufs mimosa façon gentille sorcière ou Tisane pour endormir la sorcière. Un recueil devrait voir le jour bientôt…

Laisser un commentaire