Histoire des jardins Cișmigiu à Bucarest

Cișmigiu Gardens

Les jardins Cișmigiu ou le parc Cișmigiu sont un parc public situé près du centre de Bucarest, en Roumanie, qui s’étend de tous les côtés d’un lac artificiel. La création des jardins a été un moment important dans l’histoire de Bucarest. Ils forment le plus ancien et, avec 16 hectares, le plus grand parc de la zone centrale de la ville. L’entrée principale se fait par le boulevard Regina Elisabeta, en face de l’hôtel de ville ; une autre entrée importante se trouve dans la rue Știrbei Vodă, près du palais Crețulescu. L’angle sud-ouest du parc est adjacent au lycée Gheorghe Lazăr.

Points de repère

La Rondul Român (« ronde roumaine ») ou Rotonda Scriitorilor (« rotonde des écrivains ») est une ruelle circulaire qui abrite les bustes en pierre de douze écrivains roumains importants : Mihai Eminescu, Alexandru Odobescu, Titu Maiorescu, Ion Luca Caragiale, George Coșbuc, Ștefan Octavian Iosif, Ion Creangă, Alexandru Vlahuță, Duiliu Zamfirescu, Bogdan Petriceicu Hasdeu, Nicolae Bălcescu et Vasile Alecsandri.

Le Monumentul Eroilor Francezi (« Le monument des héros français ») commémore les soldats français morts au combat pendant la campagne de Roumanie de la Première Guerre mondiale. Réalisé en marbre de Carrare, le monument français a été créé par le sculpteur roumain Ion Jalea et a été inauguré le 25 octobre 1922. L’œuvre sculpturale Izvorul Sissi Stefanidi, créée par Ioan C. Dimitriu Bârlad (1890-1964), représente une mère, affligée par la mort de sa fille, versant de l’eau à partir d’une cruche.

Le Monumentul Eroilor Americani (« Le monument des héros américains ») commémore les 378 soldats américains qui sont morts en Roumanie pendant la Seconde Guerre mondiale. La sculpture en granit est l’œuvre de l’artiste Remus Botarro et a été officiellement inaugurée en 2002 par le gouvernement roumain et l’ambassade américaine à Bucarest.

D’autres statues situées sur le site Cișmigiu sont celles du journaliste George Panu, sculptée par Gheorghe Horvath, et de l’écrivain et militante des droits des femmes Maica Smara (1854-1944), sculptée par Mihai Onofrei.

Histoire du jardin

Le parc a été construit en 1847, à l’époque où Bucarest était la capitale de la Valachie, sur un site anciennement connu sous le nom de Lacul lui Dura neguțătorul (le « lac du marchand Dura »), ou simplement sous le nom de Dura. Le bassin qu’il a remplacé était un site de pêche populaire dès le XVIIe siècle, et était habité par des colonies de colverts. Une partie des jardins actuels était occupée par un vignoble, planté autour d’une source d’eau : celle-ci avait été captée lors de l’épidémie de peste bubonique de 1795, lorsque les deux fils du prince Alexandre Mourousis se réfugièrent dans la zone largement inhabitée.

La décision de remplacer le lac a été prise en 1846, pendant une période d’administration impériale russe introduite par Regulamentul Organic. Elle était basée sur une proposition antérieure faite par le gouverneur russe Pavel Kiselyov en 1830, et divers travaux à petite échelle avaient été entrepris pour la première fois en 1837. L’initiative, contresignée par le prince Gheorghe Bibescu, faisait partie d’une série de grands travaux publics, et le plan remonte à 1844. Le 27 février 1845, la zone est devenue propriété publique par un décret princier.

En 1843, Bibescu avait fait appel à des experts en horticulture et en planification pour participer à l’effort de restructuration des jardins de la ville. C’est ainsi que deux citoyens de la Confédération allemande, l’horticulteur Wilhelm Friedrich Carl Meyer et son assistant, le jardinier Franz Hörer, sont arrivés à Bucarest, où leur premier travail a consisté à réaliser les arrangements floraux de chaque côté de Șoseaua Kiseleff. Ils devaient participer au réaménagement de la zone de Dura : Meyer était responsable de la mise en place des nouvelles allées, de la plantation de nouvelles espèces florales, ainsi que de l’aménagement d’un paysage romantique avec des rochers menant au lac. Le lac central était relié à la rivière Dâmbovița par un canal. Les jardins ont finalement été inaugurés le 23 septembre 1847, et Meyer en a été nommé l’administrateur en 1848.

Le parc a été clairement délimité après que Bucarest soit devenue la capitale du Royaume de Roumanie : en 1871, le boulevard Academiei a été étendu à son côté ouest et, en 1890, sous le maire Pache Protopopescu, le boulevard Elisabeta a été créé sur son côté sud. Dans les années 1860, Bucarest a reçu la visite du militant socialiste et philosophe Ferdinand Lassalle, qui a affirmé que « Cișmigiu dépasse de loin tout ce que l’Allemagne a à offrir ».

En 1882, les jardins ont été équipés d’un éclairage électrique. Sept ans plus tard, le lycée Gheorghe Lazăr a été construit dans son coin sud-ouest (il devait être agrandi dans les années 1930). À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, Cișmigiu s’est fait remarquer en abritant le restaurant Thierry, tenu par un Français, et divers photographes amateurs qui réalisaient des portraits à des prix abordables. Le bâtiment situé devant le parc a été attribué à l’hôtel de ville pendant le régime communiste.

D’autres Allemands ont succédé à Meyer dans son poste d’administrateur du jardin : Ulrich Hoffman, Wilhelm Knechtel et Friedrich Rebhuhn. C’est Rebhuhn qui, après 1910, a redessiné de nombreuses parties des jardins pour leur donner leur apparence actuelle.

Le jardin dans la fiction

Cișmigiu, un lieu de rencontre traditionnel pour les bucarestois, est mentionné dans plusieurs ouvrages littéraires. Il s’agit notamment de plusieurs sketchs de Ion Luca Caragiale, dont deux impliquant le personnage collectif Mitică, qui a survécu en référence commune comme un stéréotype de Bucarest. Dans le sketch éponyme de 1900, le volubile Mitică fait notamment référence au licenciement d’un de ses amis, événement qu’il déguise sarcastiquement en promotion pour « chasser les mouches de Cișmigiu ». Dans une autre pièce du même genre, intitulée 1 Aprilie (« Le premier avril »), les jardins sont la scène d’un incident dramatique qui implique la mort d’un autre ou du même Mitică. Un personnage nommé Caracudi, que Caragiale a inventé comme caricature de journalistes inventifs, est montré en train d’élaborer ses articles sensationnalistes tout en se détendant dans différents endroits de la ville, dont l’un est Cișmigiu.

Un roman de Grigore Băjenaru, intitulé Cișmigiu et comp., retrace les événements de la vie des lycéens qui passent une grande partie de leur temps dans le parc.

Le roman « The Great Fortune » (1960), qui fait partie de la trilogie balkanique de l’écrivain anglais Olivia Manning, comporte plusieurs scènes se déroulant dans les jardins.

Vous avez aimé ce contenu ? Aidez-nous à promouvoir notre blog en partageant cet article, merci

Laisser un commentaire