La mosquée Bibi-Heybat, chef d’oeuvre d’architecture à Bakou

mosquée bakou

La mosquée Bibi-Heybat est une mosquée historique à Bakou, en Azerbaïdjan. La structure existante, construite dans les années 1990, est une reconstitution de la mosquée du même nom construite au 13e siècle par Chirvan Chah Farroukhzad II Ibn Ahsitan II, qui a été complètement détruite par les bolcheviks en 1936.

La mosquée Bibi-Heybat comprend le tombeau d’Ukeyma Khanum (un descendant de Muhammad), et est aujourd’hui le centre spirituel des musulmans de la région et l’un des principaux monuments de l’architecture islamique en Azerbaïdjan.

Elle est localement connue sous le nom de « mosquée de Fatima », comme l’appelait Alexandre Dumas lorsqu’il a décrit la mosquée lors de sa visite dans les années 1850.

Histoire de la mosquée Bibi-Heybat

La mosquée a été construite sur la tombe de la fille du septième imam chiite – Musa al-Kazim, qui a fui à Bakou après avoir été persécutée par les califes. Sur le tombeau est gravée sur une pierre une inscription indiquant qu’Ukeyma Khanum appartient à la famille sacrée : « Ici a été enterrée Ukeyma Khanum, une descendante du prophète Muhammad, la petite-fille du sixième Imam Ja’far al-Sadiq, la fille du septième Imam Musei Kazym, soeur du huitième Imam Riza ».

En se basant sur les inscriptions sur le mur sud d’une mosquée, les historiens attribuent la construction à la fin du 13ème siècle. On peut lire une inscription en arabe sur le mur de la mosquée : « L’œuvre de Mahmoud ibn Sa’ad », qui est le même architecte que celui qui a construit la forteresse de Nardaran près de Bakou.

Haji Sheikh Sharif était parmi de nombreux musulmans, enterré près de la mosquée, il est arrivé à Bakou pour répandre le soufisme, et a passé le reste de sa vie dans cette mosquée.

Le célèbre écrivain français Alexandre Dumas, qui a visité la mosquée dans les années 1840, a écrit dans son livre « Le monde » : La mosquée – un lieu de culte pour les femmes stériles, elles viennent ici à pied, pratiquent leur culte, et en l’espace d’un an acquièrent la capacité d’accoucher.

La mention de la mosquée se retrouve également dans les œuvres des explorateurs et voyageurs locaux et européens, tels que les Abbasgulu Bakikhanov, Ilya Berezin, Johannes Albrecht Bernhard Dorn, Nicholas Khanykov et Yevgeni Pakhomov.

En 1911, le patron de Bakou, Alasgar Agha Dadashov, avec l’architecte Haji Najaf, a construit un nouveau bâtiment de la mosquée. La reconstruction du tombeau et de l’ancienne mosquée a également pris une forme cubique.

La destruction de la mosquée

Après l’établissement du pouvoir soviétique en Azerbaïdjan en 1920, les bolcheviks ont commencé à s’en prendre à la religion. La mosquée Bibi-Heybat, la cathédrale orthodoxe russe Alexandre Nevski de Bakou et l’église catholique romaine de l’Immaculée Conception sont devenues des cibles pour le nouveau régime. La mosquée a explosé en 1934 à la suite de la campagne antireligieuse soviétique.

Ce n’est qu’après la destruction de la mosquée, la même année à Moscou, que le gouvernement soviétique a décidé de conserver les monuments architecturaux d’importance historique, tandis que le président d’Azkomstarisa Salamov a été condamné à 20 ans d’exil en Sibérie pour la destruction de la mosquée.

Restauration de la mosquée

En 1994, après que l’Azerbaïdjan ait obtenu son indépendance, le président de l’époque, Heydar Aliyev, a ordonné la construction d’un nouveau bâtiment pour la mosquée Bibi-Heybat, à l’endroit même où elle avait été détruite.

La disposition et la taille du complexe ont été restaurées en 1980 sur la base de photographies prises peu avant l’explosion. Les dossiers de divers voyageurs, notamment le rôle important joué par un petit article de G. Sadig, écrit en 1925, qui décrivait l’état de l’enceinte de la mosquée au milieu des années 1920, ont également joué un rôle clé dans la restauration de la mosquée.

Une cérémonie d’inauguration, à laquelle a assisté le président Heydar Aliyev, a eu lieu le 11 juillet 1997. En mai 1999, l’inauguration de la nouvelle mosquée a eu lieu, tandis qu’un monument à Shirvanshakh Farruhzade et Heydar Aliyev a été dévoilé en 2008.

La mosquée a été reconstruite et agrandie par le décret présidentiel en 2005. De nouvelles salles ont été construites pour assurer le confort des pèlerins.

Architecture

L’ancienne mosquée était située dans la partie sud du tombeau, tandis qu’il y avait un minaret de 20 mètres de haut dans la partie ouest de la mosquée. Plus tard, une crypte et deux niches ont été ajoutées à la mosquée au sud du minaret. Sur les niches figuraient des inscriptions contenant le nom de Fatali Khan, dont la dalle de marbre de la tombe se trouve aujourd’hui au Musée historique d’État d’Azerbaïdjan.

De 1305 à 1313, Mahmoud Ibn Saad a construit les minarets de la mosquée. Le sommet du fil et des stalactites, élevé par un petit pilier, surmonté d’un dôme semi-circulaire de Rebrov. Les minarets de la balustrade étaient ornés de grilles en pierre. Des études graphiques ont montré que la hauteur du minaret était d’environ 22 m.

Le riche intérieur du complexe était décoré d’ornements. L’intérieur de la mosquée comprenait une salle rectangulaire oblongue avec un arc en ogive. Sous le dôme, il y avait un chandelier (shamdan), et un crochet sur lequel il était accroché était entouré de vitraux.

Sur le côté nord du minaret et de la mosquée qui jouxte immédiatement la tombe, il y avait une inscription qui a été découverte par Johannes Albrecht Bernhard Dorn. L’inscription indiquait clairement que ce mausolée avait été construit en 1619 et enterré ici par le cheikh Sharif Sheikh Bin Abid, qui mourut le lendemain après son travail.

Architecture de la mosquée restaurée

La mosquée moderne restaurée est un exemple classique de l’école d’architecture de Shirvan. La mosquée possède trois coupoles, qui ont conservé la forme traditionnelle en tôle ondulée galvanisée de l’ancienne mosquée, et deux minarets. Les dômes sont décorés de miroirs verts et turquoises, qui sont bordés d’inscriptions dorées du Coran. La salle de prière des hommes est située sur le côté sud du complexe, tandis que les femmes – sur le côté nord. Entre les deux se trouve le mausolée.

Les constructeurs ont utilisé des variétés locales de calcaire comme le Gulbaht. À l’intérieur, les murs sont sculptés dans du marbre avec des inscriptions calligraphiques telles que muhaggah, Suls, Jami-Suls, Kufic, kufi-shatrandzh, musalsag, sofa et tugra. Sont également largement utilisées des compositions ornementales telles que islimi, shukyufa, Bandy-Rumi, zendzhiri Selcuk (chaîne seldjoukide), Shamsi, Jafari et Achma-yumma.

La mosquée a été conçue par l’architecte azerbaïdjanais Sanan Sultanov.

Laisser un commentaire