La piscine des Amiraux à Paris, chef d’œuvre d’architecture art déco

Piscine des Amiraux


La piscine des Amiraux, merveille d’architecture Art déco qui fut en chantier de rénovation depuis juillet 2015, et dont la réouverture a eu lieu en novembre 2017 fascine depuis toujours les amoureux d’architecture. Quelques privilégiés ont eu l’occasion d’arpenter l’établissement la veille afin d’apprécier la transformation du lieu.

La piscine des Amiraux Paris 18e

La piscine des Amiraux, chef d’œuvre d’architecture Art déco située 6, rue Hermann Lachapelle dans le 18e arrondissement de Paris à subit un chantier à la hauteur de l’envergure patrimoniale du lieu. Avant que les particuliers et scolaires ne la prennent d’assaut, riverains et curieux ont eu la chance de faire leurs premiers pas autour du bassin lors d’une visite de la piscine des étages aux entrailles, en passant par les nouveaux vestiaires, accompagnés par le personnel de l’établissement. Cette visite a été l’occasion pour eux d’arpenter les impressionnants coulisses du système de filtration rénové dans les sous-sols du bâtiment.

Le bâtiment, classé Monument historique depuis 1991, a fermé ses portes en août 2015 pour que commence le vaste chantier de rénovation voulu par la Ville de Paris dans le cadre du plan Nager à Paris. Une rénovation qui s’est déroulée sous la houlette de l’architecte François Chatillon et dont le coût s’est élevé à 16,5 millions d’euros. Le bassin de 33 mètres a été intégralement détruit puis remplacé, la verrière historique rénovée, le système thermique recréé, le carrelage des plages et les cabines refaits, la décoration restaurée.

La piscine fut construite de 1927 à 1930 au cœur d’un ensemble de logements HBM construits en gradins et fut la première piscine parisienne à disposer d’un système de traitement de l’eau. Comptant parmi les plus anciennes piscines de Paris, elle est une des plus belles réalisations de l’architecte Henri Sauvage, féru de style Art déco tardif. Les mises aux normes dans les années 1980 et 1990 n’ont pas suffi à endiguer la dégradation de l’établissement. À la vétusté grimpante s’est greffée au fil des années une altération de l’architecture et de la décoration originelles.

Les mécontentements semblent inévitables. Une vieille dame présente à la visite, habitante de l’un des logements de l’édifice pyramidal construit par Henri Sauvage, raconte : « Moi, j’ai appris à nager dans cette piscine. J’ai supporté deux ans et demi de travaux, et si vous regardez de près, le carrelage, les cabines, ce n’est pas du neuf ! Tout ça pour ça. » Pour d’autres, la visite a permis des retrouvailles heureuses et l’admiration devant le travail de rénovation du monument ayant recouvré son lustre originel. L’occasion d’apprécier pleinement la beauté du lieu, ses airs de paquebot, avec ses hublots et ses deux niveaux de couloirs encadrant le bassin.

Un chef d’œuvre de compétences techniques

Réaliser de tels travaux nécessitent de nombreuses compétences, tant du point de vue de ceux qui ont réalisé les travaux que de ceux qui ont conçu cette rénovation. En effet, il s’agit à la base d’un monument historique et en pareil cas les architectes des bâtiments de France ont leur mot à dire et surtout ils peuvent faire modifier un projet s’ils estiment que celui-ci n’est pas dans les clous. Aussi les participants à ce projet ont dû justifier de connaissances théoriques et techniques approfondies en architecture, mais pas uniquement. En effet, il faut une bonne formation en design mais aussi de bonnes connaissances dans les arts et l’architecture, l’histoire de l’art y compris. Si participer à un tel projet est très certainement présent dans la tête de nombreux professionnels, il faut une bonne formation à la base.

Une prépa art et design pour accéder aux plus prestigieuses écoles et faire carrière

On ne peut que convenir que cette piscine est une véritable œuvre d’art et qu’il faut nombre de compétences pour arriver à pareil résultat. S’il est vrai qu’il faut du talent pour réaliser et ou superviser un tel chantier, cela demande aussi des connaissances, qui elles, s’acquièrent dans des écoles spécialisées. Or, entrer dans des grandes écoles d’art et de design n’est pas simple et il convient de mettre toutes les chances de son côté pour être sélectionné. Ainsi, il peut être opportun de suivre une prépa afin d’avoir un dossier solide lors des sélections. Et assister à des portes ouvertes, même virtuelles comme sur le site https://www.made-in-sml.fr permet de s’informer utilement sur le cursus pour y arriver. Ceci permettra de voir concrètement ce que ce type d’études apporte et les débouchés qui peuvent s’offrir aux étudiants. Enfin, cela permet de mettre une corde de plus à son arc pour être bien armée pour la suite.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.