Le rôle de l’architecture dans la lutte contre le réchauffement climatique

img-rechauffement-architecture-climatique-contre


Le bâtiment, c’est 39 % d’émission de gaz à effet de serre. En Europe, on parle de 23 %. Les métiers de la construction et particulièrement l’architecture jouent donc un grand rôle dans la lutte contre le dérèglement climatique. Découvrez avec Fondarch en deux points les réponses face à cet enjeu de protection de notre écosystème planétaire.

Le choix de matériaux de construction biosourcés

Une faible isolation est l’un des principaux canaux par lequel, vos bâtiments induisent d’importantes pertes d’énergie. Pour y remédier, les architectes orientent leurs actions vers le choix de matériaux de construction durables. En lieu et place de l’acier ou du béton par exemple, ils optent ainsi pour les matériaux biosourcés. Ces derniers permettent en effet d’obtenir des logements et locaux bien isolés.

Naturels et recyclables, les matériaux biosourcés sont issus de la biomasse végétale ou animale. L’utilisation de ces matériaux de construction réduit considérablement l’émission de gaz à effet de serre. La qualité environnementale de vos locaux s’améliore ainsi, ce qui favorise un intérieur sain et confortable.

Les bâtiments construits avec des matériaux recyclés et durables offrent d’excellentes performances thermiques. Ils laissent aussi de très faibles empreintes carbone. C’est donc un excellent choix qui garantit une meilleure isolation thermique pour votre habitation en limitant les déperditions énergétiques.

Différents matériaux biosourcés s’utilisent par les architectes pour des bâtiments résilients au réchauffement climatique. Vous avez, notamment, la laine de mouton, de chanvre ou de coton, le liège ainsi que la ouate de cellulose. Pour les façades, des éléments favorisant une entrée maximale de la lumière naturelle.

En cela, pendant la conception des plans de bâtiments, les architectes privilégient les fenêtres orientées vers le sud. Il y a également les puits de lumière, les cloisons vitrées ainsi que la préférence pour les couleurs claires.

L’adoption des énergies renouvelables et des bâtiments végétalisés

Les systèmes d’énergie traditionnelle constituent un grand acteur du dérèglement de l’environnement. Avec une forte empreinte carbone, ils privilégient la production d’importantes quantités de gaz à effet de serre.

C’est pourquoi l’architecture a opté pour des énergies renouvelables. Les architectes recommandent ainsi pour les bâtiments en construction ou à rénover de l’électricité renouvelable. Vous aurez le choix entre l’énergie solaire photovoltaïque et une micro-éolienne.

Quant à la chaleur, elle peut aussi être renouvelable grâce à la géothermie, l’aérothermie, le solaire thermique ou la chaudière bois. Il existe aussi des systèmes de récupération de la chaleur issue des eaux usées. L’énergie mixte prend par ailleurs en compte la coproduction de biogaz ou de bois et le solaire hybride.

La grande tendance en architecture aujourd’hui, ce sont les toits verts. Ces derniers jouent en effet un important rôle dans la lutte contre le réchauffement climatique. Ils réduisent considérablement l’empreinte carbone des bâtiments en absorbant le CO2 présent dans l’air. Les murs végétalisés permettent quant à eux de réguler la température de votre habitation.

Les besoins en climatisation puis en chauffage du logement diminuent ainsi de façon drastique. La quantité d’eau de pluie qui ruisselle dans les égouts se réduit aussi considérablement. Les façades et toitures embellies par de la végétation absorbent en effet l’eau de pluie puis la libèrent lentement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.