César Manrique, sa vie et son oeuvre

César Manrique

César Manrique est né le 24 avril 1919 à Arrecife, Lanzarote, Espagne, et mort le 25 septembre 1992 à Tahíche, Lanzarote. De son nom complet : César Manrique Cabrera, il était un peintre, architecte, sculpteur et environnementaliste espagnol des Canaries de Lanzarote qui eut une influence décisive sur l’image de l’île volcanique.

Biographie de César Manrique

Manrique a grandi à Puerto Naos, le vieux port d’Arrecife, près de la lagune de San Ginés, comme fils de l’agent commercial Gumersindo Manrique et de son épouse Francisca Cabrera. Carlos, le frère de Manrique, vit à Lanzarote. Il a également une sœur Juana et une sœur jumelle Amparo. Manrique a fréquenté l’école à Lanzarote. Pendant la guerre civile espagnole (juillet 1936 à avril 1939), il a combattu comme volontaire aux côtés des putschistes de droite Francisco Franco. Il a ensuite étudié le génie civil à l’Université de La Laguna à Tenerife. Grâce à des magazines apportés par son père lors de voyages d’affaires, il découvre très tôt les œuvres de Pablo Picasso, Henri Matisse et Georges Braque. Manrique a passé les vacances d’été en famille dans le nord-ouest de Lanzarote à Caleta de Famara, un petit village de pêcheurs. La côte escarpée et les conditions météorologiques changeant rapidement avec leurs jeux de couleurs changeants sur les rochers l’ont impressionné dans sa jeunesse. Déjà en 1942, à l’âge de 23 ans, il expose pour la première fois comme artiste à Arrecife.

A partir de 1945, il fréquente l’Académie des Beaux-Arts de Madrid, où il obtient en 1950 une maîtrise en dessin et peinture. A Madrid, il a rencontré Pepi Gómez, avec qui il a eu une relation étroite pendant plus de 18 ans jusqu’à ce qu’elle meure d’un cancer en 1963.

Avec d’autres artistes aux vues similaires, Manrique devient un pionnier de l’art d’avant-garde et ouvre la première galerie d’art non figuratif d’Espagne, Fernando Fé, à Madrid en 1954.

En 1964, il utilise une bourse de l’International Institute of Art Education pour étudier l’art américain. À New York, il est représenté exclusivement par la Galerie Catherine Viviano avec trois expositions personnelles. La rencontre avec l’expressionnisme abstrait, représenté par des artistes tels que Jackson Pollock et Mark Rothko, ainsi que le Pop Art (Andy Warhol, Robert Rauschenberg), la Nouvelle Sculpture (César, John Chamberlain) et l’Art cinétique a été d’une grande importance pour le développement de son œuvre.

En 1968, il retourna finalement à Lanzarote et décida de transformer son île natale en l’un des plus beaux endroits du monde. Pour ce plan, il a pu gagner la confiance de Pepin Ramírez, un vieil ami de la famille, qui était maintenant président du gouvernement de l’île. Le plan prévoyait de n’autoriser que l’architecture traditionnelle de Lanzarote, d’abandonner plus de deux étages de bâtiments et de retirer toutes les affiches publicitaires des rues de l’île. En 1968, le gouvernement a interdit la publicité sur les piles. Manrique lui-même traversa l’île pour convaincre la population du style architectural Lanzarote. La même année, le Monumento del Campesino a été construit à l’embranchement Mozaga/San Bartolomé, composé d’anciennes citernes d’eau potable blanchies à la chaux des bateaux de pêche désaffectés. Avec l’artiste et ami Luis Ibañez, il achète une vieille maison à Yaiza, l’une des trois maisons encore debout après les éruptions volcaniques de 1730 à 1736. Après avoir d’abord envisagé de l’utiliser comme studio, il l’a transformé en restaurant « La Era » en 1970.

Lors d’un voyage à Tahíche en 1970, Manrique découvre un figuier dont la pointe verte dépasse d’un courant de lave noire solidifiée. Il a décidé de construire sa maison sur ce site. Les propriétaires de la terre ne voulaient pas être payés parce qu’ils pensaient qu’elle ne valait rien, et ils ont même demandé à Manrique de prendre autant de terre qu’il en avait besoin. En construisant la maison, l’artiste a découvert un total de cinq grottes de lave, qu’il a agrandies et transformées en divers espaces de vie. Sa fondation a été créée ici en 1982. En 1974, Manrique a ouvert le centre culturel polyvalent El Almacén à Arrecife, un lieu de rencontre international pour les amateurs d’art. La Galerie d’art El Aljibe devait permettre aux artistes d’exposer pour la première fois leurs œuvres à Lanzarote. En 1988, Manrique s’est installé dans une ferme qu’il avait reconstruite à Haría, qui est un musée depuis 2013.

Le 25 septembre 1992, Manrique est décédé à environ 45 mètres de sa fondation à Tahíche dans un accident de la circulation dont il était responsable. Aujourd’hui, il y a un rond-point sur le lieu de l’accident où se trouvent les carillons à vent Tahíche créés par Manrique. Manrique a été enterré dans le cimetière de Haría avec une grande participation de la population.

Manrique a eu de nombreux contacts avec des personnalités connues. Il a donc cottoyé Nelson Rockefeller, Rita Hayworth, Hussein I et d’autres. (Jordanie), le Premier ministre espagnol Felipe González, Luis Ibañez, Andy Warhol, Barbara Rosse et Alfredo Kraus.

Manrique était responsable du fait que le tourisme de masse sur Lanzarote se déroulait sur des parcours modérés. C’est pourquoi le gouvernement de l’île l’a déclaré à titre posthume « fils préféré de l’île » en septembre 1995, exprimant ainsi sa gratitude pour l’œuvre de l’artiste. En même temps, le gouvernement de l’île s’est engagé à poursuivre le chemin de Manrique à l’avenir.

Sa fondation : Fundación César Manrique

La Fondation César Manrique a été fondée par Manrique et un groupe d’amis en 1982 et officiellement inaugurée en mars 1992. La Fundación est une fondation culturelle privée, financièrement autonome, à but non lucratif, créée dans le but de promouvoir et de diffuser l’activité artistique et son environnement naturel et culturel. Pour atteindre ses objectifs, la Fondation Manrique développe des programmes d’échanges dans les domaines de l’art, de l’environnement et de la culture. La fondation n’est pas seulement destinée à servir de forum pour des expositions, mais aussi pour des études et des débats. Il s’occupe de la préservation, de la recherche et de la diffusion de l’œuvre de Manrique.

Aujourd’hui, la Fondation est hébergée dans la Maison de l’Artiste et les bâtiments de la ferme associés. L’ensemble du complexe a été entièrement redessiné par Manrique lui-même pour l’adapter à sa nouvelle fonction de musée.

Ses récompenses

  • 1978 : Prix mondial de l’écologie et du tourisme, Berlin, Allemagne
    • Grand-Croix de la fonction publique pour son action en faveur de l’environnement, remise par le Roi Juan Carlos I, Espagne
  • 1981 : Prix Mönchehaus pour l’art et l’environnement, Goslar, Allemagne
  • 1982 : « Netherlands Laureate Van D´Abeod », Pays-Bas
  • 1986 : Prix Europa Nostra, Parlement européen
  • 1989 : Nomination comme membre du Comité espagnol « L’homme et la biosphère », UNESCO
    • Prix des Beaux-Arts, Gouvernement des Canaries
    • Prix Fritz Schumacher du TH Hanovre, Allemagne

Son art

Manrique comprenait l’art comme un lien harmonique étroit entre l’homme et la nature. L’association des amas de cendres et des champs de débris, que de nombreux touristes associent à la stérilité de l’île volcanique de Lanzarote, a déplu à Manrique toute sa vie. Il avait le sentiment que son pays natal était une beauté naturelle sauvage et vivante, qu’il voulait transformer en une attraction touristique spéciale. Manrique a conçu plusieurs attractions touristiques pour Lanzarote et les îles voisines.

La caractéristique principale de son art architectural est l’intégration de la roche, de la pierre et des coulées de lave solidifiées dans un espace de vie harmonieux. Il a souvent utilisé les matériaux naturels non traités en contraste avec les formes rondes, douces et faites à la main. Les couleurs noires et grises (pierre de lave) et blanc (chaux et vernis) sont souvent présentes. L’atmosphère de ces espaces artistiques est généralement accompagnée d’une musique sensuelle et méditative. À l’extérieur des pièces, Manrique a également installé de grands carillons sur des îlots de circulation, qui ont été déplacés par les vents alizés.

Manrique s’est d’abord considéré comme un peintre. Il est considéré comme un pionnier dans le mouvement espagnol de l’art abstrait et un pionnier du surréalisme. La simplicité et la clarté de ses peintures et de ses œuvres architecturales reprennent la symbiose de l’homme et de la nature et illustrent la beauté de la nature de multiples façons. Il a laissé la nature telle qu’elle était et a seulement essayé d’encadrer sa beauté artistiquement afin de l’accentuer pour que d’autres personnes puissent l’apprécier. La citation Dessiner avec une liberté absolue, sans peurs et sans recettes, réconforte l’âme et ouvre la voie à la joie de vivre, illustre sa joie de vivre et son attitude à vivre sans compromis et à réaliser ce qu’il pense.

Ses travaux

Sur Lanzarote

  • Casa Museo del Campesino (ferme à l’architecture typique de Lanzarote)
  • Monumento del Campesino (Monument sur le centre géographique de Lanzarote, en l’honneur des agriculteurs de Lanzarote qui ont découvert que les grains de lave sont poreux et avec eux la rosée peut être absorbée pour irriguer les champs, voir Lanzarote. Le monument se compose de réservoirs d’eau de bateaux de pêche abandonnés.)
  • LagOmar, à Nazaret (domaine encastré dans une carrière volcanique, conçu avec Jesús Soto, commandé par l’agent immobilier anglais Sam Benady), selon la légende Omar Sharif l’aurait acheté et perdu le même jour dans le bridge.
  • Mirador del Río (construit en 1973, point de vue sur la falaise de Famara, dominant les îles voisines de La Graciosa, Montaña Clara, Alegranza, Roque del Oeste et Roque del Este. Il se trouve là, là où se trouvaient autrefois les canons, et aujourd’hui encore un peu plus au nord, qui y ont été installés à la fin du 19ème siècle pendant la guerre entre les Etats-Unis et Cuba).
  • Jameos del Agua (salle de concert, ouverte en 1977, pouvant accueillir 600 personnes dans une grotte de lave ; un lagon à l’intérieur d’une grotte de lave abrite une espèce d’écrevisse albinos aveugle qui ne vit actuellement qu’à 2000 mètres de profondeur sur le fond marin)
  • Jardin de Cactus (jardin de cactus, dont les fondations ont été posées dès 1977, avec plus de 1100 espèces de cactus différentes dans le village de Guatiza dans une carrière abandonnée)
  • Taro de Tahíche (résidence Manrique construite dans cinq bulles de lave, qui abrite aujourd’hui la Fundación César Manrique, une fondation artistique qui abrite de nombreuses œuvres de l’artiste et de Picasso, Miró, Tapiés, Jesús Soto et Zobel)
  • El Diablo (restaurant dans le parc national de Timanfaya, entouré de volcans en activité, également connu sous le nom de Montañas del Fuego (Montagnes de feu), avec barbecue au-dessus d’un air volcanique)
  • Museo Internacional de Arte Contemporaneo (Musée International d’Art Contemporain, situé au Castillo de San José, qui abrite des tableaux de Miró, Millares, Mompó, Óscar Domínguez, Gerardo Rueda, Eusebio Sempérez, Augustín Cárdena et Manrique lui-même)
  • 1974 : El Almacén (ancien centre culturel polyvalent d’Arrecife, aujourd’hui Département culturel du Conseil de l’île)
  • 1977 : Jardin et piscine de l’hôtel 5 étoiles Las Salinas à Costa Teguise
  • El triunfador (1990 près de la Fundacion César Manrique, sculpture en fer)
  • BMW 730i transformée en BMW Art Car (1990, Manrique thématise différentes idées de mouvement) : « C’est pourquoi mon idée était de concevoir la voiture de telle manière qu’elle donne l’impression de glisser dans l’espace sans aucune résistance ». Des lignes généreusement incurvées, typiques aussi de son architecture, et des couleurs vives associent un mouvement souple.)
  • Juguetes del viento (1992, carillon au milieu d’un rond-point à Arrieta)

Près de Lanzarote

  • Lago Martiánez (1971, piscines d’eau de mer, sur la côte nord de Tenerife à Puerto de la Cruz, à travers elles Puerto de la Cruz a beaucoup gagné en attractivité touristique, puisque les possibilités de baignade naturelle étaient jusqu’alors assez dangereuses pour les touristes)
  • La Vaguada (1983, centre commercial à Madrid)
  • Drapeaux spatiaux pour le centre astrophysique « Roque de los Muchachos » à La Palma (1985)
  • La Peña (1989, point de vue d’El Hierro)
  • Mirador del Palmerejeo (1989, point de vue sur La Gomera)
  • Mirador de Morro Velosa (1997, le belvédère a été achevé par l’architecte Blanca Cabrera Morales et construit avec l’administration Cabildo de Fuerteventura d’après les croquis et projets d’un manoir canarien par César Manrique. Fuerteventura)

Laisser un commentaire