Comment fabriquer un attrape-rêve ?

attrape rêve


L’attrape-rêve est devenu très populaire auprès des enfants pour les aider à mieux dormir. Comme l’indique son appellation, cet accessoire a pour but d’attraper les rêves, ou plutôt les cauchemars des enfants pour les en débarrasser. Si on en trouve plusieurs modèles dans le commerce, il est toujours préférable de fabriquer son propre attrape-rêve. Mais avant, il convient de comprendre l’origine et le symbolisme qui se cache derrière cet objet.  

Attrape-rêve : Les origines

Il existe toute une croyance derrière l’utilisation de l’attrape-rêve, en rapport direct avec ses origines. Également appelé « dreamcatcher », l’objet artisanal est originaire d’Amérique, plus précisément il est issu de la culture amérindienne. Les légendes autour de ses origines, c’est-à-dire ce qui a motivé sa création, sont nombreuses. La plupart des tribus amérindiennes ont leur propre version à ce sujet. 

Légende 1

D’après l’une de ces légendes, un chasseur amérindien, parti à la recherche de nourriture pour sa famille, s’est aventuré dans une grotte. Il tomba alors sur une bête monstrueuse dont la vision le hanta toutes les nuits pendant son sommeil. Pendant longtemps, il fut incapable d’avoir le sommeil tranquille à cause des cauchemars. 

Épuisé par ses nuits agitées, l’homme alla se réfugier une nuit sous un arbre où il réussit finalement à s’endormir. Le lendemain à son réveil, il s’étonna d’avoir dormi paisiblement, et cela, sans avoir fait de cauchemar. Levant le regard, il s’aperçut qu’il s’était endormi sous une toile d’araignée avec des gouttelettes de rosée du matin qui perlaient dessus. 

Lorsqu’il rentra au village, il raconta son expérience aux villageois et leur dit comment il avait été protégé de ses mauvais rêves grâce à la toile d’araignée qui, selon lui, aurait agi comme un filtre. La tribu a alors essayé de reproduire cette toile d’araignée en la parant de perle et de plumes. 

Légende 2

Si l’on s’en réfère à une autre légende, l’idée de l’attrape-rêve est venue du désir des sages et des anciens de protéger les membres de la tribu. Ceux-ci étaient sujets à des cauchemars qui agitaient leurs nuits et polluaient leur esprit. Ensemble, ils ont décidé de réfléchir à un moyen efficace de protéger des mauvais rêves. 

C’est dans cette quête que le chef de la tribu vit dans une vision la toile tissée à l’intérieur d’un cercle en saule, incrustée de perles et de plumes. Ensemble, tous les membres de la tribu se sont attelés à faire de ce rêve une réalité. 

Légende 3

Il existe également une 3e légende sur les origines de l’attrape-rêve. Considéré comme le créateur de la des hommes et de nature selon la culture amérindienne, le Grand Esprit a l’habitude d’apparaître en prenant la forme d’animaux divers. Selon cette 3e légende, un sage était allé au sommet d’une montagne et le Grand Esprit lui apparut en ayant revêtu la forme d’une araignée. 

Cette araignée s’est alors mise à tisser une toile, lui détaillant une théorie qui voudrait que les hommes fussent influencés par des forces positives et négatives. Une fois la toile achevée, l’araignée l’offrit au sage indien. Selon le Grand Esprit, elle lui serait utile au moment de prendre les décisions importantes, car elle avait la capacité de filtrer les bonnes et les mauvaises idées. Après être retourné au sein de sa tribu, il parla à son peuple de cette puissante révélation et c’est ainsi que fut créé l’attrape-rêve. 

L’attrape-rêve : entre légende et réalité

L’attrape-rêve est principalement utilisé comme filtre pour se protéger pendant le sommeil. S’il peut être utilisé par tous, l’attrape-rêve est avant tout un objet artisanal utilisé pour les enfants. 

attrape rêves

Selon les pouvoirs qu’on lui attribue, l’attrape-rêve empêche ceux qu’il protège d’être envahis par les cauchemars qu’il filtre pour ne laisser passer que les rêves. Ainsi, en accrocher dans la chambre de votre enfant est un excellent moyen de le rassurer, notamment s’il est sujet à des cauchemars. Ça peut aider à l’endormissement le soir. 

Aujourd’hui, l’attrape-rêve s’est considérablement démocratisé. Sa fabrication n’a plus réellement rien à voir avec ce qu’en disent les légendes amérindiennes. La plupart de ces objets vendus dans le commerce sont fabriqués de manière industrielle. Désormais utilisé comme un objet de décoration dans la plupart des cas, il ne revêt plus une dimension spirituelle. 

Pourquoi fabriquer son attrape-rêve ? 

Bien entendu, il serait plus simple d’acheter votre attrape-rêve dans le commerce. Tout l’intérêt d’en fabriquer un vous-même réside dans le fait que cela vous donne l’avantage de l’originalité et de l’unicité. Il est à votre image et vous êtes sûr qu’il ne s’agit pas d’un modèle reproduit à la chaîne. 

D’autre part, fabriquer son attrape-rêve redonne à l’objet toute son authenticité. Rappelez-vous ! Les tribus amérindiennes fabriquaient elles-mêmes leur attrape-rêve. Il s’agit donc de respecter les anciennes traditions. 

Par ailleurs, fabriquer son attrape-rêve soi-même comporte une dimension énergétique, voire spirituelle. En effet, l’objet est censé avoir une portée sacrée qui lui donne justement le pouvoir de filtre de cauchemars. Un modèle qui serait industriellement préfabriqué subit les influences de plusieurs énergies différentes provenant des personnes ayant participé à sa fabrication, son emballage ou son transport. Selon la coutume amérindienne, les seules personnes qui ont le droit de toucher l’attrape-rêve, c’est d’une part, elle qui l’a fabriquée et d’autre part, celle à qui il est destiné. 

Fabriquer un attrape-rêve : le matériel

Il n’y a rien de plus simple à faire qu’un attrape-rêve dès lors que vous avez le matériel nécessaire. Chacun de ces éléments doit être choisi avec soin. 

L’anneau ou le cerceau

C’est sur l’anneau que se construit toute la structure de l’attrape-rêve.  À l’origine, l’anneau qui sert de base au dreamcatcher est généralement en bois. Si le saule est le bois le plus utilisé, il est aussi possible de choisir du bambou.

De plus en plus, on trouve des modèles d’attrape-rêve avec des anneaux en métal, notamment des cercles pour abat-jour ou des cercles à broder.

En ce qui concerne la forme de l’anneau, il est généralement rond, quoi que vous en trouviez aussi en forme de cœur. 

Le ruban 

Le ruban est l’un des éléments les plus importants de l’attrape-rêve. En ce qui concerne la matière, le choix vous revient. Dans le commerce, vous trouverez bien les modèles tels :

  • des rubans en satin ;
  • des rubans en dentelle ;
  • des rubans en soie ;
  • des rubans en velours ;
  • des rubans en organdi ;
  • des rubans fantaisie ; 
  • des rubans galons ;
  • des rubans spaghetti, etc. 

Pour le choix de la couleur ou de la largeur, c’est une question de goût personnel. Vous pouvez décider d’acheter des rubans à couleur unie ou des rubans à motifs. Les attrape-rêves peuvent être très différents en fonction du type de rubans. 

Le fil 

Traditionnellement, l’attrape-rêve est fabriqué avec du fil en laine. Il est aussi possible d’utiliser un fil en coton. Sur les modèles les plus élaborés, c’est du fil à broder qui est utilisé, notamment du fil en daim, en cuir ou en métal. De la cordelette de papier ou de la corde peuvent aussi servir dans ces cas. 

Les plumes

Destinées à embellir l’attrape-rêve, les plumes font partie intégrante de sa fabrication. En ce qui concerne leur choix, il doit se faire au niveau du matériau d’une part et d’autre part, au niveau de la couleur. 

En effet, dans le commerce se trouvent des plumes synthétiques. Les plumes naturelles, beaucoup plus chères, les plumes naturelles sont des origines diverses. Elles peuvent provenir de vrais oiseaux (aigles, autruches, etc.).

Pour la couleur, on estime que le blanc symbolise la pureté et qu’il convient donc à ce genre d’usage. Cependant, si vous voulez avoir un dreamcatcher coloré, il faudra opter pour des modèles colorés. 

Les perles

Sur l’attrape-rêve, les perles sont insérées à deux niveaux. La plus grosse se place au centre de la toile pour représenter l’araignée et les plus petites sont censées représenter les gouttes de rosée.

Suivant ce symbolisme donc, les perles doivent être rondes ou ovales, même si pour un attrape-rêve plus fantaisiste, certains préfèrent aussi utiliser des perles de formes triangulaires ou carrées. 

Pour le choix de la matière des perles, il y a le verre, le bois, le nacre, la céramique, etc. Par contre, si vous tenez à fabriquer un attrape-rêve authentique, vous pouvez récupérer des perles de bijoux anciens.

Les coquillages

Pour avoir un dreamcatcher original, il faut associer aux perles d’autres petites décorations comme des coquillages. Un petit tour à la plage suffit pour en ramasser de toutes les formes et de toutes les tailles. Sinon, vous pouvez toujours en commander sur internet. 

Les autres matériels

En plus de différents éléments susmentionnés, il vous faudra un mètre, une paire de ciseaux et de la colle. 

Fabriquer un attrape-rêve : les étapes

Avez-vous réussi à rassembler tout le matériel ? Il est temps de passer à la fabrication de votre attrape-rêve. 

Étape n°1 : Attacher le ruban

En fonction de la taille de votre anneau, mesurez environ 1 m de ruban. En faisant des spirales, recouvrez l’anneau avec le ruban jusqu’à ce qu’il n’en reste plus aucune partie visible. Prenez le soin de laisser la première extrémité dépasser pour faire un nœud final. Une fois que tout a été bien recouvert, vous revenez au point de départ. Attachez les deux bouts de rubans de sorte à former un nœud coulant d’environ 20 cm de diamètre qui servira à suspendre l’attrape-rêve. Il suffit de passer une perle pour cacher le nœud ;   

Étape n°2 : Tisser le fil

L’étape suivante consiste à tisser le fil autour de l’anneau. Il faut un fil suffisamment long d’environ 2 mètres si c’est un anneau de taille moyenne. Choisissez un point fixe sur l’anneau et faites-y un nœud avec le fil. 

Ensuite, faites passer le fil de laine une première fois par l’extérieur de l’anneau et faites-le ressortir par l’intérieur. Normalement, le fil doit former un nouveau nœud simple autour de l’anneau à 5 centimètres à peu près du premier point. Tirez bien sur le fil pour le tendre. À chaque tour, insérez des perles pour former les gouttelettes de rosée. Reprenez l’opération sur tout le reste de l’anneau jusqu’à en arriver au point de départ. 

À ce niveau, refaites les nœuds suivant le même principe, mais cette fois-ci, en enroulant le fil autour du précédent tissage. En fonction de la taille de l’anneau, il faudra entre 2 et 3 tours pour réussir le tissage. Avant de former le nœud final, insérez la plus grosse perle représentant l’araignée au centre de la toile. 

Étape 3 : Accrocher les tentacules 

Ruban, perles, plumes, coquillages, c’est le moment de les suspendre. Pour cela, il suffit de former des bouches autour de l’anneau avec des rubans. Enfilez les perles sur un fil, puis alternez avec des coquillages et autres bijoux. Terminez avec un nœud et attachez le fil sur l’anneau. Pour les plumes, il faudra vous servir de la colle. 

Votre attrape-rêve est prêt ! Vous pouvez l’accrocher où vous voulez. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.