Hokusai, La Grande Vague de Kanagawa

La grande vague de Kanagawa

La Grande Vague de Kanagawa de Katsushika Hokusai est devenu l’une des œuvres d’art les plus célèbres au monde et sans doute l’œuvre la plus iconique de l’art japonais. Au départ, des milliers d’exemplaires de cette estampe ont été rapidement produits et vendus à bas prix. Bien qu’elle ait été créée à une époque où le commerce japonais était très restreint, l’estampe d’Hokusai montre l’influence de l’art néerlandais et s’est avérée inspirante pour de nombreux artistes travaillant en Europe plus tard au XIXe siècle.

Trente-six vues du Mont Fuji

Cette estampe fait partie d’une série d’estampes intitulée Trente-six vues du mont Fuji, que Hokusai a réalisé entre 1830 et 1833. Il s’agit d’une estampe polychrome (multicolore), faite d’encre et de couleur sur papier d’environ 10 x 14 pouces. Toutes les images de la série offrent un aperçu du volcan, mais comme vous pouvez le voir dans cet exemple, le Mont Fuji ne domine pas toujours le cadre. Au lieu de cela, ici, le premier plan est rempli d’une vague de crête massive. La vague menaçante est représentée quelques instants avant de s’écraser sur trois bateaux de pêche en contrebas. La grande vague de Kanagawa est plein de jeux visuels. La montagne, rendue minuscule par l’utilisation de la perspective, apparaît comme si elle aussi allait être avalée par la vague.

Hokusai a arrangé la composition pour encadrer le Mont Fuji. Les courbes de la vague et de la coque d’un bateau descendent juste assez bas pour que la base du Mont Fuji soit visible, et le sommet blanc de la grande vague crée une ligne diagonale qui conduit le spectateur directement au sommet de la montagne.

A travers les trente-six estampes qui constituent cette série, Hokusai varie sa représentation du volcan. Dans d’autres estampes, la montagne remplit la composition, ou se réduit à un petit détail dans l’arrière-plan de la vie trépidante de la ville.

Qui était Katsushika Hokusai ?

Hokusai est né en 1760 à Edo (aujourd’hui Tokyo), au Japon. Au cours de la vie de l’artiste, il a reçu de nombreux noms différents ; il a commencé à s’appeler lui-même Hokusai en 1797. Hokusai découvrit des estampes occidentales qui arrivèrent au Japon par le biais du commerce hollandais. A partir de l’œuvre d’art hollandaise, Hokusai s’est intéressé à la perspective linéaire. Par la suite, Hokusai a créé une variante japonaise de la perspective linéaire. L’influence de l’art néerlandais se manifeste également dans l’utilisation d’une ligne d’horizon basse et de la couleur européenne caractéristique, le bleu de Prusse.

Hokusai s’intéressait aux angles obliques, aux contrastes du proche et du lointain, et aux contrastes entre l’artificiel et le naturel. On peut les voir dans cette œuvre à travers la juxtaposition de la grande vague au premier plan qui éclipse la petite montagne au loin, ainsi que l’inclusion des hommes et des bateaux parmi les vagues puissantes.

Pourquoi le Mont Fuji ?

Le Mont Fuji est le plus haut sommet du Japon et a longtemps été considéré comme sacré. Hokusai est souvent décrit comme ayant une fascination personnelle pour cette montagne, ce qui a suscité son intérêt pour cette série. Cependant, il répondait aussi à l’essor des voyages intérieurs et du marché correspondant pour les images du Mont Fuji. Les estampes japonaises étaient souvent achetées en souvenir. Le public d’origine des estampes d’Hokusai était des citadins ordinaires, adeptes du « culte du Fuji », qui faisaient des pèlerinages pour escalader la montagne, ou des touristes visitant la nouvelle capitale. Bien que les gratte-ciel de Tokyo obscurcissent aujourd’hui la vue sur le mont Fuji, pour le public d’Hokusai, le sommet de la montagne aurait été visible à travers la ville.

La fabrication des estampes Ukiyo-e

Ukiyo-e est le nom donné aux estampes japonaises sur bois réalisées à l’époque d’Edo. Ukiyo-e, terme bouddhiste à l’origine, signifie « monde flottant » et fait référence à l’impermanence du monde. Les premières estampes n’étaient réalisées qu’en noir et blanc, mais plus tard, comme le montre le travail de Hokusai, d’autres couleurs furent ajoutées. Un bloc de bois distinct a été utilisé pour chaque couleur. Chaque impression est réalisée avec une superposition finale de lignes noires, ce qui aide à briser les couleurs plates. Les tirages Ukiyo-e sont reconnaissables à l’accent mis sur la ligne et les couleurs pures et vives, ainsi qu’à leur capacité à distiller la forme au minimum.

Hokusai s’est éloigné de la tradition de faire des images de courtisanes et d’acteurs, qui était le sujet habituel des gravures ukiyo-e. Au lieu de cela, son travail s’est concentré sur la vie quotidienne des Japonais de différents niveaux sociaux. C’est le cas de la scène quotidienne des pêcheurs qui luttent contre la mer au large du Mont Fuji que nous voyons dans La Grande Vague. Ce changement de sujet a été une percée à la fois dans l’impression ukiyo-e et dans la carrière de Hokusai.

Popularité des tirages Ukiyo-e en Europe

À partir de 1640, le Japon est en grande partie fermé au monde et seule une interaction limitée avec la Chine et la Hollande est autorisée. Cette situation a changé dans les années 1850, lorsque le commodore de la marine américaine, Matthew C. Perry, a forcé l’ouverture du commerce. Après cela, il y a eu un afflux de culture visuelle japonaise en Occident. Lors de l’Exposition internationale de 1867 à Paris, les œuvres d’Hokusai étaient exposées au pavillon japonais. C’était la première introduction de la culture japonaise à un public de masse en Occident, et un engouement pour la collection d’art appelé Japonisme a suivi. De plus, les artistes impressionnistes de Paris, comme Claude Monet, étaient de grands amateurs de gravures japonaises. L’aplatissement de l’espace, l’intérêt pour les conditions atmosphériques et l’impermanence de la vie urbaine moderne – tous deux visibles dans les gravures d’Hokusai – ont réaffirmé leurs propres intérêts artistiques et inspiré de nombreuses œuvres futures.

Laisser un commentaire