L’ukiyo-e, l’art des estampes japonaises

estampes japonaises

L’ukiyo-e est un genre d’art japonais qui a prospéré du XVIIe au XIXe siècle. Ses artistes ont réalisé des gravures sur bois et des peintures sur des sujets tels que les beautés féminines, les acteurs de kabuki et les lutteurs de sumo, des scènes d’histoire et des contes populaires, des scènes de voyage et des paysages, la flore et la faune et l’érotisme. Le terme ukiyo-e (浮世絵) se traduit par « image(s) du monde flottant ».

Edo (Tokyo moderne) est devenu le siège du gouvernement pour la dictature militaire au début du 17e siècle. La classe marchande, au bas de l’échelle de l’ordre social, est celle qui a le plus profité de la croissance économique rapide de la ville. Beaucoup se sont adonnés aux divertissements du théâtre kabuki, des geishas et des courtisanes des quartiers de plaisir. Le terme ukiyo (« monde flottant ») en est venu à décrire ce mode de vie hédoniste. Des images imprimées ou peintes de cet environnement, appelées ukiyo-e, sont apparues à la fin du XVIIe siècle et étaient populaires auprès de la classe marchande, qui était devenue assez riche pour se permettre de décorer ses maisons avec elles.

Le premier succès a été enregistré dans les années 1670 avec les peintures de Moronobu et les estampes monochromes de belles femmes. La couleur dans les estampes est apparue progressivement – d’abord ajoutée à la main pour les commandes spéciales. Dans les années 1740, des artistes tels que Masanobu utilisaient plusieurs planches de bois pour imprimer des zones de couleur. À partir des années 1760, le succès des « estampes sur brocart » de Harunobu a fait que la production en couleur est devenue la norme, chaque estampe étant réalisée avec de nombreux blocs. Les spécialistes ont apprécié les portraits de beautés et d’acteurs réalisés par des maîtres tels que Kiyonaga, Utamaro et Sharaku à la fin du XVIIIe siècle. Au XIXe siècle ont suivi deux maîtres dont on se souvient surtout pour leurs paysages : l’audacieux formaliste Hokusai, dont la Grande Vague au large de Kanagawa est l’une des œuvres d’art japonaises les plus connues ; et le serein et atmosphérique Hiroshige, surtout connu pour sa série Les cinquante-trois stations du Tōkaidō. Suite à la mort de ces deux maîtres, et contre la modernisation technologique et sociale qui a suivi la Restauration Meiji de 1868, la production d’ukiyo-e a connu un fort déclin.

Certains artistes ukiyo-e se sont spécialisés dans la réalisation de peintures, mais la plupart des œuvres étaient des estampes. Les artistes sculptaient rarement leurs propres planches de bois pour l’impression ; la production était plutôt divisée entre l’artiste, qui concevait les estampes, le sculpteur, qui découpait les planches de bois, l’imprimeur, qui encrait et pressait les planches de bois sur du papier fait main, et l’éditeur, qui finançait, promouvait et distribuait les œuvres. Comme l’impression était faite à la main, les imprimeurs pouvaient obtenir des effets peu pratiques avec les machines, comme le mélange ou la gradation des couleurs sur la planche d’impression.

L’ukiyo-e a joué un rôle central dans la formation de la perception occidentale de l’art japonais à la fin du XIXe siècle – en particulier les paysages de Hokusai et Hiroshige. À partir des années 1870, le japonisme est devenu une tendance dominante et a eu une forte influence sur les premiers impressionnistes tels que Degas, Manet et Monet, ainsi que sur les post-impressionnistes tels que van Gogh et les artistes Art nouveau tels que Toulouse-Lautrec. Le XXe siècle a vu un renouveau de la gravure japonaise : le genre shin-hanga (« nouvelles estampes ») a capitalisé sur l’intérêt de l’Occident pour les estampes des scènes japonaises traditionnelles, et le mouvement sōsaku-hanga (« estampes créatives ») a favorisé les œuvres individualistes conçues, sculptées et imprimées par un seul artiste. Depuis la fin du XXe siècle, les estampes ont continué dans une veine individualiste, souvent réalisées avec des techniques importées de l’Occident.

Voici quelques artistes japonais spécialistes de l’estampe :

Laisser un commentaire