Les plus belles ventes aux enchères de Jean-Claude Anaf

Jean-Claude Anaf

S’il faut retenir un nom à Lyon qui illustre bien le milieu de l’art est sans aucun doute celui de Jean-Claude Anaf. Cet ancien commissaire-priseur de renom reconverti de nos jours comme consultant et expert en objets d’arts, a réalisé de très belles ventes tout au long de sa carrière dont certaines ont battu des records. Petit tour d’horizon de celui qui a su donner une deuxième vie à l’ancienne Gare des Brotteaux.

Jean-Claude Anaf, une vie au service de l’art

Jean-Claude Anaf est nommé commissaire-priseur en 1975.

Jean-Claude Anaf
Jean-Claude Anaf

C’est en 1989 qu’il reprend les rennes de l’ancienne Gare des Brotteaux pour transformer cet édifice majestueux en salle des ventes. L’une des plus prestigieuses à ce jour et dans laquelle il effectuera ses plus belles ventes.

En Mai 2005, il est nommé au grade de chevalier dans l’Ordre National du Mérite.

L’hôtel des Ventes des Brotteaux faisant parti de la SVV Anaf Arts Auction est vendu en 2008 à Maître Aguttes.

En 2009, Jean-Claude Anaf est nommé au grade de chevalier de la Légion d’Honneur par décision de Madame La garde des Sceaux, ministère de la justice. Une belle récompense !

Après 35 ans de carrière, c’est une nouvelle page qui se tourne. Cet amoureux de l’art a décidé de partager son savoir et son expertise au service des salles de ventes. Une décision respectable pour cet homme qui compte dans le cœur des lyonnais.

Les ventes records de Jean-Claude Anaf

A Lyon, les beaux objets ont un prix

Sous les coups de son marteau d’ivoire, au fil des ans Jean-Claude Anaf n’a pas cessé d’en apporter la preuve. A son actif, plusieurs records mondiaux et nationaux. Grâce à Jean-Claude Anaf, Lyon est devenue la deuxième ville de France pour les ventes aux enchères.

Parmi les plus belles ventes de Jean-Claude Anaf, il est important de citer :

  • Tableau vendu en 2006 : Le Maître de San Lucchese (Actif à Florence et Pistoie vers 1340-1370). C’est un tableau en triptyque de dévotion à volets fermants => Prix adjugé 360 000 €
  • Fusain et pastel vendu en 2005 : Deux danseuses d’Edgar Degas (1834-1917), vers 1889 => Prix adjugé 270 000 €
  • Meuble vendu en 2005 de Paul Dupré-Lafon (1900-1971) : Rare meuble de rangement à bâti en chêne reposant sur quatre pieds cubiques. Il ouvre à neuf casiers rectangulaires à abattant, ils sont garnis de parchemin et pourvus de poignées en cuir fauve piquées sellier à montants en bronze. L’ensemble souligné d’un jonc de bronze => Prix adjugé 160 000 €
  • Masque Mukuyi-Gabon-Punu vendu en 2006 : Visage féminin surmonté d’ une coiffure à haute coque centrale et de deux longues tresses latérales finement striées retombant derrière les oreilles => Prix adjugé 150 000 €
  • Mobilier de salon estampillé de Nogaret, époque Louis XV => Prix adjugé 72 000€
Meuble de rangement, Paul Dupré-Lafon
Meuble de rangement, Paul Dupré-Lafon
Deux danseuses, Edgar Degas
Deux danseuses, Edgar Degas
Mobilier de salon, époque Louis XV
Mobilier de salon, époque Louis XV

Laisser un commentaire