Odunpazari Modern Museum (OMM) : Immersion dans l’architecture ottomane

odunpazari modern museum

Situé dans la ville universitaire d’Eskisehir dans le nord-ouest de la Turquie, le musée Odunpazari Modern Museum (OMM) est le nouveau musée qui rend hommage à la collection d’art contemporain de l’emblématique homme d’affaires Erol Tabanca.

Du rêve à la réalité

Le musée a été conçu par l’architecte japonais Kengo Kuma à la demande de l’homme d’affaires qui nourrissait le rêve de mettre à la disposition du public sa gigantesque collection d’art contemporain. D’où l’idée de construire un musée à la mesure de ses ambitions. Ainsi a été bâti l’Odunpazari Modern Museum (OMM) qui a été inauguré en 2019.

Le musée tire son nom du quartier historique Odunpazari qui est l’un des quartiers centraux de la province d’Eskişehir située dans la région de l’Anatolie centrale. La province d’Eskişehir est située à 250 km à l’ouest d’Ankara.

L’architecte s’est inspirée des maisons traditionnelles ottomanes pour concevoir son ouvrage qui se présente sous forme de volumes de bois empilés. Pour ce faire, il lui a fallu faire un saut dans l’histoire du quartier d’Odunpazari afin que l’œuvre cadre avec son milieu et qu’elle retrace l’histoire et les origines de l’endroit. 

Pour l’architecte, la ville d’Eskisehir se distingue nettement de la ville d’Istanbul sur plusieurs points : la dimension humaine et la texture plus douce de ses constructions. Il fallait donc concevoir une bâtisse qui reflète l’identité de la ville. C’est la raison pour laquelle Kengo Kuma a privilégié une architecture plus fine et douce qui se rapproche plus de la culture locale.

Présentation de l’architecture du musée

Là où de nombreux musées se présentent sous forme d’architectures monumentales et imposantes, le musée d’Odunpazari se veut plus raffiné, fragmenté et empilé. Étendu sur 3500 m², les différents segments qui le constituent sont redistribués dans les volumes qui s’encastrent dans la pente et qui surplombent la terrasse. 

Le bâtiment comprend trois étages. Au rez-de-chaussée se trouvent de grands espaces consacrés à l’exposition. Entièrement urbanisées, ces zones font corps avec le milieu environnant et contiennent des œuvres de grandes dimensions. Les étages supérieurs sont compartimentés en de petites salles qui abritent des œuvres de petite dimension.

L’intérieur du bâtiment est surplombé d’un atrium central où les caisses en bois se fondent pour créer un canal rotatif de lumière et de bois. La construction, qui est entièrement en latte de pin, comprend 10 000 lanières de bambou, ce qui lui donne un aspect organique. Elle ne comprend aucune façade afin qu’elle reste ouverte dans toutes les directions.

Laisser un commentaire