L’ossuaire de Douaumont

Ossuaire de Douaumont

L’ossuaire de Douaumont est un monument commémoratif contenant les restes squelettiques des soldats morts sur le champ de bataille pendant la bataille de Verdun pendant la Première Guerre mondiale. Il est situé à Douaumont, en France, sur le champ de bataille de Verdun. Il a été construit à l’initiative de Mgr Charles Ginisty, évêque de Verdun. Il a été désigné comme nécropole nationale ou cimetière national.

Histoire de l’ossuaire de Douaumont

Pendant les 300 jours de la bataille de Verdun (21 février 1916 – 19 décembre 1916), environ 230 000 hommes sur un total de 700 000 victimes (morts, blessés et disparus) sont morts. La bataille est connue en allemand sous le nom de Die Hölle von Verdun (anglais : The Hell of Verdun), ou en français sous le nom de L’Enfer de Verdun, et se déroule sur un champ de bataille couvrant moins de 20 kilomètres carrés.

Informations sur l’ossuaire

L’ossuaire est un mémorial contenant les restes des soldats français et allemands morts sur le champ de bataille de Verdun. À travers de petites fenêtres extérieures, on peut voir les restes squelettiques d’au moins 130 000 combattants non identifiés des deux nations remplir les alcôves à l’extrémité inférieure de l’édifice. À l’intérieur de l’ossuaire, le plafond et les murs sont partiellement recouverts de plaques portant les noms des soldats français morts pendant la bataille de Verdun. Quelques-uns de ces noms proviennent de combats qui se sont déroulés dans la région pendant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que d’anciens combattants des guerres d’Indochine et d’Algérie. Les familles des soldats qui sont reconnus ici par leur nom ont contribué pour ces plaques individuelles. Devant le monument, le plus grand cimetière militaire français de la Première Guerre mondiale, avec ses 16 142 tombes, se trouve en pente descendante. Il fut inauguré en 1923 par le vétéran verdunois André Maginot, qui dessina plus tard la Ligne Maginot.

L’ossuaire fut officiellement inauguré le 7 août 1932 par le président français Albert Lebrun.

Architecture

Les architectes de l’ossuaire sont Léon Azéma, Max Edrei et Jacques Hardy ; George Desvallières réalise les vitraux. La tour mesure 46 mètres de haut et offre une vue panoramique sur les champs de bataille. La tour contient une cloche mortelle en bronze, pesant plus de 2 tonnes, appelée Bourdon de la Victoire, qui est sonné lors des cérémonies officielles. Il a été offert par une donatrice américaine, Anne Thornburn Van Buren, en 1927. Au sommet de la tour se trouve une « lanterne des morts » rouge et blanche en rotation, qui brille sur les champs de bataille la nuit. Le cloître mesure 137 mètres de long et contient 42 alcôves intérieures.

Laisser un commentaire