Quel coffret (kit ou mallette) de peinture à l’huile choisir ?

coffret de peinture

Vous avez décidé de vous lancer dans la peinture à l’huile, mais il est bien difficile de s’y retrouver parmi tous les équipements proposés. Vous allez donc acquérir un kit qui vous permet de vous mettre au travail tout de suite et d’explorer plusieurs directions de votre art. Par la suite, vous pourrez le compléter avec des produits bien spécifiques que vous découvrirez au fur et à mesure que vous avancez dans votre processus créatif.

Comment composer votre kit de peinture à l’huile ?

Les magasins de beaux-arts se sont multipliés et vous pouvez aussi bien trouver votre bonheur dans une petite boutique de centre-ville, que dans une grande enseigne de loisirs créatifs, installée dans une zone commerciale. Les boutiques en ligne sont aussi légion.

Il existe des coffrets de peinture à l’huile prêts à l’emploi. Attention, car certains ne comprennent pas le diluant, ou le support, ou les deux. D’autre part, vérifiez le tarif des articles à l’unité, car les mallettes prêtes à l’emploi sont normalement proposées à des prix attractifs, mais pas toujours, certaines enseignes misant sur le côté pratique qui compense la différence de prix.

En revanche, il existe des kit réellement complets et de très bonne qualité. Il vous suffit de vérifier qu’ils contiennent bien les produits indispensables.

Le support

Il ne fait souvent pas partie de la mallette, mais est bien sûr l’élément central.

Le châssis en bois ou carton entoilé

Un châssis en carton à l’avantage d’être léger, mais il n’est pas le plus adapté à la toile qui se détend au fur et à mesure que vous peignez. Le châssis en bois, un peu plus lourd, réagit mieux aux déformations de la toile. Idéalement, choisissez un châssis muni d’un système à clefs qui permet d’étirer la toile pour la retendre.

La toile

La toile peut être composée de coton, de lin ou être reproduite synthétiquement. Les toiles synthétiques sont économiques, mais la qualité du rendu est à la hauteur de la dépense. Vous pouvez faire ce choix pour vos débuts, vous aurez moins peur de vous lancer sur une toile ayant moins de valeur.

En revanche, dès que vous progressez, vous devez passer à la qualité supérieure, à savoir, le coton. Cette matière convient parfaitement pour un novice, tout en restant à des prix raisonnables.

Le nec plus ultra demeure la toile de lin. La finesse de son tissage permet toutes les techniques, avec une précision remarquable. Elle reste également la plus stable dans le temps.

Le grain de la toile

Le plus facile est de débuter par un grain moyen polyvalent. Avec un peu d’expérience, vous choisirez un grain plus fin pour des portraits détaillés, en opposition à un gros grain pour les travaux aux larges traits et aux aplats texturés.

Les couleurs

La peinture à l’huile est très souple d’utilisation. Effets de fondu, superpositions, dégradés… tout est possible. Voici quelques éléments à vérifier :

Les pigments

Les pigments de qualité sont chers. Pour obtenir de belles couleurs, les pigments doivent être stables, purs et lumineux. Leur pouvoir colorant détermine aussi leur qualité.

Les fabricants jouent sur la concentration des pigments pour moduler leur prix. En ajoutant de l’huile, ou une base neutre diluant l’ensemble, ils réduisent leurs coûts, au détriment de la qualité.

L’huile

Comme en cuisine, l’huile extra fine a la meilleure réputation !

Avec des huiles plus grossières, comme on en trouve dans les tubes trop bon marché, les couleurs ne sont pas nettes, elles paraissent un peu « sales » et peu conformes à leur promesse.

La consistance

En sortant du tube, la couleur est pure, uniquement composée de pigments et d’huile. Elle manque de fluidité et interdit les travaux de précision.

C’est la raison pour laquelle vous devez également vous procurer du médium.

Le médium

Le médium fluidifie la pâte, sans la diluer et en appauvrir l’éclat. Il facilite le travail, évite les craquelures et protège les pigments en les enrobant de résine. Votre tableau est mieux réalisé et résiste mieux aux outrages du temps.

Parmi les médiums les plus utilisés, on compte :

  • l’huile de lin purifiée pour retarder son séchage ;
  • l’huile de lin décolorée qui sèche plus vite ;
  • l’huile de lin cuite qui permet d’accentuer l’effet brillant et accélère le séchage ;
  • le médium à glacis pour accentuer la transparence de la peinture, mais conserve le temps de séchage initial ;
  • le liquin, version synthétique du médium à glacis ;
  • l’huile d’œillette qui ressemble à s’y méprendre à du beurre. Elle épaissit la peinture lorsque vous souhaitez imprimer la marque de votre pinceau sur la toile. Prenez garde au très long temps de séchage qu’elle requiert.

Vous trouvez ces préparations prêtes à l’emploi dans le commerce.

Le diluant

On utilise le diluant indifféremment pour fluidifier la peinture et pour nettoyer les pinceaux.

L’essence de térébenthine est prisée pour sa compatibilité avec tous les médiums. Transparente, elle n’influence pas les couleurs. Son inconvénient majeur est son pouvoir malodorant très prononcé. Si vous êtes dans un lieu confiné, vous risquez les migraines à répétition.

L’alternative est le white-spirit qui est en plus beaucoup moins cher.

Les pinceaux

Les pinceaux de qualité sont vite onéreux. Si vous préférez un kit prêt à l’emploi, vérifiez bien qu’il contient le type de pinceaux indispensables pour débuter, et surtout avec la qualité qui convient.

Les pinceaux bas de gamme se déforment, les poils restent régulièrement englués sur la toile et il faut les changer sans arrêt. Ils retiennent mal la peinture et manquent de précision.

Un « vrai » pinceau est composé de son manche verni, de sa virole en métal et d’une racine où est plantée la touffe de poils. Les poils naturels peuvent être en soie de porc ou en poils de martre.

Vous avez besoin de trois pinceaux différents :

  • la brosse plate pour couvrir les fonds ;
  • le pinceau rond et effilé qui permet de peindre avec précision et détail. Il sert aux contours et aux sujets ;
  • la langue-de-chat – le pinceau tout terrain – plat qui se termine en pointe pour les détails les plus subtils.

Voilà, il ne vous reste plus qu’à acheter votre palette, en bois verni bien sûr si vous respectez la tradition !

Laisser un commentaire