Récit de voyage en Ecosse

Ecosse

Aujourd’hui, j’ai la chance de recueillir le témoignage et récit d’aventure de 4 amis partis faire le tour d’Ecosse en 15 jours. Très belle aventure semée d’embûches.

Je laisse la parole à nos 4 aventuriers…

Cette année il est prévu que l’on parte à 4, pour la 1ere fois (Steph, David, Fob et moi), au mois d’avril David m’appelle pour m’annoncer qu’il va être papa pour la fin de l’année et donc il ne va pas pouvoir partir avec nous cet été et qu’il va rester auprès de sa copine. C’est l’info de l’année David papa !! Steph ne comprend pas pourquoi il ne partira pas avec nous « sa cops peut très bien se débrouiller toute seule pendant 15 jours ? ». On part donc à 3 comme d’hab. On partira avec la Ford Fiesta de Fob. Fob arrive la veille à la maison le 25, on prépare la voiture de la nourriture et des sacs ainsi que l’oreiller « bonne nuit » de Chris, il a emmené une poche de 5kg de nouilles !!! On emmène aussi une tour complète de CDs + des CDs dans la boite à gants. On a choisi de passer par la N10 ça nous reviendra moins cher que l’autoroute.

voyage en Ecosse
voyage en Ecosse

Bordeaux, Poitiers, Chateau-Renault

C’est le départ et on a déjà du retard pour partir, on arrive à St André de Cubzac à 10h00 pour prendre Steph, il nous attend avec son père au parking de l’église. Fob et moi lui faisons une petite blague en se planquant derrière l’église alors que Steph et son père nous attendent devant. On charge donc Steph et tous ses bagages et nous voilà partis pour un nouveau périple à 3, la fiesta remplie à craquer !! On décolle vers 11h00. La remontée sur Tours par la N10 se fait tranquillement et on décide de se poser à Château-Renault pour la nuit un petit camping non loin de la voie ferrée, nous nous installons entre 2 haies bien planqués, Chris est de corvée pour gonfler à la bouche le matelas gonflable double place qu’il a emmené. Quelle galère à la fin je croyais qu’il allait exploser, prochain achat un gonfleur à pied alors que Steph a un gonfleur intégré à son matelas. Solange que je ne connais pas encore passe son temps à téléphoner à Chris ce qui a le don de m’énerver et Christophe me passe son portable et je remballe poliment Solange en lui faisant comprendre que si elle comptait appeler Chris toutes les 5mins pendant 15 jours ça n’allait pas le faire. Pour repas on s’ouvre le pack de 5kg de nouilles. Nuit impeccable.

Chateau-Renault, Lille, Zeebrugge.

On décolle de bon matin pour s’arrêter à l’Intermarché de Château-Renault et y achète un gonfleur à pied (la future ‘moule’), on passe par Chartres, Dreux, Mantes la jolie, Beauvais où l’on se perd en se trompant de route, Arras où l’on fait le plein de la fiesta et on s’arrête pour faire une petite pose dans un petit village typiquement du nord avec les corons et les maisons de brique rouge, et on commence à parler des dates du voyage et Fob s’aperçois qu’il n’as pas posé les bonnes dates de congés !!! Au lieu de poser jusqu’au 12 il a posé jusqu’au 10 août, comment faire les billets de ferrys sont réservés il téléphone alors à son chef pour lui expliquer le topo et demander 2 jours de congés exceptionnels, ce qui lui est accordé. On repart vers Lille et on s’aperçoit que l’on risque d’être juste pour l’embarquement du ferry, il est 17h15 et on doit être à l’embarquement à 18h00 !!! Sur l’autoroute belge on affole les conteurs de la fiesta et on arrive à Zeebrugge sans trop de problèmes, mais il n’y a plus personne qui fait la queue pour le ferry, on se rend au guichet avec nos billets et la préposée nous dit que les enregistrements sont finis est qu’il est trop tard ce qui jette un grand froid dans la voiture !!! Impossible d’aller au ferry, elle téléphone quand même aux employés qui font ranger les voitures dans le ferry pour savoir s’ils ont fermé la trappe et s’ils peuvent nous prendre encore, heureusement ils chargeaient les derniers camions, nous avons compris quand elle nous a fait un large sourire avec le téléphone !! Et on a été le dernier véhicule à monter dans le ferry, il était moins une, les vacances on faillit durer moins longtemps que prévus et moins et se terminer en Belgique. On part alors à 19h00 du port de Zeebrugge un grand port de marchandises avec des éoliennes sur toute la jetée.

On rejoint nos cabines pour la nuit avec paquets de gâteaux et boisson dans les sacs. La nuit se passera avec quelques remous car la mer est agitée mais personne de malade.

Galashiels, les Borders.

Fob veut nous payer le petit déjeuner mais quand il a vu les prix au comptoir il prend peur, il se prend quand même un gâteau sous emballage, il prétend que le gâteau est mauvais et qu’il va s’empoisonner … je pars ensuite au bureau de change pour 40€ et je demande dans un anglais impeccable « change €uros forty » (cela va me suivre tout le voyage) il est temps de rejoindre les véhicules et c’est le grand saut vers la conduite à gauche, les premiers miles sont folkloriques car on roule à 20km/h façon de se rassurer. Une fois le coup de prit et plus d’assurance nous voilà partis sur l’autoroute A1 vers ‘The North’ on voit d’indiquer la ville de Middlesbrough que nous on transforme en ‘Midelsbrwowgwowgow’ ensuite on passe au-dessus de Newcastle grande ville portuaire, au début nous ne comprenons pas pourquoi les camions nous font des appels de clignotant devant nous et en fait c’est pour nous avertir que l’on peut les doubler et on quitte l’A1 pour partir vers les terres et rejoindre l’Ecosse, on passe la frontière sans s’en apercevoir et on arrive dans le village de Jedburgh et une magnifique abbaye en ruine sur notre gauche, on se promet que demain on va la visiter car elle impose. On se pose à Galashiels, petit village de la région des Borders, on trouve un petit camping qui ne paye pas de mine et on y va quand même, Chris y va pour demander à passer 2 nuits et le type lui dit combien on est et réfléchi sans trop savoir combien nous demander comme prix, bon il dit 20Livres pour les 2 nuits comme il aurait pu dire 30 ou 10 … et là on remarque que le camping à l’air louche donc on s’installe au plus loin à la lisière d’une haie. A bien y regarder on découvre qu’on est dans un véritable camp de gitans !!!!! On est dégoûté…

Bon il va falloir faire avec. On décide d’aller faire une petite ballade pour se dégourdir les jambes à travers la campagne car ça à l’air balisé. On gare la voiture au dans un petit hameau du nom de Selkirk, au départ de la ballade et on commence par un chemin longé de hauts conifères qui aboutit à des champs de près vallonnés avec des troupeaux de moutons un peu partout. C’est extrêmement bien balisé et on arrive à une retenue d’eau artificielle

Au milieu des prairies et l’on poursuit notre chemin à travers près et bois, on se trouve le long d’une clôture en pierre sèche, impec pour manger un peu à l’abri du vent.

Ensuite le chemin s’enfonce dans une forêt de Douglas hyper sombre,

On hésite à y rentrer et puis oui et je trouve à nos pieds un magnifique cèpe que je cueille pour ce soir. On longe les prairies mais avec un petit doute sur le chemin et puis vient le moment où on se pert, on arrive même plus à rebrousser chemin car tous les près se ressemblent quelle galère surtout que la fin de journée arrive. Chris pense avoir vu auparavant une pancarte de direction, on la trouve et en fait la pancarte avait été tournée dans la mauvaise direction et c’est reparti sur le chemin de retour sans perdre de temps à travers bois et effectivement on arrive à la voiture ; quelle journée !! Les vacances commencent fort ! Arrivé au camping on se cuisine le cèpe à la poêle. Chris va prendre une douche aux semblants de sanitaires derrière la réception et il revient désolé, il a dû désinfecter toute la douche à l’eau qui était heureusement bouillante car le bac de douche avait pleins de cheveux, de crasse, … dès qu’il nous a dit ça la douche a été zappée par moi et Stéphane. Nous sommes à deux pas du centre-ville de Galashiels, on en profite pour aller se promener en ville et boire un verre dans un pub, nous remarquons que les jardins privatifs des maisons sont magnifiques, exubérants et très bien entretenus.

Galashiels, Jedburgh, Dryburgh, Monteviot, Galashiels.

Au petit dej la situation confirme notre pensée, les gamins du camp s’amusent avec des quads flambants neufs et passent au raz de nos tentes, un manque même de peu de s’encastrer dans la fiesta, ce sont des gitans pétés de tunes, par contre la mère c’est une bombe terrible quelle caille !! Aujourd’hui c’est visite des abbayes des Borders, on part donc pour voir tout d’abord celle de Jedburgh qui à mon avis est la plus impressionnante avec son jardin de simples en contrebas on visite ensuite le musée,

On va visiter ensuite l’abbaye de Dryburgh, là où est enterré Walter Scott, nous arrivons au site alors qu’un mariage dans la plus pure tradition écossaise se déroule parmi les ruines de l’abbaye. Chris cherche des cadres paysagers à photographier mais ne se révélera pas terrible à cause de la luminosité trop forte.

A l’accueil je feuillette le livre d’or de l’abbaye et une personne ayant laissé un message s’appelle Bitch et de suite j’appelle Chris en criant « Bitch, Bitch !! » la caissière me regarde avec un air bizarre … on décide alors d’aller visiter de beaux jardins du coin et on s’arrête à Teviot Water Gardens qui est en fait une jardinerie avec un très joli petit jardin emménagé. On va ensuite voir Monteviot House Garden où on mange sur le parking, qui est un jardin à l’anglaise superbe et immense avec des sujets d’arbres multi centenaires, le jardin japonais est bien emménagé aussi.

On revient au camping et une voiture s’est installé juste à côté de nous ce qui nous rassure, enfin des gens corrects à côté de nous, ils ont dû avoir peur eux aussi !!

Galashiels, Stirling, Dollar.

Nous quittons aujourd’hui ce fabuleux camping qui restera un souvenir impérissable !!! Nous remontons vers Stirling, une ville plus grande qu’il n’y parait, et on se galère un peu en centre-ville pour trouver le syndicat d’initiative que l’on arrive enfin à voir pour débusquer un camping pas trop loin d’ici car on compte rester dans la région 2-3 jours, dépêchons-nous car nous n’avons pas payé l’horodateur dans la rue où on est garé. On s’arrête au Saintsburry de la ville en contrebas et on achète un peu de viande et de la boisson dont de la limonade, nous prenons aussi du pain et au miracle il y a du pain à la française en fait une baguette de pain industrielle mais emballée et marquée véritable baguette française donc nous en prenons ça nous changera du pain de mie et derrière nous un couple d’écossais d’un certain âge nous vois donc nous servir et le maris pour nous faire voir qu’il a bon goût demande à sa femme comme un petit garçon si il peut lui aussi prendre du pain français. Nous trouvons aussi de la vache qui rit écossaise : la laughing cow !!

Christophe veut aussi des timbres pour écrire en France et trouve une machine automatique qui distribue des timbres et en prend un ticket, en fait ce n’est pas des timbres postaux mais des timbres pour des associations caritatives !!! Bien joué Fob. On part pour trouver le camping indiqué par le syndicat, près du village de Dollar, on le trouve aisément et il est d’un tout autre standing que le 1er à Galashiels !! pour prouver aux 2 autres que je ne suis pas si mauvais en anglais qu’ils veulent bien le croire c’est moi tout seul qui vais à l’accueil pour demander et je ne m’en débrouille pas si mal. Ce camping est nickel est on s’installe en lisière d’un près où se trouvent des vaches, on installe la corde à linge à 2 arbres derrière nos tentes. On se fait le repas de midi tranquille et on entame la limonade achetée et elle se révèle imbuvable tellement elle est sucrée, malheureusement la bouteille de camping-gaz nous lâche c’est bien notre veine on part donc voir le voisin qui est un écossais du nord en vacances pour le week-end et lui demander si nous pouvons finir de faire chauffer notre casserole et il accepte avec gentillesse par contre on remarque qu’il est amateur de bières il y a une dizaine de cannettes vides au pied de sa chaise longue, il doit être un bon fut à bière celui-là. On part l’après-midi pour visiter Stirling et ses environs, on retraverse Dollar et ce qui nous choque c’est le nombre de corbeaux partout que ce soit dans la campagne ou dans les villes il y en a partout. Arrivé à Stirling nous repartons au Saintsburry acheter une bouteille de vin de France pour notre voisin pour le remercier de nous avoir dépanné, mais les prix d’un bon Bordeaux nous rebutent vite et nous lui prenons une bouteille de vin de pays de l’Aude à 10€ environ … nous partons ensuite en centre-ville à la recherche d’une bouteille de gaz et la bien sûr comment trouver un Décathlon ici ? Chris demande à un passant où trouver cela et le type nous « séquestre » Chris dans sa voiture pour l’emmener au plus vite à un magasin spécialisé de sport malheureusement il ne trouvera pas la bonne bouteille, mais quelle gentillesse d’avoir emmené Christophe en voiture !! Nous entamons une petite promenade en centre-ville avec la montée au château en longeant les remparts,

Une fois en haut nous déambulons dans le cimetière d’une église fortifiée (Holly rude) et Steph aperçoit des lapins qui gambadent parmi les tombes.

On longe ensuite le musée de la prison tout en hésitant d’y aller car ça pas l’air mal. On passe ensuite à côté du pont de la bataille de Stirling où William Wallace a battu les anglais pour la 1ere fois.

A 5km environ de Stirling se dresse sur une butte un monument à la gloire de William Wallace le héros national,

En fait il faut se garer en bas de la butte et se faire l’ascension à pied, heureusement que c’est parmi un couvert végétal dense pour être à l’ombre. Une fois en haut le monument devient immense et très élancé et la vue est superbe sur toute la plaine de Stirling.

Ce monument abrite le musée qui possède l’épée de William Wallace. Nous finissons la journée par une petite balade en pleine campagne, on se gare en bout de chemin boueux pas possible on va être propre tout à l’heure. En fait ce petit chemin nous mène à une statue de grès rouge de William Wallace qui domine la plaine. De retour au camping une petite douche s’impose et c’est Steph qui s’y colle en 1er, mauvaise nouvelle la douche est payante via un petit compteur minuterie à l’entrée des sanitaires. En fait pour la bouteille de gaz, derrière la réception se trouve des bombonnes de gaz pleines, en fait des recharges et miracle il en reste une du même modèle que nous recherchons, elle est un peu pourrie mais ce n’est pas grave elle fera l’affaire et nous l’achetons à la réception. De plus nous offrons à notre voisin la bouteille de pinard pour le remercier de son geste de midi et il ravit de l’amabilité des français. La nuit va révéler son lot de surprises et oui à partir de 4h00 du matin les corbeaux se sont mis à croasser d’une manière très pénible juste un cri bref toutes les 10s pendant 4h00 impossible de dormir !!

Stirling, les Trossachs

Ces satanés corbeaux furent terribles, la matinée commence bien et dès le matin un voisin en face de nous qui loue un mobil home est en train de tondre la pelouse autour alors que l’herbe est tondue déjà à raz, c’est fou ce que le gazon peut être une obsession chez les écossais. Nous partons donc de bon matin se balader dans la région des Trossachs,

On ne fait pas dix kilomètres que l’on se trouve nez à nez avec des vaches des Highlands en train de brouter dans la fougère dans un talus,

Un peu plus loin un écossais en tenue traditionnelle avec le kilt sans savoir ce qu’il avait dessous était en train de jouer de la cornemuse au bord de la route, il tombe une petite pluie fine ça ne doit pas être très marrant pour lui. Nous n’avons que le plan sur le guide vert Michelin pour se repérer ce sui vaut de nous perdre dès le départ en croyant que le tour des Trossachs se ferait à pied on entame la rando à l’entrée d’une forêt emménagée avec des explications sur l’histoire et l’évolution de celle-ci. On y reste bien 1 heure ½ sans voir la trace d’un loch ce qui nous fait dire que l’on s’est planté et on revient à la voiture et c’est là que l’on a compris que l’on venait de visiter le Queen Elizabeth Forest Park qui se trouve lui-même dans le parc des Trossachs. Et en fait la rando se fait en voiture dans tout le parc donc c’est parti jusqu’au loch Drunkie d’où on surplombe le loch

Depuis l’aire de pique-nique et c’est là que l’on mange pour midi, Fob aperçoit au loin sur la route bordant le loch une 2CV. S’ensuit différents lochs du plus sombre au plus clair, des eaux agitées comme des mers d’huiles entourées de montagnes comme de forêts.

Nous arrivons au loch Katrine la route se termine en cul de sac et nous rebroussons chemin pour prendre une superbe petite route qui mène jusqu’au loch Lomond, nous arrivons à Inversnaid et Chris se gare sur le petit parking qui borde le loch Lomond et fatalité il y a 2 autres voitures françaises à côté de nous et Chris immortalisera les 3 voitures par une photo. La majesté de ce loch est terrible en plus le mont Lomond se reflète dans l’eau quel paysage grandiose. Quelle balade magnifique il se dégage avec ces paysages un romantisme style 19eme siècle.

Nous rentrons vers Stirling et nous prenons une bouteille de coca pour le soir. En arrivant vers Dollar nous allons visiter le château du Clan Campbell, nous ne le voyons pas depuis la route principale car il se trouve perché en haut d’une colline parmi la végétation dense. De plus il est mentionné dans le guide vert qu’il y a très peu de places de parking une fois en haut, nous sommes en fin d’après-midi mais bon on tente quand même le coup d’y aller à pied il ne doit pas être bien loin non plus. Le problème est qu’il ferme à 18h30 et qu’il est 18h00 passé quand nous débutons la montée, il va falloir se grouiller. Et la montée va se révéler terrible nous voyons le temps défiler et la montée est de plus en plus dure et nous allons de plus en plus vite !! Une voiture nous double nous sommes bleus ! Nous apercevons enfin le château sur son promontoire rocheux qu’il va falloir contourner

Et il doit rester 5 min avant la fermeture et évidement nous arrivons au parking au ¾ vide, quelle haine nous aurions pu venir en voiture … nous tirons une langue à traîner par terre essoufflés pas possible. Le guichetier nous accueille tout étonné de nous voir aussi fatigués et on lui dit que l’on vient de faire toute la montée en courant, il n’en revient pas et rien que pour ça il accepte de nous prendre en visite même après l’heure de fermeture, 5s après être entrés dans l’enceinte du château des visiteurs arrivés en voiture garés sur le parking veulent eux aussi venir visiter le château malheureusement le type leur dit que l’heure est passé, ils sont dégoûtés de nous voir nous rentrer et pas eux !! Ce château est vraiment bien conservé avec de superbes salles voûtées

Et une fois sur la terrasse de la tour nous avons une superbe vue sur toute la plaine de Stirling. Nous redescendons tranquillement vers la voiture puis direction le camping et une bonne douche après cette journée bien remplie, maintenant le repas et ça commence fort avec coca qui avait été bien secoué déjà dans la voiture et j’ai l’honneur de l’entamer et évidement au moment de boire à la bouteille les gaz se mettent sous pression lorsque je bois et j’en met partout, bien joué Régis !! Christophe se met à me chambrer pendant tout le repas en m’appelant le ‘Neuneu’ alors le neuneu en vacances, le neuneu qui mange, le neuneu qui …, Steph s’y met aussi en chantant une musique de cirque et le fou rire me prend et impossible que je finisse le repas, les voisins ont dû nous prendre pour des tarés de français … Encore une super nuit en compagnie de nos amis les corbeaux toujours aussi pénibles.

Dollar, Edinburgh.

Aujourd’hui encore une grosse journée s’annonce, nous partons toute la journée visiter la capitale de l’Ecosse : Edinburgh. Nous n’avons aucun problème pour se repérer malgré que nous n’ayons aucun plan général de la ville, et nous commençons par la visite du jardin botanique royal dans le quartier de Murrayfield où se trouve le célèbre stade de rugby de la capitale écossaise. Ce parc est magnifique et les compos sont harmonieuses avec le style de jardins anglais qui ressort vraiment,

Il y a une collection de rhododendrons splendide, nous trouvons un pied de gunnera immense et s’y fait prendre en photo sous le pied.

On visite ensuite la serre tropicale qui date de la période victorienne, un bassin se trouve au milieu et des victoria « moule à tarte » flottent, c’est terrible.

Dehors est exposée l’exposition itinérante de Yann Arthus-Bertrand. Nous allons ensuite au centre-ville d’Edinburgh avec la fiesta sans problèmes et nous nous garons dans une rue derrière le château, nous comptons visiter le château des Stuarts mais le prix d’entrée nous effraie et nous restons dans la cour du military tatoo,

Juste à la sortie du château un immeuble me laisse perplexe c’est le « camera obscura » nous descendons le royal miles et nous rencontrons un type déguisé en William Wallace et vraiment bien imité il fait la quête pour un association de lépreux !! Ensuite c’est au joueur de cornemuse de faire la manche un type en costume traditionnel qui se laisse photographier en échange de pièces de monnaie, Christophe hésite et le prend quand même en photo. En fin du royal miles vers la cathédrale St Giles

2 jeunes font aussi la manche avec une guitare sèche ils commencent à entonner wonderwall d’Oasis et ensuite une chanson des Beatles, Chris et moi sommes aux anges et on leur lâche des pièces pour les remercier. On descend du roc du château par le flan du promontoire rocheux pour arriver à Charlotte’s Square, la vue est magnifique avec la fontaine en 1er plan et le château en fond seulement on est obligé d’attendre 10 bonnes minutes car il y a un groupe scolaire qui prend toute la place devant la fontaine.

Il doit être vers les 15h00 et nous décidons d’attaquer à manger car nous n’avons pas encore mangé, nous cherchons tant bien que mal un petit boui-boui style fish & chips et impossible de trouver !! C’est un comble en pays anglo-saxon !!! Donc nous finissons au Mac Do du centre-ville et nous mangeons dans le parc du monument de Walter Scott

En train de regarder les « plages » devant nous et oui nous utilisons le mot plages sans problèmes pour la raison que l’on sait !!! Une fois callés nous remontons vers le royal mile où Christophe trouve une cabine pour téléphoner à Auch, il y claque pas mal d’argent pour 3 malheureuses minutes de conversation …

Les boutiques de souvenirs sont pratiquement toutes tenues par des pakistanais et il nous semble bien que ce sont des chaînes de boutiques car elles ont toutes à peu près le même nom www.gifts.com ou des noms dans le genre. De jours en jours Steph épate Christophe de son niveau d’anglais car quand nous avons quitté Montardon Steph n’était pas si fort en anglais mais n’oublions pas qu’il a passé 1 mois à cueillir des fraises en Angleterre et il nous révèle que pour avoir un vocabulaire complet et bien il a appris le dictionnaire !!!!

Dollar, Perth, Dundee, Stonehaven, Aberdeen, Alford.

Nous décollons de Dollar pour tirer vers le nord de l’Ecosse vers Aberdeen. La route se fait sans encombre mais le beau temps n’est pas au rendez-vous car il fait froid et humide, juste une petite frayeur quand Christophe par manque d’attention se met à rouler à droite sur la route !! Nous n’avions rien remarqué et c’est quand nous arrivons avec une autre voiture en face de nous que nous nous disons depuis combien de temps nous roulons à droite comme ça ? Heureusement que le type en face remarque que nous ne sommes pas écossais ! Nous arrivons à Stonehaven en longeant la côte sur le coup de 12h00, on se gare dans une rue qui descend et en sortant de la voiture un froid terrible nous prend on sort alors les pulls et tout l’attirail contre le froid !!! Il doit faire à peine 5 degrés, on compte bien pourtant manger soit sur la plage ou à proximité,

On rencontre des français dans la rue. Nous arrivons à la plage remplie d’algues vertes diverses et toujours le froid, le vent et l’humidité, on aperçoit derrière la patinoire extérieure un petit parc avec des tables de pique-nique où on s’installe pour manger. Une fois fini une personne vient s’installer à la table à côté de nous avec un petit garçon, ce dernier part jouer à la balançoire, la maman installe sur la table toutes les victuailles et part rejoindre son gamin, et là on aperçoit une mouette s’approcher de la table de loin on regarde la scène et ça n’a pas manqué, la mouette monte sur table et commence à becter la nourriture sur la table !!!! C’est vraiment trop fort je suis obligé de prendre une photo du tableau avec le zoom !!

Et la maman remarque le truc et accourt vers la table mais le mal était déjà fait … petite promenade sur la plage, on ramasse des coquillages comme souvenir. J’avais repéré un château terrible à voir absolument c’est Dunnotar Castle !!! Je ne montre pas la photo du guide à Steph et Christophe. Nous nous garons le long d’un chemin agricole et au bout du chemin nous distinguons le château sur son roc, la brume envahit toute la mer et le promontoire rocheux du château.

Une petite route descend jusqu’en bas du roc pour remonter à l’entrée d’une tour qui sert aussi de guichet. Nous montons ensuite sur le dessus de l’éperon et nous découvrons un village en ruine qui donne une sensation fantastique avec le brouillard, vraiment une super ambiance !!!

L’histoire de ce château est en fait tragique Christophe s’imagine à la place des prisonniers dans la prison qui donne à pic dans la falaise. Nous ne nous lassons pas de cet endroit mystérieux, grand moment du voyage. On se décide quand même à quitter les lieux car il est temps de se trouver un nouveau camping ce que l’on va faire un peu plus à l’intérieur des terres précisément à Alford. Le camping Haughton park, vraiment nickel déjà la réception est une splendide demeure, un panneau nous indique une vitesse max de 20km/h ce que Christophe s’applique à respecter, et là c’est le drame !!! Un petit gosse en vélo nous traverse devant la voiture !!!!! Christophe pile, on a failli faire la boulette du voyage !! Nous allons à la réception qui nous explique que le coin tente est une aire spécifique engazonnée au centre du camping et les voitures doivent bien sûr rester dehors, très pratique enfin bon. Nous nous installons dans un coin de l’aire en hauteur près de la murette d’enceinte de l’aire pour être à l’abri du vent. Au moment du repas sans raison aucune je me fais attaquer par une horde de mouches impossible à m’en débarrasser. La nuit se passe bien les premières heures jusqu’à 1h00 du matin car le gamin de la tente voisine se met à brailler jusqu’au petit jour, pfff quelle nuit…. De plus il est tombé une petite pluie fine cette nuit.

Alford

Aujourd’hui nous allons visiter quelques châteaux car nous sommes dans la région d’Ecosse où il y en a le plus. Nous devons faire un choix de visites et les tarifs sont parfois excessifs. Ce sera Kildrummy, Drum et un autre château indiqué par la réceptionniste qui doit être gratuit. Donc Kildrummy castle est un château fort en ruine que l’on aperçoit au bout d’un petit chemin campagnard,

Il est d’une grande taille de plus il est entouré de douves asséchées. Il est très bien entretenu pour des ruines, il ne reste plus que les pans de murs et les fondations.

Stéphane se met sur une d’entre elles pour comparer de l’épaisseur des murs, c’est impressionnant les murs doivent faire bien 3m50 d’épaisseur !! Vraiment ce château en jette.

On part ensuite pour trouver ce château gratuit (ce qui est assez rare pour le souligner !!) et bien sûr nous commençons à faire tous les petits chemins que l’on nous a indiqué pour finir par se perdre et ne jamais trouver ce château, donc nous venons de perdre bien 1h30 de notre journée. Direction maintenant Drum castle, château plus récent que Kildrummy, mais de confection bizarre car d’un côté de façade il fait limite château ancien et défensif construit en pierres grises

Et de l’autre façade il est recouvert d’enduit en finement bâtit ce qui lui donne un aspect de château d’habitation.

Nous nous garons sur le parking et à côté de nous une voiture a le pare-brise d’explosé par un cailloux et ça vient de se faire puisqu’il y a des éclats de verre par terre. Nous allons le signaler à la réceptionniste qui nous remercie. On se balade dans le parc et nous trouvons un tronc d’arbre de 2m de diamètre !! Qui est tombé pendant la dernière tempête.

Ensuite nous arrivons au jardin botanique du château avec une collection de roses anglaises magnifique quelles couleurs avec notamment une rose ancienne de couleur pourpre que Christophe prétend que chez sa grand-mère à Auch il y a la même variété, ce qui est tout à fait possible,

Les jardiniers récupèrent eux même les déchets de taille pour en faire leur propre compost. On finit la ballade par la chapelle en coin de parc. La journée se termine par quelques courses au Tesco d’Alford, Christophe vient de tomber en panne de pellicules pour son appareil photo (en fait celui de sa mère) et en profite pour en acheter mais bonjour le prix des pellicules spéciales !!!

Alford, Aviemore

Nous quittons Alford et son super camping et nous traversons la région des Cairngorms par de petites routes champêtres pour relier Aviemore la ville principale de la région, c’est en fait une station de ski pendant l’hiver. Le temps n’est pas terrible car il fait toujours aussi frais et humide.

Nous nous garons derrière la gare et nous visitons la maison du parc national des Cairngorms et nous en profitons pour demander quelques renseignements sur des randos et des campings dans le coin. La faim nous prend au vendre et nous nous faisons un petit plaisir en se prenant un fish & ships bien chaud et bien gras !! Mais ça nous calle bien aussi !! Nous trouvons aussi le camping assez facilement à proximité du loch Morlich, on s’installe près d’une table de pique-nique et on part se balader le long du loch Morlich et dans le parc forestier de Glenmore, nous trouvons près du loch un nid de bolets orangés (pibles) nous hésitons à les ramasser pour les faire cuire ce soir car la dernière fois avec le cèpe à Galashiels rien que la cuisson du cèpe nous avait vidé la bouteille de gaz. Donc on les laisse sur place mais évidemment aucun écossais ne ramassera de champignon. Le loch Morlich est d’un noir intense et tous les ruisseaux qui s’y déversent sont de couleur noir brunâtre, c’est bizarre car le sol n’est pas noir pour autant, on se fera expliquer que c’est dû à un incendie de forêt qui a eu lieu récemment et qui colore l’eau des ruisseaux.

La forêt du parc de Glenmore est constituée de conifères et de plantes acidophiles telles les bruyères et autres.

Nous revenons au camping vers 17h30 et tout le monde commence à manger sans que nous comprenions pourquoi même des personnes se baladent avec une moustiquaire sur la tête, étrange …. Mais nous allons vite comprendre pourquoi ? bien sûr nous sommes les seuls à manger vers 19h00 et un nuage de petits insectes minuscules plus petits que des moustiques s’abat sur nous, quelle folie, c’est une horreur !!! Impossible de s’en défaire nous mangeons aussi vite que possible, ça pique en laissant des points rouges sur la peau et ça gratte terriblement !!! On n’a jamais vu ça auparavant personne ne nous a prévenu et nous sommes les seuls dehors dans le camping !! Pour ce qui est de la vaisselle on verra demain matin et direction la tente à toute vitesse. Quelle surprise quand on s’aperçoit que ces bestioles arrivent à passer entre les mailles de la moustiquaire de la tente !! Horreur il en arrive partout, on continue à se faire piquer au niveau de la tête et dans les cheveux, ce n’est pas tenable on se fourre la tête entière dans le duvet, la nuit se résume à la galère et le matin miracle plus de moustiques qui nous agressent, il en reste juste quelques dizaines collées sur la paroi intérieure du double toit de la tente. Ces bestioles s’appellent des ‘midges’, nom à retenir.

Le Ben Macdhui

Nous sommes avertis pour la suite du voyage il va falloir faire gaffe ce soir et les soirs prochains, nous faisons vite fait la vaisselle et direction le massif des Cairngorms pour une bonne rando toute la journée. Nous nous garons sur le parking de la station de ski, il y a un départ pour monter au sommet du Cairngorms avec des téléfériques ce que pas mal de gens prennent pour monter en haut. Mais nous nous allons faire la rando qui mène au plus haut sommet du massif des Cairngorms : le Ben Macdhui (1309m) nous avons tous les 3 notre petit sac à dos avec la bouffe pour midi, de quoi boire et nos coupe-vent. Nous partons sans trop savoir le chemin car nous n’avons pas de carte mais on compte bien se repérer grâce au chemins balisés et suivre les quelques randonneurs, il fait un temps très agréable mais le ciel est couvert ce qui ne dérange pas pour voir le paysage magnifique qui va s’étendre sous nos yeux.

Le petit chemin est assez caillouteux, très peu de végétation arbustive à cause du vent, l’herbe est rase est de nombreuses petites tourbières sont présentes.

La montée se passe bien et on s’arrête à un panneau qui nous explique qu’a partir de ce point l’état écossais ne se rend plus responsable si il y arrive quelque chose aux randonneurs, que chacun prenne ces responsabilités en cas d’accident, et qu’il faut prévenir au moins 2 personnes dans la vallée en signalant que l’on est dans le massif évidement ce que l’on a pas fait, on commence à se poser des questions savoir si on fait machine arrière ou si l’on continue, de plus un type et son gamin arrive en descendant et nous voit hésiter et nous demande notre nationalité et savoir si on est équipé de cartes ou boussole ? Réponse négative de notre part, il prend l’air sérieux et nous dit qu’on est fou d’y aller sans rien on lui demande si lui en revient du sommet et nous dit que non car il n’est pas équipé qu’il s’est promené juste la et qu’il n’est pas branque car il a une femme et une famille qui l’attendent en bas au parking !! Il ne veut pas mettre sa vie en danger !!! Tout cela nous refroidit considérablement et le type repart. Christophe est le plus sceptique sur la poursuite de la ballade alors que moi et Steph sommes quand même plus optimiste et nous décidons alors de poursuivre le parcours à nos risques et périls. C’est reparti pour la ballade, nous commençons à surplomber avec un super point de vue toute la vallée d’Aviemore ainsi que le loch Morlich, le ciel commence légèrement à se couvrir de brouillard, mais rien d’inquiétant.

Nous traversons des tourbières, des petits ruisseaux, des près ainsi que des surfaces rocheuses.

l n’y a pas grand monde dans la montagne il ne faudrait pas que l’on se perde !! Et subitement le brouillard tombe en l’espace de 5 min, nous voilà enveloppé dans cet épais coton !!!

Nous ne pouvons plus faire demi-tour au risque de se perdre. Quelle galère on ne voit plus rien à 20m devant nous et le chemin se fait de moins en moins précis, nous n’avons plus aucun repère visuel même à courte distance impossible de voir si nous longeons un ravin ou un loch, cette ambiance d’être seul au monde !! Nous nous arrêtons devant un amas de gros rochers qui nous abrite du vent pour manger,

Au moment de repartir un lagopède des rochers nous traverse devant et part se camoufler dans les cailloux et le brouillard. Nous repartons dans la montagne où l’herbe se fait de plus en plus rare et laisse place aux cailloux pour unique surface. Impossible de voir le sommet du Ben Macdhui et donc de dire pour combien de temps on va avoir encore à marcher. Quand nous arrivons au sommet de collines et pensons arriver au bout et bien non nous continuons à marcher de longues heures sans repaires en faisant bien attention à ne pas se tordre une cheville dans tous ces rochers. Le brouillard s’est imbibé dans mon pull en laine, c’est terrible, le silence est presque oppressant.

Nous n’en voyons pas la fin, il n’y a maintenant plus aucun chemin et le brouillard toujours plus dense, il n’y a plus que des cairns (tas de pierres de forme pyramidale) de loin en loin pour se repérer. Nous arrivons au pied d’un « mur » de pierres, cette rando en devient interminable et nous commençons à gravir ce « mur » avec une forte déclinaison pendant bien ½ heures. Nous arrivons enfin au sommet où un petit groupe se fait prendre en photo au pied d’un petit cercle de pierre, on y trouve aussi une table « rose des vents », Christophe et moi nous y déposons nos appareils photos pour nous prendre tous les 3 devant le monument indiquant le sommet, évidement une petite bourrasque de vent fait tourner l’appareil de Chris au moment où le retardateur prend une photo !! Donc une photo du brouillard au sommet pour Chris !! Dommage que l’on ne puisse pas admirer le paysage et le point de vue depuis ici, ça doit être grandiose.

Après un petit ¼ d’heure de pose nous entamons la descente en suivant à 20m un petit groupe accompagné d’un guide, comme ça on ne risquera pas de se perdre, puis petit à petit ce groupe s’éloigne et nous n’entendons plus de voix mais nous sommes sur le bon chemin car nous repassons le long d’un petit loch sur un plateau de verdure. La purée de brouillard commence à être moins dense et nous distinguons quelques ravins sur notre gauche, et c’est là que nous nous trompons de chemin pour la première fois, on se retrouve donc dans une vallée où nous ne sommes pas passés à l’aller, il faut donc remonter par un petit chemin pour rattraper le bon chemin. Voilà le soleil qui nous accueille dans la dernière partie de la descente et nous voilà arrivé à la voiture bien fatigués de cette escapade, on s’en souviendra de la rando du Ben Macdhui !!!! Qui aura duré quand même 7/8 heures. Et direction le camping pour un bon repas bien mérité et manger quand même assez tôt pour ne pas se faire becter pas les midges comme la soirée dernière. On se fait un repas à se faire éclater le ventre, un bon bouillon de soupe, un énorme saladier de nouilles, une boite de sardines et de fruits chacun.

Nous faisons la vaisselle vite fait et direction la tente avant que les midges n’arrivent, ce qui ne saurait trop tarder, effectivement l’invasion recommence comme hier et la nuit va être du même acabit que la dernière … génial …

Aviemore, Inverness, Balmagara

Nous plions les tentes de bon matin et direction Inverness, pour ensuite longer le fameux Loch Ness. Nous passons près de la distillerie de Glenfiddish à Dufftown mais sans s’y arrêter car nous n’avons pas le temps. Une fois relié Inverness nous descendons vers le début du Loch Ness par la route qui longe ses berges, il est très étendu presque 40 Km sur 1,5 Km de large, c’est une très belle étendue d’eau toute en longueur, nous nous arrêtons près de la rive afin d’admirer le site et peut être voir le monstre du Loch Ness !!

Christophe ramène dans une bouteille du sable des berges pour un copain qui fait la collection de sables du monde entier, moi je me ramène un caillou. A mi-chemin du Loch se trouve le château de Urquhart qui surplombe le loch mais nous ne le visitons pas car beaucoup trop touristique.

Nous arrivons à Fort Augustus, c’est la fin du loch Ness et nous continuons notre route vers l’ouest du pays, nous passons au-dessus du loch Garry

Mais le paysage s’estompe car les nuages s’épaississent dans le ciel, nous traversons des paysages fantastiques longeant divers lochs à travers les montagnes de plus le ciel est très bas et orageux ce qui donne une sensation d’être dans un autre monde, c’est génial. Et voilà le loch Duich avec le château d’Eilean Donan où fut tourné ‘Highlander’, ce château est le plus visité d’Ecosse, mais aujourd’hui il n’y a personne ce qui le rend encore plus majestueux sur son île.

Nous nous arrêtons au bord du rivage du loch Duich devant le château pour manger car il est midi, à côté de la fiesta se trouve une voiture sûrement volée car elle est dans un état pitoyable sale au possible et les roues crevées, nous mangeons donc des boites de sardines en contemplant le château, avec ce ciel bas et couvert cela donne une ambiance géniale. Nous faisons encore quelques kilomètres jusqu’à Balmagara où nous trouvons un petit camping pas loin du pont qui mène à Skye, on s’installe sous des arbres derrière un restaurant, et nous voilà repartis pour visiter le petit village de pêcheurs de Plockton, on se gare le long de la rue qui borde le littoral, cette même rue étant bordée de beaux Yuccas, ce qui est étonnant à cette latitude. C’est marée basse et on peut accéder à l’île qui se trouve à l’entrée du port, ce village a un joli cachet avec ses maisons blanches au toits gris.

Tout en se promenant sur l’île je fais un peu la gueule à Christophe car il commence à sérieusement à me gonfler avec Solange, c’est tous les jours qu’il nous en parle et je ne sais combien de coups de téléphone par jour, s’il n’a que Solange en tête depuis le début du voyage je me demande bien pourquoi il est parti avec nous ? Donc durant la petite heure passée sur l’île c’est un peu chacun de son côté, ce qui nous fait apparemment du bien puisque nous repartons vers Kyle of Lochalsh pour voir comment on peut aller vers l’île de Skye demain, nous en profitons pour se balader dans le village, de retour au camping nous préparons le repas avant que les midges n’arrivent. Il y a une petite superette juste derrière le camping, Chris et Steph partent acheter 2 bouteilles de jus de fruit pour le repas et bien sûr encore une gaffe !!! Car ce n’est pas du jus de fruits ou alors il est hyper concentré en sucre ce qui est imbuvable ou alors c’est du sirops mais une fois coupé à l’eau c’est tout aussi imbuvable … nous retournons au magasin pour acheter de la pommade contre les midges et Steph se prend un moustiquaire intégrale pour la tête, il dit que ça lui servira pour travailler dans les vignes, sur un journal en vente en page principale un article traite justement des midges en disant que c’est le fléau de l’Ecosse depuis quelques années et un proverbe écossais dit que : « quand tu tues un midge il y en a un million qui viennent de suite à son enterrement. Chris et moi nous nous enduisons tout le visage de crème et bien sûr les midges sont au rendez-vous et c’est là que l’on comprend que ces satanées bestioles poussent la perversité à l’extrême car ils ne tardent pas à nous piquer au coin des yeux, dans le nez, juste au coin des lèvres !!!!! Juste là où nous n’avons pas pu mettre de crème. Encore une nuit géniale surtout que la crème ne fait plus effet au bout d’un moment dans la nuit donc quand on se réveille nous avons la surprise d’être piqué de partout.

L’île de Skye

Aujourd’hui c’est balade sur l’île de Skye, nous empruntons le pont tout neuf qui relie Kyle of Lochalsh à l’île et le prix du péage du pont nous reste en travers de la gorge : 6£ (8€) l’aller donc autant pour le retour, c’est la première fois que je lâche 100 balles pour traverser un pont !! Bref nous y allons quand même on se sacrifiera sur autre chose. On s’arrête au Tesco du premier village pour faire quelques courses et dans le magasin Christophe vient nous chercher en éclatant de rire et nous emmène au rayon alcool et il y a un type qui se retourne et c’est le sosie de Régis Laspales avec sa tête d’alcoolo !!!! Et par la même occase nous aussi on éclate de rire devant lui, le pauvre il ne comprend pas ce qui lui arrive. La visite commence donc très bien, nous longeons la route côtière qui nous offre de merveilleux paysages sur la mer avec de petites îles et la montagne sur notre gauche, nous apercevons le « Old man of storr » en bout de montagne ces trois menhirs qui tiennent debout face au vent.

Nous sommes en pleine période des foins car les paysans s’activent en tracteur pour le fanage, par endroits nous voyons aussi dans les bras de mer des élevages de saumon, la route est très étroite comme partout en Ecosse donc il est prévu pour se croiser des passing places de loin en loin ce sont des sortes de petits parkings le long de la route pour une qu’une voiture s’y gare le temps que l’autre la croise.

Nous traversons Portree la principale ville de l’île et nous nous arrêtons aux falaises de l’île où se trouve des colonnes basaltiques comme la chaussée des géants en Irlande, l’eau est très limpide et change couleur à proximité des cailloux effleurant l’eau.

Nous sommes maintenant à la pointe nord de l’île aux ruines du château de Duntulm et le vent est glacial, ces ruines sont somme toute assez petites pour un château. Au loin se trouve les Hebrides exterieures, nous avons une vue splendide d’ici on se croirait à la fin du monde.

Ensuite nous arrivons au château Dunvegan fief du clan des Mc Donald, le prix d’entrée pour visiter le château est hors de nos bourses et Steph achète des mignonnettes de whisky pour son père, et grande surprise quand nous remontons dans la voiture nous n’avons pas fait gaffe à la jauge d’essence qui est plus que dans le rouge !!!! Est-ce que l’on va en avoir assez pour rentrer ? Donc 30km/h max jusqu’à ce qu’on trouve une pompe d’essence, après une quinzaine de kilomètres miracle une pompe !! Mais à quel prix bon allé on en met quand même pour 20£ et il était moins une car Christophe a calculé qu’il ne devait même pas rester 1l de gazole dans la voiture !! on s’arrête à une plage sauvage pour admirer la mer et les prairies sauvages

Christophe et moi cueillons une fleur de chardon chacun, la mienne je la mets à sécher dans la voiture tandis que Chris la met accrochée à un aérateur d’air de la fiesta. Nous longeons le massif des Cuillins,

La fin de la journée arrive et nous quittons l’île de Skye par le passage sur le pont et ses 6£ … de retour au camping nous allons nous balader le long du loch à proximité du camping de l’autre côté de la route, on commence par s’amuser à faire des ricochets sur l’eau puis après le jeu consiste à voir qui lance les cailloux le plus loin, évidement Chris a oublié le vieil adage qui dit : sans maîtrise la puissance n’est rien !! Car de nous trois il est le plus costaud mais c’est lui qui lance le moins le caillou et celui qui lance le plus loin est : le moins costaud des 3, moi !! Ensuite nous voyons des mouettes sur le loch qui s’approchent et là c’est le carnage il en fallut de peu que je touche la mouette en plein vol avec un galet !!! Et pour terminer petit délire avec le lancer de caillou de la main gauche !! Heureusement que personne ne nous regarde car nous sommes pitoyables de ridicule mais une bonne poêlée de rire !! L’apero arrive juste avant le repas avec dégustation de bières locales,

Le repas se fait en musique traditionnelle car pendant que l’on mange il y a un spectacle traditionnel à l’intérieur du restaurant que l’on entend très bien de dehors, tout y passe flower of Scotland, Scotland the brave, highland cathedral, … à la cornemuse, c’est génial !! on est en plein dans l’ambiance locale. Les midges ne tardent pas donc direct au lit bien camouflés. Durant la nuit un bruit nous intrigue moi et Christophe car il vient de dessous le petit auvent de la tente et c’est un hérisson qui becte dans la poubelle que l’on retrouve d’ailleurs à côté de la tente au matin.

Balmagara, Fort William, Oban

Ce matin nous entamons la descente du pays et c’est direction Oban notre prochaine destination.

La route se fait tranquillement le long des lochs et je m’endors pour un petit somme, je me réveille vers le loch Laich et son magnifique château le Stalker castle positionné sur une île au milieu du loch.

Nous arrivons à Oban en début d’après-midi, nous avons le choix entre 2 campings dont le 1er que l’on arrive pas à trouver et le second où il faut emprunter une multitude de petites routes campagnardes, une fois le camping trouvé, le réceptionniste nous dit qu’il ne reste plus de place dans la partie réservée aux tentes mais que l’on peut se mettre quand même au niveau d’autres tentes près de l’entrée du camping, ce que l’on fait vite fait, ce soir c’est le dernier soir en Ecosse donc le repas au resto se rapproche !! Après une bonne douche nous repartons à Oban pour se balader en ville et acheter quelques souvenirs. C’est une ville portuaire bien sympathique avec son colisée qui surplombe la ville, nous n’avons pas mangé à midi et nous allons donc se faire un petit fish & chips, dans la queue nous rencontrons 4 jeunes français qui font le tour d’Ecosse en vélo, génial !! Nous leur souhaitons un bon courage. Chris voit un marchand de briquets Zippo et il voudrait avoir un collector « Beatles » malheureusement il n’en a pas. Nous entamons quelques emplettes souvenirs Chris et moi achetons 1 drapeau écossais chacun, le mien c’est la croix de Saint André et lui c’est le lion rampant. On achète en plus un petit drapeau pour accrocher à la voiture. C’est dans une boutique de souvenirs que l’on demande pourquoi beaucoup de voitures écossaises ont comme macaron derrière le drapeau écossais avec écrit « Ecosse » en français, et c’est juste pour narguer les anglais, car tous les ennemis des anglais sont les amis des écossais !!! Nous trouvons aussi une boutique de luxe de textile, on y rentre sans trop se faire d’illusions sur les prix mais il y a une super offre sur les écharpes tartans en pure laine d’Ecosse, 15€ les 2 + 1 gratuite donc Chris et moi en prenons 3 chacun. Il est temps maintenant de se trouver un petit resto sympa pour ce soir et l’on va passer 2h00 à trouver un resto avec des prix qui nous conviennent et qui ouvre ce soir. Nous entrons alors dans ce resto qui propose une vue imparable sur le port et le large, on prend un petit apéro en face des baies vitrées et on commande tous les 3 la spécialité écossaise : le haggis (panse de brebis farcie) accompagné de purée de céleri, en fait un spectacle traditionnel avec danses, cornemuse et autres instruments nous est proposé en même temps que le repas, une fois le haggis arrivé dans nos assiettes nous restons septiques sur ce plat mais une fois goûté au produit, il faut bien l’admettre c’est excellent !! Surtout avec une petite bière pour faire passer le tout. Pendant le repas nous voyons le ciel se couvrir de nuages noirs sur l’océan ce qui laisse présager rien de bien bon et là le déluge commence à tomber dehors, heureusement que nous sommes dedans, mais les tentes ?? On verra bien. A côté de nous un groupe d’une douzaine de français s’installent à la table et commandent sans trop réfléchir au prix des menus car pris dans l’ambiance du spectacle donc ce sera pour eux plats de fruits de mers, etc …, nous laissons faire, la note de notre repas nous parvient et il faut bien l’avouer elle est salée !! Non pas en Livres mais une fois fait la conversion en €uros !!! Environ 100€ pour nous 3 !!! pour un petit repas de fin de voyage c’est assez cher nous recalculons et effectivement même si nous n’avons pas pris grand-chose l’addition est exacte, la pilule est difficile à avaler mais bon c’est comme ça, cependant il nous tarde vraiment que nos voisins français reçoivent leur note car apparemment ils n’ont pas fait trop gaffe aux prix, va y avoir du sport !!! Pendant ce temps le déluge continue a tomber dehors, le spectacle se finit et le moment tant attendu arrive avec la note de resto de nos voisins qui est délicatement remise à un des convives et d’un seul coup nous voyons le type devenir tout blanc et relire tout seul la note !!!! Il passe doucement la note à son voisin qui se pétrifie lui aussi au vu du chiffre et la passe au troisième de table qui lui devient fou de colère et alerte la table de ce qu’il vient de voir !!! Une dispute générale commence alors pour savoir qui a pris quoi et à quel prix car la note est tellement épicée que personne ne veut payer !!!! Quel bordel monstre il s’engueulent les uns les autres en se traitant de tous les noms d’oiseaux. Ça va durer un bon ¼ d’heure et ils vont trouver un terrain d’entente pour payer la note et on sort tous du resto ensemble, en discutant un peu avec eux ils sont du nord-est de la France et ils viennent juste d’arriver en Ecosse, l’un d’eux nous dit qu’avec ce repas ils viennent déjà de grever de moitié leur budget vacance !! Ça commence bien pour eux !! la pluie ne cesse de tomber et il va bien falloir rejoindre la voiture nous courrons donc tous les 3 vers la fiesta pour nous mettre à l’abris et rejoindre le camping. Surprise dans les tentes les matelas flottent littéralement sur l’eau dans la tente !!! Tout est imbibé d’eau c’est de la folie !!! et il pleut toujours autant, on est tellement stupéfaits que la colère ne nous vient même pas à l’idée, avec un bol je décide donc de jeter l’eau de la tente dehors tant bien que mal j’y parviens et la nuit va être … humide …

Oban, Glasgow, Greenhead

Et la nuit fut … humide … très humide. Nos duvets en touchant le double toit de la tente ont pompé toute l’eau qui ruisselait donc résultat des courses les duvets sont devenus des éponges et l’oreiller de Christophe a fait de même de l’autre côté donc trempe aussi et évidement la tente remplie une nouvelle fois de flotte !! Et il pleut toujours autant en ce bon matin, nous restons dans les tentes un peu plus longtemps que d’habitude pour savoir comment on s’y prend pour tout plier et savoir si on attend une accalmie qui ne viendra pas. On range le maximum de chose sur notre matelas et direction le coffre de la voiture pour tout entasser au plus vite, le dégonflage du matelas se révèle de l’exploit !! Et je me remets à vider la tente de toute son eau avec un bol, évidement je suis sur les nerfs comme Chris, Steph reste à son habitude d’un calme « olympien ». Je finis d’essuyer le tapis de sol avec du papier wc et nous plions les 2 tentes au plus vite et sous la pluie, tout est trempe dans la voiture les chaussures de Christophe ont pris l’eau et il est obligé de finir le voyage avec les chaussures de rando, ce qui n’est pas des plus pratique. Quelle galère nous finissons le voyage sous des trombes d’eau qui l’aurait cru, c’est parti pour la descente vers Glasgow, au niveau de cette ville une petite accalmie se dessine pour traverser la cité, mais la pluie reprend de plus belle, durant le trajet de nombreuses routes sont coupées ou déviées à cause d’inondations, et des files de voitures commencent à se former, par miracle notre trajet est très peu perturbé par les intempéries. Sur l’autoroute c’est le pompon nous ne voyons plus rien de ce qui est devant nous tellement il pleut, et j’en prend une photo pour preuve.

Toute la journée se déroule sous la pluie et nous arrivons en fin d’après-midi au niveau de Lockerbie, là où il y a eu l’attentat d’un Boeing en 88 par Kadhafi. Nous comptons voir dans la région l’Hadrian’s wall (le mur d’Hadrien) construit à l’époque romaine par l’empereur Hadrien pour délimiter la frontière de l’empire romain d’avec les barbares de l’ouest à l’est de l’Angleterre. Nous nous arrêtons dans le petit village de Greenhead toujours sous la pluie, nous repérons un petit camping tenu par une vieille dame qui voudrait bien nous prendre mais qui s’excuse toutes les 30 secondes de l’état de son terrain gorgé d’eau, on lui dit que ce n’est pas bien grave et qu’on laissera la voiture à l’extérieur pour ne pas abîmer sa pelouse, montage de tente trempe sur un sol trempe et sous la pluie … trempe !!! Peu après un type avec un gros sac à dos arrive et monte lui aussi se tente devant les notre, il parcourt l’Ecosse à pied sous ce temps écossais, quel courage !! Juste avant la tombée de la nuit nous partons dans le village situé à 2 Km du camping pour visiter le mur d’Hadrien sous une accalmie bienvenue. La ressemblance avec la muraille de Chine est flagrante, il ne reste plus que les fondations et les premières pierres du mur mais on voit bien qu’il parcourt toute la campagne, c’est une sacrée fortification car il fait plus de 3m de large, quelle belle réalisation pour cette époque. (122 ap JC, construit par l’Empereur Hadrien, pour se protèger des tribus qui habitaient l’Ecosse, il fait 120km de long sur 3m de large et 4m de haut initialement. il y a une tour militaire tous les 1500m).

Nous revenons au camping pour manger vite fait tant qu’il ne pleut pas et à peine sous la tente que la pluie repart de plus belle pour toute la nuit, avec ce temps nous échappons aux midges mais à choisir entre ces sales bestioles et la pluie, je ne sais pas …

Greenhead, Hull

Le matin est, comment dire … humide, comme hier. C’est ce soir que nous prenons le ferry pour la traversée du retour, on replie tout le matos comme hier matin sous la pluie avec le même scénario, vider la tente d’eau. Même nos habits sont humides, donc chauffage dans la voiture à bloc pour sécher un peu tout ça, je mets mes chaussures et mes chaussettes à la sortie de l’aération de la voiture, en fait avec la chaleur et le taux d’humidité de l’air rien ne va sécher. Nous ne nous arrêtons pas en chemin pour ne pas avoir la même mésaventure de l’aller, à savoir arriver juste à l’heure pour l’embarquement. Et toujours de la pluie qui tombe, c’est l’intempérie de l’année en Grande-Bretagne. Nous arrivons à Kingston Hupon Hull dans l’après-midi, ce qui nous laisse pas mal de temps avant l’embarcation, nous allons au Tesco du coin pour s’acheter quelques trucs à manger dans le bateau et pour maintenant aussi car nous n’avons pas fait grand repas depuis le resto. Le temps c’est calmé mais le ciel est toujours très encombré et les nuages sont très bas, en plus comme nous sommes au bord de la côte le vent souffle sans arrêt. A côté du centre commercial se trouve un grand magasin de sport et nous allons y jeter un petit coup d’œil, mais aussi pour se réchauffer. Il est sur 2 étages principalement consacrés au rugby et au foot, acquis tout à la gloire de Manchester United avec un immense tableau au-dessus de l’entrée avec inscrit tous les trophées et victoires du club. L’heure du départ approche et nous nous dirigeons maintenant vers le port d’embarcation, nous arrivons parmi les premiers cette fois si, on va laisser la voiture fermée toute la nuit, déjà que qu’avec l’humidité il y a une odeur de chacal et de renfermé dedans, qu’est-ce que ça va être demain matin !! Nous prenons avec nous surtout de quoi se ravitailler dans la cabine, Christophe a acheté 2 revues style Paris-Match pour la soirée. Cette nuit la mer est assez agitée.

Zeebrugge, Anet, Chartres

Enfin une nuit au sec, que ce fut bon !! Nous retrouvons la voiture comme nous le craignons c’est-à-dire puant le renfermé comme ce n’est pas possible … donc vitres ouvertes pendant quelques kilomètres. Bien sûr retour à la conduite à droite, mais il ne faut pas beaucoup de temps pour se réhabituer à cela. Christophe trouve que la voiture tire d’un côté à cause de la pression des pneus sûrement déséquilibrée, ça tombe bien il faut que l’on face de l’essence, on regardera la pression des pneus en même temps. Dans une petite ville on trouve une station et on y fait le plein, en même temps on demande au pompiste flamand s’il peut nous contrôler la pression pneumatique, il fait semblant de comprendre qu’à moitié et va chercher son manomètre qui ne marche pas … Il nous rajoute quand même de l’air dans les 4 pneus plus ou moins au hasard, ce que lui reproche Christophe verbalement, le pompiste nous dit alors que lui il contrôle les pneus en à l’œil et au toucher …. Quel pauvre type. On reprend la route et la ça devient carrément dangereux la voiture est totalement déséquilibrée, surtout à grande vitesse sur l’autoroute. Première autre station de plus grande envergure et nous nous y arrêtons pour recontrôler tout ça avec quelqu’un de plus compétant, effectivement comme on s’en doutait il y a une pression différente dans chaque pneu et de beaucoup en plus, pour clôturer le tout les pneus sont sur gonflés !!! On rectifie tout ça et c’est reparti pour la France où le soleil et le beau temps sont présents, ça change des 2 derniers jours !! Nous traversons la Belgique sans encombres, pas de soucis Lille, on contourne Paris comme à l’aller par l’est et nous arrivons près d’Anet, ce nom de village me dit quelque chose … Oui je l’ai vu plusieurs fois dans des mots fléchés « le château de Diane », je dit alors à Steph et Chris que dans ce village il y a un très beau château à voir, malheureusement le château n’est pas visitable mais on devine l’immense propriété par-dessus les murs d’enceinte et les grilles d’entrée, nous visitons quand même la chapelle où se trouve le mausolée tout en marbre de Diane de Poitiers.

Nous arrivons à Chartes en fin d’après-midi, et nous allons au camping municipal d’un petit village juste après Chartres. Et là c’est la grande inconnue : dans quel état nous allons retrouver nos affaires trempes de 2 jours dans le coffre, comme nous le redoutions c’est une infection dans le coffre de la fiesta ! Ça sent le moisit et le renfermé à ne plus y tenir, heureusement pour nous un petit vent souffle. On sort tout et on étale tout ce que l’on peut au vent pour faire sécher un maximum de choses. Les serviettes, les duvets, les matelas gonflables, les toiles de tentes, les sacs, … Quelques personnes du camping nous regardent faire, ils doivent se demander ce qui nous est arrivé !!

Plusieurs choses sont à jeter comme le sopalin, le papier wc, … qui ont pris l’eau. Mon téléphone sonne et c’est ma mère qui m’appelle pour savoir où est ce que l’on est ? Je lui raconte brièvement notre mésaventure due à la pluie et elle m’apprend qu’un copain (Culustre) s’est planté avec sa voiture juste devant la maison la nuit dernière, heureusement rien de bien grave pour lui, il sortait de l’anniversaire à Benoît et il s’est planté au niveau de la forge dans le fossé droit comme un I !! Toute la nuit mes parents, Jean-Pierre avec un tracteur et les copains ont essayé de dégager la voiture !! Avec ce petit vent tout sèche rapidement, et on peut maintenant monter les tentes, après un bon repas comme on en a plus fait depuis quelques temps et direction le duvet pour une nuit des plus confortable !!

Chartres, Bordeaux

Nous nous levons assez tard, et nous commençons par un petit dej avec ce qui nous reste de d’épicerie car on a jeté le pain de mie qui avait pris l’eau et le lait en poudre qui a aussi pris l’humidité, pour pouvoir jeter la boite de lait nous nous partageons le reste dans nos bols ce qui fait un lait assez épais, plutôt indigeste à avaler, nous rangeons tout et c’est parti pour la dernière ligne droite vers Bordeaux,

En cours de route je commence à avoir mal à l’estomac et je décide de fermer les yeux et essayer de dormir jusqu’à 12h00 mais le mal au ventre commence à s’amplifier de plus en plus sans compter que le temps est orageux et il fait lourd dans la voiture et comble du comble depuis quelques jours j’ai le cul mâché par le siège de la fiesta il m’est impossible de rester plus d’1/4 d’heure assis à la même position sur le siège. Vers 12h00 il commence à pleuvoir et nous arrivons dans un petit village vers Tours, par chance il y a une halle au centre du village ce qui nous permet de manger à l’abris, ou plutôt Stéphane et Christophe de manger car moi j’ai l’estomac en vrac et je pars de suite aux wc municipaux à côté de la hall pour vomir, c’est ce que je fais en mettant 2 doigts dans la bouche et c’est tout le petit dej qui ressort avec ce lait semis pâteux que je n’ai pas digéré. Bien sûr je ne mange pas à 12h00 et je prends simplement un peu d’eau pour me rincer la bouche et le ventre. Nous rentrons tranquillement vers Bordeaux sans encombre et nous laissons Stéphane chez lui à Bayon et nous, nous rentrons à Saint Martial, mes parents bien sûr ont fait un bon gros repas pour nous accueillir et Christophe ne se fait pas prier pour manger un morceau tout en racontant nos aventures écossaises, nous vidons mes affaires de la fiesta et Chris repart vers Auch car il rembauche demain matin.

1 commentaire sur “Récit de voyage en Ecosse”

  1. Ping : Visiter Dublin en 2 jours | Fondarch

Laisser un commentaire