Architecture : les formations d’aujourd’hui ou les dessous de la ville de demain

ecole-architecte

À l’ère du numérique, les formations sont désormais plus innovantes et intègrent davantage les objectifs du développement durable.

Dans les écoles de formation professionnelle (architecture, ingénieurs, urbanisme ou design), la formation est désormais axée sur la bonne utilisation des outils technologiques pour une ville durable. Une vision qui est en totale adéquation avec les attentes de la plupart des étudiants et des diplômés.

Le nouveau mode de formation en architecture

Ce mode de formation se manifeste par l’exécution de projets à base de matériaux biosourcés ou recyclés dans les écoles d’architecture. Les étudiants en master urbanisme, pour leur part, apprennent à se servir de l’existant pour avoir de nouvelles formes de bâtiment. Depuis déjà des années, l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage travaille en partenariat avec d’autres écoles et institutions pour réaliser des bâtiments encore plus énergétiques.

Un modèle qui a inspiré quelques étudiants qui s’en sont servis pour réaliser leur projet de quartier écologique. Ces étudiants n’ont utilisé, en priorité, que des matériaux respectueux de l’environnement. Le béton n’est employé que faiblement, et seulement en cas d’absolue nécessité. Ledit projet a remporté le prix du concours d’architecture de Saint-Gobain, destiné aux étudiants. (voir l’article sur le concours du Compasso d’Oro).

Une ville durable est une ville qui tient compte surtout de ses habitants. C’est pourquoi les formations sont davantage tournées vers la prise en compte des habitants qui sont les principaux acteurs de la gouvernance et de la fabrique.

Les nouveaux programmes sont conçus pour orienter les apprenants vers la prise en compte des préoccupations du public et le respect de l’approche genre et développement. La formation se déroule généralement en situation réelle et permet aux étudiants de concevoir des projets. Ce qui a favorisé l’émergence des tiers lieux.

Les tiers lieux font désormais partie intégrante du programme de formation en architecture, urbanisme et aussi dans les écoles d’art. C’est dans cette dynamique de prise en compte des habitants que sont nées des formations qui se situent à mi-chemin entre l’urbanisme et la création. Dans cette optique, l’université Panthéon-Sorbonne a mis au point un programme de formation à la conception de projets proches de la population.

De nombreuses écoles ont, par ailleurs, créé des masters spécifiques dans ce domaine et qui s’adressent aux professionnels et jeunes diplômés. C’est le cas de l’École de design Nantes Atlantique, avec son master « design urbain ». Les étudiants doivent, avant tout, apprendre à se poser les bonnes questions pour trouver des solutions innovantes qui facilitent la vie de la population. Le travail est fait sur la base de l’écoute des principaux acteurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.