Les tours satellites de Luis Barragán

tours satellites

Les Tours Satellites sont un ensemble sculptural de cinq prismes triangulaires de différentes couleurs et tailles, disposés dans une esplanade située au nord de Mexico, à Ciudad Satélite, sur l’avenue principale Anillo Periférico dans sa partie nord. Elles sont l’œuvre du sculpteur Mathias Goeritz et de l’architecte Luis Barragán, lauréat du prix Pritzker, avec la collaboration du peintre « Chucho » Reyes Ferreira. Conçues à l’origine comme une grande fontaine à l’entrée de la ville naissante, les tours sont devenues un symbole distinctif de la zone appelée Satellite, située dans la municipalité de Naucalpan de Juarez dans l’État du Mexique.

Le designer et artiste mexicain Germán Montalvo les a célébrés en disant qu’ils sont « une énorme affiche transformée en architecture ».

Histoire des tours satellites de Barragán

La planification des tours, l’une des premières grandes sculptures urbaines du Mexique, a commencé en 1957 avec l’idée du sculpteur Mathias Goeritz et de l’architecte Luis Barragán, avec la collaboration du peintre Jesús Reyes Ferreira.

En principe, on envisageait la construction de sept corps, dont les plus grands atteindraient une hauteur de 200 mètres ; cependant, faute de budget, deux corps ont été éliminés, laissant cinq tours et réduisant sa hauteur de sorte que la plus grande tour mesurait 52 mètres de haut et la plus petite 30. L’idée originale de Goeritz sur la couleur des tours est que toutes étaient dans différents tons d’orange, mais il fut convaincu par les constructeurs et entrepreneurs d’être peint dans différentes couleurs, restant dans orange, bleu, blanc et jaune. Son influence principale est les tours de San Gimignano en Italie, après un voyage par Goeritz et plus tard par Barragán accompagné par l’historien d’art Justino Fernández en 1951 dans cette ville. Plusieurs chercheurs ajoutent également le concept d’architecture émotionnelle promu par Goeritz, pour l’effet esthétique unique à travers de grands volumes géométriques et des gammes tonales simples dans le paysage urbain.

Ainsi, dans les premiers jours de mars 1958, les tours satellites ont été inaugurées comme symbole de la ville satellite naissante, sous la dernière année du gouvernement d’Adolfo Ruiz Cortines, bien que l’idée de cette subdivision soit née à l’époque de Miguel Alemán Valdés, qui a même vécu dans Ciudad Satélite. Récemment, il a été proposé de les déclarer Patrimoine culturel de l’humanité devant l’UNESCO.

Actuellement, les gens de la région se préoccupent de l’intégrité des structures et de leur environnement visuel par le passage d’un côté du viaduc du Bicentenaire, une route élevée.

Couleurs

Les tours ont subi plusieurs modifications dans leurs couleurs :

Les couleurs originales, corroborées par les photographies de l’époque, étaient le blanc, le jaune et l’ocre, selon l’inspiration que leurs créateurs trouvaient dans les tours de San Gimignano.

A l’occasion des Jeux Olympiques de 1968, elles ont été peintes par Mathias Goeritz dans des tons orangés afin de marquer un meilleur contraste avec le bleu du ciel. Elles le restèrent jusqu’en 1974 environ.

Par la suite, deux tours blanches, une bleue, une jaune et une rouge ont été peintes avec leurs couleurs actuelles.

Pour 1989, après avoir présenté une certaine détérioration due au passage du temps, ont été repeints les 6.644 mètres carrés de sa surface par les sociétés Nervión et Bayer du Mexique. Des restes de pots de peinture de ce remodelage restent à l’intérieur de la tour rouge.

Pour célébrer leur 50ème anniversaire, elles ont été remodelées en 2008 par la Mairie de Naucalpan et des donateurs privés, en enlevant les anciennes couches de peinture avec des coups de mousse polyuréthane et en leur redonnant leurs couleurs originales. Sept mille litres de peinture anti-graffiti ont été utilisés à cette fin et un éclairage architectural a été installé.

Laisser un commentaire