Carnet de voyage en Polynésie Française

28 décembre

Nous quittons une île (l’île de Pâques) pour rejoindre une autre, nous rejoignons la Polynésie Française et atterrissons à Tahiti. Nous sommes accueillis par la pluie, mais un groupe de chanteurs et une jolie vahiné distraient les voyageurs en attendant de s’acquitter des formalités douanières. C’est plus chaleureux que dans d’autres pays !

Fleur de Tahiti
Fleur de Tahiti

Moorea

29-31 décembre

Dès la matinée, le temps est encore maussade et entre deux averses nous découvrons rapidement le centre de Papeete. Nous décidons de nous rendre sur Moorea ; l’une des îles qui composent l’archipel polynésien français. L’île est située à 17 km de Tahiti, la traversée en bateau rappelle des mauvais souvenirs à Lili. Mais ça va, pas de sac à vomi rempli ! Arrivés à Moorea, nous faisons le tour des loueurs de voiture. Nous repartons au volant d’une petite Citroën C1. Ouah ! Quel luxe après le scooter de Rapa Nui ! On n’en peut plus ! En fait, c’est assez bizarre, après s’être déplacés ces derniers temps toujours en bus plus ou moins luxueux et parfois bien entassés, cela fait drôle de se retrouver dans un véhicule pour 2, on se sent privilégiés… Mais on s’habitue vite au confort.

Moorea
Tortue sur une plage de Moorea

Il est temps de se réapprovisionner, nous allons au premier supermarché : un Champion ! Ouah ! Quel « choc », on se croirait en France, hormis que le rayon des fruits et légumes est plus diversifié, nous retrouvons les mêmes produits qu’à la maison, donc bien sûr, nous achetons du beurre demi-sel. Quel plaisir !

Moorea
Moorea

Nous nous installons dans un camping, qui nous servira de base pour la visite de l’île. La nuit tombe vite, il ne faut pas trainer à planter la tente mais gare aux cocotiers, car comme nous la rappelait le loueur de voiture : « veiller à ne pas vous garer sous un cocotier ! ». Ah, ben oui, ce n’est pas le genre de question qu’on se pose en France !

Moorea
Moorea

La visite de l’île se fera tous les jours sous la grisaille, ponctuée d’averses. Et oui, c’est la saison des pluies ici. Il fait tout de même 30° en moyenne.

Moorea est une île montagneuse, entourée d’un lagon aux eaux turquoises et transparentes. L’île est jolie, avec une végétation dense et très fleurie, avec des arbres et des fleurs de toutes les couleurs. Pas très grande, nous en faisons vite le tour. La route de ceinture, longue d’une soixantaine de km, traverse des paysages variés et luxuriants. En effectuant le tour de l’île, on découvre des points de vue sur le lagon, les baies de Cook et d’Opunohu, les vallées, les plages et quelques églises plantées un peu partout.

Moorea
Moorea

Les distractions principales sont les activités nautiques dont le snorkeling pour profiter de la faune sous-marine variée et abondante. C’est fascinant, juste équipé d’un masque et d’un tuba, à quelques mètres de la plage seulement, on découvre sous l’eau une variété inouïe de poissons, on se croirait dans un aquarium ! Impossible de sortir de l’eau c’est trop beau ! Le temps aussi est beau ce séjour là (le seul de tout notre séjour) résultat : Lili ressort le dos cramé ! Nous visitons un centre de soin pour tortues, et profitons d’un spectacle de dauphins, trop chouette.

Les principales activités sont la culture de l’ananas, la pêche et le tourisme bien sûr (Moorea est la troisième île la plus visitée de la Polynésie française après Tahiti et Bora Bora). Nous en profitons pour visiter le magasin de l’usine de jus de fruit de l’île et goûtons au meilleur jus d’ananas que nous ayons bu jusqu’à présent.

Tahiti

1-3 janvier

Tahiti
Tahiti

Nous retournons sur l’île de Tahiti pour terminer notre séjour. Tout comme Moorea, avec les montagnes en son centre, les habitations et activités sont concentrés autour de son littoral. L’île est composée de deux parties, la plus petite est appelée Presqu’île ou Tahiti Ti, qui est reliée à la principale (Tahiti Nui) par l’isthme de Taravao. Le cœur de la Presqu’île est surprenant, de verts pâturages où paissent des vaches sous les arbres, un petit air de Normandie ! Ce sera bien sûr l’un de nos endroits préférés ! Nous découvrons également les plages de sable noir, où les petits crabes se cachent dès notre arrivée. Nous ne manquons pas de profiter des plages de sable blanc avec palmiers, vraiment des paysages de carte postale.

Plage de Tahiti
Plage de Tahiti

Notre séjour en Polynésie sera une vraie « pause » dans notre itinéraire. Nous avons apprécié de parler français et de retrouver de bons produits français. L’accueil a toujours été très chaleureux et nous nous souviendrons des Polynésiens comme étant des gens souriants et charmants avec qui « y a pas de problème ! ».

Maintenant, direction l’Australie !

2 commentaires sur “Carnet de voyage en Polynésie Française”

  1. Ping : Carnet de voyage en Australie | Fondarch

  2. Ping : Carnet de voyage à l'île de Pâques | Fondarch

Laisser un commentaire