Nos conseils pour choisir et utiliser les bons pinceaux de peinture

choisir pinceaux

Il existe une variété extraordinaire de pinceaux et nous vous proposons aujourd’hui un guide pour vous aider à choisir celui qui correspondra le mieux, en fonction de votre type de peinture et de votre style. Vous allez bien sûr choisir votre matériel en fonction de votre budget, mais il vous est déconseillé d’utiliser des pinceaux bas de gamme qui ne rendront jamais justice à votre talent.

Vous devez déjà vous interroger sur la peinture que vous utilisez – aquarelle, acrylique ou à l’huile – avant de déterminer sa forme idéale selon votre style et l’effet recherché.

Choisir son pinceau en fonction de sa technique de peinture

La peinture aquarelle

Utilisant de l’eau, il lui faut un pinceau qui retienne bien l’humidité, en poil de martre ou d’écureuil petit-gris par exemple. Le manche est le plus généralement assez court.

La peinture acrylique

La peinture acrylique utilise des solvants auxquels certains poils ne résistent pas. C’est pourquoi il est préférable de vous tourner vers des poils synthétiques.

La peinture à l’huile

Cette méthode requiert généralement des retouches. Le poil d’oreille de bœuf est le meilleur, mais vous pouvez également choisir un pinceau en poil de putois ou poney.

Le manche du pinceau

Le manche en bois est à privilégier, car il demeure agréable et doux et participe à la qualité du toucher du peintre.

Optez pour votre essence préférée : chêne, bouleau, hêtre, frêne…

Plus vous désirez de la précision, plus le manche doit être long et vous permet d’avoir du recul.

Les poils du pinceau

C’est évidemment la partie la plus importante et la qualité des poils influence fortement le résultat.

Voici les différents types de poils :

  • Les soies de porc jouissent d’une excellente réputation grâce à leur remarquable élasticité, mais aussi leur résistance dans le temps. Elles conviennent à la peinture à l’huile ;
  • Les poils de poney, chèvre, putois ou bœuf sont les plus prisés pour l’aquarelle ;
  • Les poils de martre des pins ou d’écureuil petit gris constituent les poils les plus fins, tout en restant extrêmement résistants. Leur particularité est de gonfler à l’usage, dès qu’ils entrent en contact avec l’humidité. Ces poils sont privilégiés pour la peinture à l’huile ou les lavis ;
  • Les poils synthétiques sont en nylon ou en perlon. Ils sont conçus pour durer plus longtemps que les poils naturels. Très élastiques, ils sont généralement destinés à la peinture acrylique.

La pointe du pinceau

Il vous faut encore choisir la forme des poils du pinceau, et notamment sa pointe, car on dénombre sept versions, à sélectionner en fonction des intentions du peintre.

  • La pointe ronde est réservée pour les retouches et les finitions.
  • La pointe en amande vient en complément pour les finitions.
  • La pointe courte et plate permet de réaliser les fonds.
  • La pointe longue et plate sert également aux fonds et s’avère idéale pour les aplats généreux.
  • La pointe en éventail est préférée pour les glacis, les estompes et les fondus.
  • La pointe en brosse biseautée permet de séparer nettement les couleurs.
  • La pointe bombée convient aux glacis.

L’entretien du pinceau

La qualité de l’entretien de votre pinceau change du tout au tout sa longévité, c’est pourquoi vous devez le nettoyer minutieusement.

  • Si vous avez trop attendu et que le poil a durci, utilisez une brosse, type brosse à dent, ou brosse à ongles. Départagez les poils en brossant doucement la tête du pinceau sous l’eau tiède.
  • Ensuite, retirez le surplus de peinture à l’aide d’un chiffon, en faisant attention de ne pas tirer sur la tête du pinceau et risquer d’arracher des poils.
  • Passez les poils sous de l’eau tiède à l’eau légèrement savonneuse.
  • Rincez et séchez votre pinceau. Ne le laissez jamais à la verticale, les poils vers le bas, sinon, ils vont se courber et votre pinceau sera inutilisable.

Laisser un commentaire