Vico Magistretti, sa vie et son oeuvre

Vico Magistretti

Ludovico « Vico » Magistretti (Milan, 6 octobre 1920 – Milan, 19 septembre 2006) était un designer et architecte italien.

Biographie de Vico Magistretti

Né dans une famille milanaise bourgeoise le 6 octobre 1920, Vico Magistretti fréquente le lycée Parini puis, à l’automne 1939, s’inscrit à la faculté d’architecture de l’Ecole Polytechnique Royale de Milan, où il enseigne à des personnalités de l’architecture de l’époque comme Gio Ponti et Piero Portaluppi. Entre 1943 et 1944, il décide, comme beaucoup d’intellectuels de l’époque, de quitter son pays pour s’installer en Suisse où, au Camp Universitaire Italien de Lausanne, il a la possibilité de suivre des cours académiques. Il a passé du temps avec Ernesto Nathan Rogers, qui restera dans la mémoire de l’architecte comme une personne clé dans sa formation intellectuelle.

En 1945, il retourne à Milan, où il obtient le 2 août de la même année son diplôme d’architecte de l’Ecole Polytechnique. Il a immédiatement commencé sa carrière professionnelle dans l’atelier de son père, l’architecte Pier Giulio Magistretti (dont la participation à l’Arengario de Piazza Duomo, en collaboration avec Giovanni Muzio, Piero Portaluppi, Enrico Agostino Griffini, et la construction de certains des plus importants bâtiments de Milan dans les années 20 et 30) dans Via Conservatorio. Ce sont les années de reconstruction qui l’ont vu s’impliquer à la fois dans les associations culturelles (en 1946 il fut l’un des promoteurs de la MSA) et dans l’activité professionnelle, d’abord menée principalement dans le domaine de la construction subventionnée.

De 1949 à 1959, il a planifié et réalisé environ 14 projets pour l’INA-Home et avec Mario Tedeschi il a également participé à l’entreprise collective de QT8 avec le quartier des vétérans d’Afrique et plus tard avec l’église de Santa Maria Nascente (1953-1955). Dans le Milan des Triennales et de l’industrie naissante du design, une importance particulière a été accordée à sa participation aux éditions des VIII, IX (médaille d’or) et X Triennales (Grand Prix), jusqu’au point d’organiser quelques expositions pour l’institution milanaise dans le cadre d’expositions plus récentes (notamment la XII Triennale de 1960 en collaboration avec Ignazio Gardella). Les années cinquante furent pleines d’initiatives et de propositions novatrices de la part du jeune architecte qui, en peu de temps, confirma son statut d’un des représentants les plus significatifs de la « troisième génération ». Deux des bâtiments les plus significatifs de l’activité professionnelle de Vico Magistretti à Milan datent de cette période : la tour du Parc de la via Revere (1953-56, avec Franco Longoni) et l’immeuble de bureaux du corso Europa (1955-57) ; à ceux-ci s’ajoutent dans les années suivantes de nombreuses autres interventions particulièrement importantes, dont, en 1962-64, les tours du piazzale Aquileia.

En 1956, il est l’un des membres fondateurs de l’ADI, l’Association pour le design industriel. En 1959, il a été membre du jury du Compasso d’Oro Award avec Bruno Alfieri, Giulio Minoletti, Augusto Morello et Giovanni Romano. En 1960, il a de nouveau fait partie du jury du prix ADI avec Lodovico Belgiojoso, Augusto Magnaghi, Augusto Morello et Marco Zanuso.

L’attention particulière portée au thème de la maison et de l’habitat finit par monopoliser, à partir des années soixante, son travail d’architecte, lui faisant développer un langage extrêmement expressif qui, bien que parfois polémiquement critiqué, a beaucoup de prise sur la culture architecturale lombarde de l’époque, lui permettant de devenir un des protagonistes majeurs. Dans ce contexte, il participe au Congrès CIAM (Congrès Internationaux d’Architecture Moderne) d’Otterlo (Pays-Bas) en 1959, où les Italiens présentent la tour Velasca de BBPR, la cantine Olivetti de Ignazio Gardella, les maisons de Matera de Giancarlo De Carlo et la maison Arosio à Arenzano construite l’année précédente par Magistretti. Ces œuvres ont fait scandale et ont été, en quelque sorte, l’emblème de la crise qui a frappé la célèbre institution de l’époque, qui était jusque-là le protagoniste incontesté du débat sur l’architecture. La maison Arosio semble marquer le début d’une exploration très personnelle d’un langage qui s’exprime aussi clairement dans d’autres maisons unifamiliales contemporaines telles que Villa Schubert à Ello (1960), la maison Gardella à Arenzano (1963-64) et Villa Bassetti à Azzate (1960-62).

Dans les années suivantes, l’activité d’architecte est de plus en plus liée à celle de designer, le design de mobilier et d’objets restant « classique ». Pour l’architecte lombard, la simplicité n’était pas un manque de décoration mais un manque de redondance, dans la conviction que la  » différence  » consistait dans le détail conceptuel : d’où sa prédilection pour le  » concept design  » visible dans presque toute sa production. C’était l’époque de la Mairie de Cusano Milanino (1966-69), du quartier Milano-San Felice (1966-69, avec Luigi Caccia Dominioni), de la maison de Piazza San Marco (1969-71) mais aussi du prix Compasso d’Oro pour la lampe Eclisse (1967), pour la lampe « Atollo » (1977) et pour le fauteuil Maralunga (1973, prix en 1979).

Magistretti a reçu de nombreux prix dans le domaine du design ; dans le domaine purement architectural, il a été nommé membre de l’Académie di San Luca en 1967 et nommé membre honoraire du Royal College of Art à Londres, où il a également été professeur invité. Il a également enseigné à la Domus Academy de Milan et a donné des conférences et des exposés en Europe, au Japon et aux États-Unis. En 1986, il a reçu la médaille d’or de la SIAD (Société des artistes et designers industriels).

Ses travaux les plus récents comprennent la Faculté de biologie de l’Université d’État de Milan (1978-81, avec Francesco Soro), le projet de maison à Piazzale Dateo (1984 avec Francesco Soro), la maison Tanimoto à Tokyo (1985-86), le Centre Cavagnari à Parme (1983-85), le technocentre de la Cassa di Risparmio di Bologna (1986-88) et pour l’ATM de Milan le Deposito Famagosta (1989-2002), le supermarché Esselunga de Pantigliate (1997-2001), la villa de Saint Barth aux Antilles françaises (2002), les bureaux de l’ancienne filature Cerruti à Biella (2005) et la villa à Epalinges près de Lausanne, un de ses derniers projets achevé avant son décès en 2006.

Depuis les années 1960, son activité de designer est marquée chaque année par la création de nouvelles « pièces », événements également attendus à l’occasion du Salone del Mobile de Milan qui, en 1997, a consacré une exposition monographique à Vico Magistretti aux côtés de celle de son « professeur » Gio Ponti. En 2003, l’exposition Vico Magistretti a eu lieu au Palazzo Ducale de Gênes. Le design des années 1950 à nos jours est entièrement centré sur son travail de designer. La même année, il est nommé membre du comité scientifique de la Fondazione Politecnico di Milano et reçoit en 2005 le prix spécial Abitare il tempo. Ses derniers projets de design ont été présentés au Salone del Mobile en 2008. Ses œuvres de design sont exposées dans la collection permanente du MOMA à New York et dans d’autres musées en Amérique et en Europe.

En 2010, la Fondazione Studio-Museo Vico Magistretti, promue et présidée par sa fille Susanna, en collaboration avec le Triennale Design Museum de Milan et d’autres fondateurs actuels tels que De Padova, Flou, Artemide, Oluce et Schiffini, fut fondée à Via Conservatorio à Milan, avec son siège dans le studio où l’architecte et designer Milanais travaille depuis plus de soixante ans.

Le musée, à travers un parcours didactique-expositif, vise à tracer un processus de conception qui retrace toutes les étapes de la production de l’architecte de 1946 à 2006, à travers l’exposition des collections permanentes et des expositions temporaires d’une vaste archive qui conserve environ 30.000 croquis et dessins techniques, 3000 documents, 7.000 cadres ainsi qu’une collection de modèles et prototypes. Depuis 2007, la Fondation est reconnue comme un bien culturel pour son importance historique et est soumise à l’obligation de protection.

Ses œuvres

En architecture

1948 Maison pour vétérans QT8 (avec Paolo Chessa et Mario Tedeschi)

1949 Concours INA – Accueil, Piacenza

1950 Maison en c.so par P.ta Ticinese, Milan

1952 Maison à via Santa Marta, Milan

1953 Laboratoires de Ciment Rouge, Piacenza

1953-56 Torre del Parco, via Revere à Milan (avec Franco Longoni)

1953-54 Église de Santa Maria Nascente à QT8, Milan (avec Mario Tedeschi)

1956 Centre récréatif et cinéma, Rescaldina (Milan)

1957 Immeuble de bureaux à corso Europa n. 22, Milan

1958 Casa Arosio, Arenzano (Gênes)

1959 Église de Ravello di Rescaldina, Milan

1961 Quartier San Felice, Milan

1961 Maison à via Leopardi, Milan

1962 Casa Bassetti, azzate (Varese)

1963 Casa Gardella, Arenzano Gênes

1964 Maison à Torre en p.le Aquileia, Milan

1965 Casa Cassina, Carimate

1966 Appartement Marina Grande, Arenzano

1966 Maisons en via Conservatorio, Milan

1967 Maisons à Framura (SP)

1969 Municipalité de Cusano Milanino (MI)

1969 École primaire à Meda (avec Gae Aulenti)

1970 Maisons à Piazza San Marco, Milan

1973 Maisons à Arizzano, Verbania

1973 Casa Giovanardi à Portobello di Gallura

1976 Maisons à Rocca Llisa, Ibiza (Espagne) avec F. Soro

1978 Collège de San Daniele del Friuli (Udine)

1978-81 Faculté de biologie, Milan

1980 Casa Vanelo, Marina di Massa (Massa Carrara)

1984 Cas du projet à p.le Dateo (Milan)

1985 Centre Cavagnari de la Cassa di Risparmio, Parme

1986 Villa Tanimoto, Tokyo

1988 Tecnocentro Cassa di Risparmio di Bologna, (Bologne)

1989 Dépôt de guichets automatiques Famagosta, Milan

1993 Maisons à Agrate Conturbia (Novara)

1994 Nouveaux bureaux à Barilla, Pedrignano (Parme)

1997 Superstore Esselunga, Pantigliate (MI)

2002 Villa à Saint Barth (Antilles françaises)

2003 Projet d’extension de la Mairie de Cusano Milanino (MI)

2004 Projet villa à Epalinges (Lausanne CH)

2005 Agrandissement de l’ancienne lainerie Cerruti, Biella

2005-2006 Projet de logement à Ceparana (La Spezia)

En design

1946 Claritas, lampe

1949 Tables basses empilables pour Azucena

1951 Envoi, table à rallonge pour Techno

1960 Carimate, chaise pour Cassina

1961 Omicrom, lampe

1961 Lambda pour Artemide

1962 Caori, table basse

1963 Omega, Mania, lampes pour Artemide

1964 Demetrio, tables en plastique pour Artemide

1965 Lampe eclipse (eclisse), Dalù, Cyrène, lampes pour Artemis

1966 Chimera, Telegono, Teti, lampes pour Artemide

1967 Stade, table en plastique pour Artemide

1967 Triteti, lampe pour Artemide

1968 Calédonie, canapé

1969 Sélène, chaise (brevet 1967) pour Artemide

1969 Ciambella, lampe pour Fontana Arte

1969 Telegon, lampe pour Artemide

1970 Gaudì, Vicario, Golem, chaises pour Artemide

1971 Suspendue, lampe

1972 Timo, cuisine pour Schiffini

1973 Maralunga, fauteuil et canapé pour Cassina

1974 Sonora e Snow, lampe pour Oluce

1975 Ekkon, Armilla, Troco, lampes

1975 Dim, lampe pour Oluce

1976 Safran, table et chaises

1977 Flandres Fauteuils modulaires et canapés simples pour Cassina

1977 Nuvola rossa, bibliothèque pour Cassina

1977 Atollo, lampe pour Oluce

1977 Lyndon, lampadaire d’extérieur pour Oluce

1978 Nathalie, lit pour Flou

1978 Linz, lampe pour Oluce

1979 Balai, fauteuils (Regina d’Africa), canapés, chaises, tables, tables, cintres (Tenorio), bibliothèque (Bath) pour Alias

1979 Pascal, lampe pour Oluce

1980 Paddok, fauteuil et canapé

1980 Kuta, lampe pour Oluce

1981 Sindbad, polychrome et canapé pour Cassina

1982 Kobe, lit

1983 Véranda, fauteuil et canapé pour Cassina

1984 Simi, président

1985 Cardigan, canapé

1985 Slalom (Sélection du Compasso d’Oro Award ADI 1984) et Idomeneo, lampes pour Oluce

1986 Vidun, table pour De Padova

1986 Nara, lampe pour Oluce (production) Sélection Compasso d’Oro Award ADI 1981

1987 Lester, lampe pour Oluce

1987 Maroc, chaises pour De Padova

1988 Shigeto, garde-robe

1989 Argent, chaise pour De Padova

1990 Campiglia, cuisine

1991 Tanimoto, librairie

1991 Nara, lampe pour Oluce

1992 Gravé, fauteuil

1992 Crimée, lit pour Flou

1993 Tadao, lit pour Flou

1993 Pierre, Bart, lits

1994 Mauna Kea, chaises, tables pour Kartell

1995 Solaro, cuisine

1996 Maui, président

1994 Vico, Vico duo, Vicosolo, Vicosolo, chaises pour Fritz Hasen

1998 Maroc, lampe

1999 Cinqueterre, cuisine pour Schiffini

1999 Ananas, lampe pour Fontana Arte

2000 Prolongé, Afrique, sessions

2000 Tibet, lampe pour Oluce

2000 Margaret, lampe pour Fontana Arte

2001 Poignée, lunettes

2002 Fleur, table

2003 03 03 03, chaise en aluminium

2003 Bruco, pour Fontana Arte

2003 Barreau Atlantique, pour Esselunga

2004 Magellan, Oreiller, Canapés

2005 Bistrò, fauteuil

2005 Piazza San Marco, lampe pour Oluce

Gemini 2006, table basse en verre

2007 Fan, Ozu, canapé et fauteuil

Laisser un commentaire