Renzo Piano, sa vie et son oeuvre

Renzo Piano

Renzo Piano, né le 14 septembre 1937 à Gènes (Italie) est un architecte et ingénieur italien. Parmi ses bâtiments remarquables, on peut citer le Centre Georges Pompidou à Paris (avec Richard Rogers, 1977), The Shard à Londres (2012) et le Whitney Museum of American Art à New York City (2015). Il a remporté le prix d’architecture Pritzker en 1998.

Table des matières

Biographie de Renzo Piano

Piano est né à Gênes, dans une famille de constructeurs. Son grand-père avait créé une entreprise de maçonnerie, qui avait été agrandie par son père, Carlo Piano, et les trois frères de son père, pour devenir la société Fratelli Piano. L’entreprise a prospéré après la Seconde Guerre mondiale, en construisant des maisons et des usines et en vendant des matériaux de construction. Lorsque son père a pris sa retraite, l’entreprise était dirigée par le frère aîné de Renzo, Ermanno, qui a étudié l’ingénierie à l’Université de Gênes. Renzo a étudié l’architecture à l’Université Polytechnique de Milan. Il a obtenu son diplôme en 1964 avec une thèse sur la coordination modulaire (coordinazione modulare) sous la direction de Giuseppe Ciribini et a commencé à travailler avec des structures légères expérimentales et des abris de base.

Piano a enseigné à l’Université Polytechnique de 1965 à 1968, et a élargi ses horizons et ses compétences techniques en travaillant dans deux grandes sociétés internationales, pour l’architecte moderniste Louis Kahn à Philadelphie et pour l’ingénieur polonais Zygmunt Stanlislaw Makowski à Londres. Il achève son premier bâtiment, l’usine IPE de Gênes, en 1968, avec un toit en acier et polyester renforcé, et réalise la même année une membrane continue pour le revêtement d’un pavillon à la Triennale de Milan. En 1970, il reçoit sa première commande internationale, pour le Pavillon de l’Industrie Italienne de l’Expo 70 à Osaka, Japon. Il a collaboré avec son frère Ermanno et l’entreprise familiale qui a fabriqué la structure. Il était léger et original, composé d’acier et de polyester renforcé, et il semblait être à la fois artistique et industriel.

Renzo Piano
Renzo Piano

La structure d’Osaka de 1970 fut grandement admirée par l’architecte britannique Richard Rogers, et en 1971, les deux hommes décidèrent d’ouvrir leur propre cabinet, Piano et Rogers, où ils travaillèrent ensemble de 1971 à 1977. Le premier projet de l’entreprise a été le bâtiment administratif de B&B Italia, une entreprise italienne de meubles, à Novedrate, Como, Italie. Cette conception comportait un conteneur suspendu et une structure porteuse ouverte, les conduits de chauffage et d’eau à l’extérieur étant peints de couleurs vives (bleu, rouge et jaune). Ces caractéristiques inhabituelles ont attiré beaucoup d’attention dans le monde de l’architecture et ont influencé le choix des jurés qui ont choisi Piano et Rogers pour concevoir le Centre Pompidou.

Le Centre Pompidou et les premiers projets (1971-1977)

Centre Pompidou (1971-1977)

 

En 1971, Piano et Richard Rogers, trente-huit ans, en collaboration avec l’architecte italien Gianfranco Franchini, sont en compétition avec les grands cabinets d’architecture des Etats-Unis et d’Europe, et reçoivent la commande du projet le plus prestigieux de Paris, le Centre Georges Pompidou, le nouveau musée national français des arts du XXe siècle. Le prix a été une surprise pour le monde de l’architecture, car les deux étaient peu connus et n’avaient aucune expérience des musées ou d’autres structures majeures. Le New York Times a déclaré que leur design « renversait le monde de l’architecture ». Plus littéralement, il a littéralement tourné l’architecture à l’envers, puisque dans le nouveau musée, le cadre structurel apparent du bâtiment et les conduits de chauffage et de climatisation étaient à l’extérieur, peints en couleurs vives. L’escalier mécanique, dans un tube transparent, traversait la façade du bâtiment en diagonale. Le bâtiment a connu un succès étonnant, transformant entièrement le personnage en une section commerciale délabrée près du Marais à Paris, et faisant de Piano l’un des architectes les plus connus au monde.

Les médias ont qualifié le style de l’édifice de « high-tech », ce que Piano a contesté par la suite. « Beaubourg, dit-il, était une joyeuse machine urbaine, une créature qui aurait pu sortir d’un roman de Jules Verne, une sorte de bateau bizarre en cale sèche…. C’est une double provocation, un défi pour l’académisme, mais aussi une parodie de l’imagerie de la technologie de notre temps. Le considérer comme un objet high-tech est une erreur. »

Menil Collection (1981-87)

En 1977, Piano a mis fin à sa collaboration avec Rogers et a commencé une nouvelle collaboration avec l’ingénieur Peter Rice, qui avait participé à la conception du Centre Pompidou. Ils ont établi leurs bureaux à Gênes. L’un de leurs premiers projets a été un plan de réhabilitation du vieux port d’Otranto d’un site industriel en une attraction commerciale et touristique (1977). Leur premier grand bâtiment fut la Menil Collection, dans le musée d’art pour le collectionneur d’art Dominique de Menil. Les principales exigences du propriétaire pour ce bâtiment étaient d’utiliser au maximum la lumière naturelle à l’intérieur. Piano écrit : « Paradoxalement, la Collection Menil, avec sa sérénité, son calme, sa discrétion, est beaucoup plus moderne, scientifiquement parlant, que le Beaubourg. » Le bâtiment de la Collection Menil, aux formes cubiques simples, grises et blanches, est le contraire stylistique du Centre Pompidou. Les innovations technologiques ne s’expriment pas sur la façade, mais dans les systèmes high-tech mais discrets de volets, d’écrans et de climatisation qui permettent un éclairage maximum tout en protégeant contre la chaleur et la lumière intense du Texas.

Vieux Port de Gênes (1985-2001) et usine Lingotto de Turin (1983-2003)

Au milieu des années 1980, Piano et son entreprise se sont lancés dans une grande variété de projets en utilisant les technologies les plus avancées mais, contrairement au Centre Pompidou, avec la plus grande discrétion possible. Son pavillon portatif pour IBM (1983-1986) en est un exemple ; conçu avec Peter Rice, c’est un tunnel portatif léger pour les expositions. Il se composait d’une série de pyramides de polycarbonate soutenues par un cadre en bois, et pouvait être transporté dans un camion. Il a été conçu pour intégrer le paysage extérieur dans des expositions à l’intérieur. Il a conçu deux grands projets de reconstruction dans le nord de l’Italie : la réanimation du vieux port de sa ville natale, Gênes, et la transformation et la modernisation de la gigantesque et historique usine Fiat à Turin, en Italie. Pour l’usine Fiat, il a conservé l’énorme structure principale, y compris sa célèbre piste d’essai ovale pour automobiles sur le toit, mais a ajouté de nouvelles structures, y compris une salle de concert sous le bâtiment, un héliport, et un centre de conférence en verre bombé sur le toit. Il a poursuivi ses modifications et ses ajouts pendant deux décennies, sans détruire le noyau historique du bâtiment. Le plus récent était un musée pour la collection d’art de la tête de Fiat Giovanni Agnelli dans une élégante boîte en verre et en acier perchée sur le toit, comme s’il était sur le point de décoller ; il a été surnommé la « voûte de la banque volante ».

Piano a également réalisé un vaste programme de revitalisation du vieux port de Gênes pour le transformer d’une zone industrielle délabrée en centre culturel et touristique. Il a prolongé les rues pour donner accès au port, transformé les anciens bâtiments portuaires en bâtiments culturels et commerciaux, ajouté une bibliothèque, un aquarium et un auditorium, un jardin botanique en dôme de verre et une grue géante à plusieurs bras, sur le modèle des anciennes grues du port, qui hissent les visiteurs haut dans les airs pour une vue du port.

De plus, il a conçu le nouveau siège de son entreprise, le Renzo Piano Building Workshop (1989-91), sur une série de terrasses en escalier suspendues au-dessus de la Méditerranée à l’ouest de la ville. L’accès au bâtiment est assuré par un funiculaire à huit places qui monte et descend la colline en navettes.

Projets achevés 1991-2000

Aéroport international de Kansai (1991-1994)

En 1988, Piano and Rice a remporté un concours international pour la construction d’un nouvel aéroport sur une île artificielle dans le port d’Osaka, au Japon. Le terminal principal qu’il a conçu était extrêmement long (1,7 kilomètre), avec un profil très bas, de sorte que les contrôleurs de la tour de contrôle pouvaient toujours voir l’avion sur les pistes. Les tremblements de terre fréquents dans les îles japonaises ont nécessité des techniques de construction spéciales ; la structure est montée sur des joints hydrauliques qui s’adaptent aux mouvements du sol. Le long toit incurvé est recouvert de 82 000 panneaux d’acier inoxydable qui réfléchissent la lumière du soleil et est soutenu par des arcs de 83 mètres de long qui donnent une sensation d’ouverture.

Fondation Beyeler (1991-1997)

La Fondation Beyeler est un musée d’art privé à Riehen, près de Bâle, en Suisse, construit pour la collection d’art d’Ernst Beyeler. Bien qu’il ait ouvert ses portes la même année que le Guggenheim Bilbao de Frank Gehry, c’était exactement le contraire dans l’esprit. Il a été conçu, à la demande du fondateur, pour inspirer la tranquillité, avec des murs blancs, des planchers de bois clairs et de la lumière naturelle. Le mur séparant le musée de la route voisine construite en pierre de porphyre de Patagonie. également utilisé dans différentes parties du musée.

Centre culturel Jean-Marie Tjibaou, Nouméa, Nouvelle-Calédonie (1991-98)

Le Centre culturel Jean-Marie Tjibaou de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie (1991-1998), est l’une des œuvres les plus insolites de Piano. Projet commun de la Nouvelle-Calédonie et du gouvernement français, il vise à mettre en valeur la culture du peuple kanak. Le projet utilise une combinaison de matériaux traditionnels et modernes : du bois local, du verre et de l’aluminium. Le complexe est situé sur une étroite péninsule dans une lagune aux vents dominants. Piano a conçu une série d’écrans courbes en bois, de 9 à 28 mètres de haut, pour protéger les structures d’exposition, puis trois « villages » de structures ; un pour l’accueil et l’espace d’exposition ; un pour un auditorium et un centre des médias ; et un pour les fonctions de service. Les pavillons en bois cintrés, inspirés de l’architecture locale, ont une double peau de bois pour se protéger des intempéries, mais aussi pour laisser entrer la lumière du soleil. Bien qu’il soit consacré à la culture locale, certains bâtiments, en particulier l’imposant centre d’accueil, aux murs courbés et aux flèches en bois, sont d’une forme remarquablement postmoderne.

Parmi ses autres projets commencés dans les années 1990, on peut citer le Musée de la Nouvelle Métropole d’Amsterdam, qui devint plus tard le musée des sciences et de la technologie NEMO (1992-1997), situé au bord du port et ressemblant à la coque d’un énorme navire ; le Parco della Musica, un complexe de salles de concert à Rome (1994-2002), toutes complètement différentes les unes des autres, et à cette époque il était difficile de distinguer un élément spécifique ou style définissant son architecture, à part le soin de la réalisation et du détail.

Potsdamer Platz, Berlin (1992-2000)

La Potsdamer Platz est une place historique au cœur de l’Allemagne berlinoise, qui avait été en grande partie détruite pendant la deuxième guerre mondiale, puis divisée par le mur de Berlin entre Berlin-Est et Berlin-Ouest. Lorsqu’une importante reconstruction a été entreprise en 1990, Piano a été choisi pour concevoir les nouveaux bâtiments sur cinq des quinze sites du projet, avec l’exigence que les bâtiments aient des toits en cuivre, des façades en verre clair et des matériaux de couleur terre cuite. Parmi les autres architectes engagés dans ce vaste projet figurent Rafael Moneo, Arata Isozaki et son ancien associé, Richard Rogers. La pièce maîtresse du projet de Piano était le bâtiment Debis, composé de quatre bâtiments de tailles différentes mais de style identique. Les éléments distinctifs comprennent un atrium de 28 mètres de haut et une tour de 21 étages dont les façades est, sud et ouest sont recouvertes de doubles parois de verre séparées par 70 centimètres, ce qui réduit les besoins en climatisation et en chauffage. Le complexe comprenait également un cinéma IMAX, un restaurant et des boutiques. La coupole de 36 mètres du théâtre IMAX était visible de loin et aussi de la rue, à travers le verre clair de la façade. Piano a écrit dans The Disobedience of the Architect (2004) qu’il a essayé d’adapter son architecture à la personnalité d’une ville. « Les Berlinois ont l’habitude de vivre dehors et d’une certaine forme de convivialité. » La nouvelle Potsdamer Platz a été conçue pour capter le « sens de la gaieté, le sens de l’humour…. Pourquoi une ville devrait-elle être démoralisante ? La beauté d’une ville, c’est qu’elle est un lieu de rencontres et de surprises. »

Potsdamer Platz
Potsdamer Platz

Aurora Place, Sydney, Australie (1996-2000)

Aurora Place à Sydney, Australie (1996-2009) est composé de deux tours, un immeuble résidentiel de dix-huit étages à côté d’un immeuble de bureaux de quarante et un étages avec des façades différentes mais des pare-soleils en métal et en verre similaires sur les toits. La tour inférieure était un des premiers exemples des immeubles résidentiels de luxe construits par des architectes de renom dans le centre des grandes villes, qui sont devenus très populaires au début du 21e siècle. La tour de bureaux a une forme discrètement particulière ; la façade est dépasse légèrement de sa base et atteint sa largeur maximale aux étages supérieurs. La forme courbée et tordue de la façade est fait écho à celle de l’Opéra de Sydney sur le port. Le mur-rideau extérieur en verre s’étend au-delà du cadre principal, créant l’illusion que le mur est indépendant du bâtiment. Ses volets extérieurs en verre peuvent être ouverts pour la ventilation, et Piano a conçu une peau extérieure combinant verre et céramique pour réguler l’intensité du rayonnement solaire. L’immeuble de bureaux a des jardins d’hiver intérieurs à chaque étage, et des carreaux de céramique de couleur terre donnent une touche de couleur à la façade.

Projets achevés 2001-2009

Auditorium Niccolo Paganini (1997-2001)

L’Auditorium Niccolo Paganini est une salle de concert construite dans une ancienne sucrerie du centre historique de la ville de Parme, en Italie. Le théâtre dispose de 780 places assises placées sur une pente pour une visibilité maximale de la scène. Piano a conservé les murs extérieurs d’origine du bâtiment principal, mais a enlevé les murs intérieurs transversaux et les a remplacés par des murs en verre, de sorte que tout l’intérieur est visible de l’extérieur, et ceux à l’intérieur peuvent voir le parc à l’extérieur du théâtre.

Maison Hermès (1998-2001)

La Maison Hermès dans le quartier commercial de Ginza à Tokyo est le magasin phare au Japon de la marque de luxe française. Le bâtiment de dix étages, sur trois étages sous terre, comprend un espace d’exposition et un petit musée sur l’histoire de l’entreprise. Le bâtiment est très géométrique, d’une hauteur de 44,55 mètres précisément, avec une façade composée de 13.000 pièces de verre de 45 centimètres sur 45 centimètres chacune. Les panneaux de verre ont été fabriqués à Florence, en Italie, et placés dans des supports fabriqués en Suisse, pour être assemblés au Japon. Chaque pièce de la façade est conçue pour pouvoir se déplacer de quatre millimètres afin de résister aux tremblements de terre. Lorsqu’il est illuminé une nuit, le bâtiment est destiné à ressembler à une « lanterne magique ».

Auditorium du Parco della Musica (1994-2002)

Le Parco della Musica est le complexe de salles de concert situé dans le quartier de Rome qui a accueilli les Jeux Olympiques d’été de 1960. Le parc compte trois théâtres, le plus grand avec 2800 places assises ; une fois terminé, c’était la plus grande salle de concert symphonique d’Europe. Piano a reconnu que son inspiration pour le plan intérieur était les sièges de style viticole, placés autour de l’orchestre, de la Philharmonie de Berlin par Hans Sharon. Les trois salles de concert en brique couvertes de ce que le critique du New York Times, Sam Lubell, a décrit comme « des coquilles d’acier à l’effigie d’un tatou », qui semblaient impossibles à photographier mais en personne étaient « belles » ; et ont noté que les salles « à l’intérieur sont lourdes de bois, de tissus et d’élégance typique du Piano ». Il a qualifié l’ensemble du complexe de « trompeusement simple mais intelligent ».

Centre de sculpture Nasher (1999-2003)

Au cours de la première décennie du XXIe siècle, une vague de nouveaux musées d’art ou d’ailes de musées ont été construits pour abriter les collections des riches mécènes. Piano, qui construisait des musées d’art depuis 1977, était l’un des concepteurs les plus actifs et les plus créatifs de ces nouveaux bâtiments ; bien que les exigences et les collections étaient souvent similaires, il réussissait généralement à donner à chaque musée un aspect et une personnalité distincts. Le Nasher Sculpture Center de Dallas, Texas, a été financé à hauteur de 60 millions de dollars par Raymond Nasher, qui avait fait fortune en développant des centres commerciaux, pour exposer sa collection de sculptures modernes, qui comprend des œuvres d’Auguste Rodin, Joan Miro, Henri Matisse et Alberto Giacometti. Le bâtiment est de forme très simple, comme sa première collection Menil à Houston, Texas, et ne détourne pas l’attention des sculptures ; six murs de marbre travertin avec un plafond de verre qui filtre la lumière définissent cinq longues galeries, tandis qu’à l’extérieur un jardin de sculptures en contrebas est placé à quatre ou cinq mètres sous le niveau de la rue, à l’abri du bruit donnant l’aspect d’une excavation archéologique envahissante.

Zentrum Paul Klee (1999-2005)

Le Zentrum Paul Klee près de Berne, Suisse (1999-2005), a poursuivi sa série de musées d’art très différents les uns des autres. Il a été conçu en grande partie pour protéger les dessins fragiles de Paul Klee de la lumière du soleil. Il était logé dans une série de galeries ressemblant à des collines vallonnées de la campagne suisse. Piano a expliqué que la forme des galeries s’inspirait de l’architecture navale et des coques des navires, qui étaient adaptées à la forme des vagues comme son bâtiment était adapté au paysage.

Agrandissement du High Museum of Art (1999-2005)

Le bâtiment original du High Museum of Art d’Atlanta, en Géorgie, conçu par Richard Meier et inspiré de la forme du Guggenheim Museum de New York de Frank Lloyd Wright, a ouvert ses portes en 1983. Le projet de Piano a ajouté quatre nouvelles structures : un pavillon pour les expositions, une galerie pour les collections spéciales, un bâtiment pour les bureaux et un dortoir pour le Atlanta College Of Art, créant 16 000 mètres d’espace supplémentaire. Le nouveau bâtiment et le bâtiment d’origine sont d’un blanc éclatant. Un pont de verre à deux niveaux relie le pavillon principal à la partie originale du musée. La gestion soignée de la lumière extérieure est une caractéristique particulière des bâtiments de Piano ; les rangées de panneaux courbes en forme d’éventail du High Museum Extension sur la façade et sur le plafond intérieur filtrent la lumière du soleil. Du parvis extérieur, la façade blanche donne l’impression que le bâtiment n’a aucun poids.

Rénovation et agrandissement de la Morgan Library (2000-2006)

L’extension de la Morgan Library à New York City se trouve à côté de la bibliothèque originale, un monument d’architecture Beaux-Arts conçu par McKim, Meade et White (1903), qui avait été agrandi plusieurs fois. Piano a rénové en profondeur les structures existantes et a construit un nouveau bâtiment de la même hauteur que le bâtiment historique, avec une simple façade rectanguale qui le complète. Il a également ajouté un cube de six mètres comme petit espace d’exposition, un auditorium souterrain de 199 places et un atrium aux murs de verre qui réunissait toutes les parties, l’ancienne une nouvelle. Le critique d’architecture du New York Times, Nicolai Ouroussoff, a écrit :  » le résultat est un espace avec le poids de l’histoire et la légèreté des nuages… une expression sublime de la préoccupation de l’architecte pour la lumière « .

New York Times Building (2000-2007)

Le New York Times Building, à l’angle de la 8th Avenue et du Times Square à New York, était en construction au moment des attentats terroristes du 11 septembre 2001. Son achèvement a été considéré comme le symbole de la foi inébranlable dans l’avenir des gratte-ciel de New York. Le design de Piano a été choisi à l’issue d’un concours auquel ont participé des projets de Norman Foster, Frank Gehry et Cesar Pelli. Le règlement du concours exigeait un bâtiment aussi ouvert et transparent que possible, pour symboliser le lien entre le journal et la ville. Les six premiers étages sont occupés par un atrium avec des restaurants, des magasins et un centre de conférences. L’élément distinctif de la tour est le mur-rideau en verre clair à l’extérieur de la façade, qui s’élève plus haut que la façade elle-même. Le rideau est composé de verre clair et d’un cadre de tubes en céramique suspendus à 61 centimètres de la façade ; il sert d’écran solaire, éliminant ainsi le besoin de verre teinté ou fritté.

Rénovation et extension de la California Academy of Sciences, San Francisco (2000-2008)

En 1989, après qu’un tremblement de terre eut endommagé les anciens bâtiments de leur musée, les administrateurs de la California Academy of Sciences ont décidé de reconstruire l’ensemble de leurs douze bâtiments, dont un aquarium, un planétarium et un musée d’histoire naturelle, situés à Golden Gate Park à San Francisco. Le plan de Piano prévoyait « un ensemble de volumes sous un même toit, un peu comme un village ». Le toit lui-même, d’une superficie de 1,5 hectare, était recouvert de végétation et se fond dans le parc environnant. La façade de l’édifice s’harmonise harmonieusement avec la serre voisine du début du siècle qui est un repère du parc. Trois coupoles sont placées sous le haut toit, plafond, éclairées par la lumière naturelle à travers des hublots ronds sur leurs toits ; elles contiennent le hall d’entrée, un jardin botanique, et un planétarium. Le New York Times a décrit la conception du nouveau bâtiment par Piano comme un « rappel réconfortant de la fonction civilisatrice du grand art à l’époque de la barbarie ».

Aile moderne du Art Institute of Chicago (2000-2009)

En 2000, la ville de Chicago a lancé un important programme de bâtiments culturels dans le Millennium Park avec une nouvelle salle de concert de Frank Gehry et une nouvelle aile de l’Art-arts building Institute of Chicago. Avec sa construction en verre, en acier et en pierre blanche, la nouvelle aile est soigneusement harmonisée avec l’ancienne structure et, comme ses autres musées d’art, utilise au maximum la lumière naturelle. Un écran solaire horizontal sur le toit, surnommé le « tapis volant », est une gracieuse mise à jour de son musée d’art sur le toit de l’usine Lingotto à Turin.  Il a également conçu un pont en acier minimaliste de 190 m (620 pieds) reliant la terrasse de sculptures du musée au Millennium Park. Nikolai Ouroussof, critique du New York Times, a noté que certains aspects du bâtiment rappelaient l’œuvre de Ludwig Mies van der Rohe, qui avait fait beaucoup de sa carrière à Chicago. « Les formes tendues et les détails raffinés, l’élévation d’une esthétique industrielle à une forme d’art sont autant de caractéristiques de l’œuvre de Mies. » Mais il a noté en particulier la maîtrise de Piano de la lumière à l’intérieur de l’édifice : « …c’est la lumière que la plupart des gens remarqueront…. Le toit vitré des galeries de l’étage supérieur repose sur de délicates fermes en acier. Des rangées de lames blanches reposent sur les fermes pour filtrer la forte lumière du sud ; de minces panneaux de tissu adoucissent la vue d’en bas…. Par un après-midi dégagé, vous pouvez apercevoir de faibles aperçus à travers le cadre structurel des nuages qui dérivent par le ciel. Mais la plupart du temps, l’art prend le devant de la scène, tout le reste s’efface discrètement en arrière-plan. C’est ce raffinement obsessionnel qui élève la meilleure architecture de M. Piano au niveau de l’art. »

Projets achevés de 2010 à aujourd’hui

The Shard, Londres (2000-2010)

Le Shard, construit au-dessus de la station de métro du London Bridge, a soixante-six étages et 305 mètres de haut, ce qui en a fait, une fois achevé en 2012, le plus haut gratte-ciel d’Europe (en 2017, il était le plus haut bâtiment de l’Union européenne mais a été dépassé en hauteur par trois tours à Moscou). A l’intérieur, il abrite des résidences de luxe et un hôtel, ainsi que des bureaux, des boutiques, des restaurants et des centres culturels. Il a une large base et une pointe de pinacle fendue qui semble disparaître dans les nuages, comme le décrit Piano, comme « un clocher du 16ème siècle, ou le mât d’un grand navire… Souvent les bâtiments de grande hauteur sont des symboles agressifs et arrogants de pouvoir et d’égoïsme », mais le Shard est conçu « pour exprimer sa présence nette et légère dans le paysage urbain de Londres ». Comme ses autres grands bâtiments, l’écran solaire en verre à l’extérieur s’étend légèrement au-dessus du bâtiment lui-même, semblant se fendre en deux au sommet. Comme on pouvait s’y attendre, la réaction critique à l’égard de la tour a été mitigée. Simon Jenkins, du Guardian of London, voyait cela comme une attaque étrangère contre l’horizon et les monuments traditionnels de Londres : « Cette tour est anarchique. Il n’est conforme à aucune politique de planification. Il ne marque pas de point de mire architectural ou de point de repère. Il n’offre aucun forum ou fonction civique, seulement des appartements et des hôtels de luxe. Il se distingue du cluster de la ville et ne tient pas compte du contexte qui l’entoure en termes d’échelle, de matériaux ou de présence au sol. Il semble avoir perdu son chemin de Dubaï à Canary Wharf….The Shard a tailladé le visage de Londres pour toujours. » Cependant, Jonathan Glancy dans le London Telegraph a défendu le bâtiment de Piano : « La critique – lancée contre Piano comme les lances des anciens Britanniques luttant contre les Romains civilisés – est, je pense, une attaque embouteillée contre nos faibles normes de conception et contre la politique des coléoptères qui ont permis à tant de grands bâtiments pauvres d’avoir été érigés autour de St Paul’s. Le Tesson, quels que soient ses défauts – et tous ses nombreux étages – est un bien meilleur bâtiment que la plupart des flocons en dessous. »

Central Saint Giles, Londres (2002-2010)

Le Central Saint Giles à l’extrémité extrême d’Oxford Street à Londres (2002-2010) est un complexe composé de 56 appartements de luxe, 53 appartements moins chers et 37.000 mètres carrés de bureaux regroupés autour d’un squad public avec magasins et restaurants, couvrant 7000 mètres carrés. Le site était à l’origine occupé par un bâtiment du ministère de la Défense. Une tour de quinze étages abrite les 109 résidences, tandis que les bureaux se trouvent dans un bâtiment plus grand de onze étages à l’est. L’élément distinctif est la couleur ; les bâtiments sont recouverts de tuiles de céramique vernies en vert, orange, vert lime et jaune. « Les villes ne doivent pas être ennuyeuses et répétitives », a déclaré Piano. « Une des raisons pour lesquelles nous les trouvons si belles et intéressantes est qu’elles sont pleines de surprises ; même l’idée de couleur représente une surprise joyeuse. »

Los Angeles County Museum of Art (BCAM et Resnick Pavilion), Los Angeles (2003-2010)

Mandaté pour concevoir une « transformation » du Los Angeles County Museum of Art, Piano a conçu un nouveau bâtiment, le Broad Contemporary Art Museum au LACMA (BCAM) (2008), d’une superficie de 5574 mètres carrés, ainsi que le BP Grand Entrance, un pavillon d’entrée de 750 mètres carrés, le Lynda and Stewart Resnick Exhibition Pavilion (2010). La façade du BCAM est en béton recouvert de plaques de travertin italien de couleur crème, s’harmonisant avec les bâtiments plus anciens du complexe muséal, mais ajoutant des touches de piano distinctives ; des volets roulants blancs en forme d’ailettes sur le toit atténuent la lumière du soleil, un escalier roulant rouge à l’extérieur de la façade principale et un escalier suspendu par des câbles rouges sur l’autre façade, rappelant le Centre Pompidou. Le pavillon Resnik, au nord de la BCAM, a 4180 mètres carrés d’espace, avec des murs couverts de travertin à l’est et à l’ouest, des murs de verre au nord et au sud, et un toit à volets verticaux en verre qui s’ouvrent vers le ciel. En décrivant ce projet, Piano écrit : « Il ne suffit pas que la lumière soit parfaite. Vous avez aussi besoin de calme, de sérénité, et même d’une qualité de volupté liée à la contemplation d’une œuvre d’art. » Nicolai Ouroussoff, critique d’architecture du New York Times, admirait l’intérieur du BCAM mais était moins impressionné par l’extérieur : « Il y a peu de liberté formelle au cœur de l’héritage architectural de la ville, et il n’y a pas non plus beaucoup de preuves du raffinement structurel auquel on s’attend dans les meilleures œuvres de M. Piano. La forme monumentale en travertin du musée et les escaliers extérieurs rouge à lèvres sont un curieux mélange de pomposity et de références pop-culture. C’est une architecture sans conviction. »

Astrup Fearnley Museum of Modern Art, Oslo, Norvège (2006-2012)

L’Astrup Fearnley Museum of Modern Art d’Oslo, Norvège (2006-2012) a été conçu pour redonner vie à une ancienne zone portuaire et industrielle au sud-ouest du centre d’Oslo avec un musée d’art et des bureaux, et pour offrir une destination et une attraction sur le bord du fjord. Le projet comprend trois bâtiments, deux bâtiments de musée et un immeuble de bureaux, sous une même verrière, d’une superficie de 6000 mètres carrés. Les matériaux de construction comprennent des poutres en acier et en bois. Un canal et une passerelle relient le musée à une autre zone en cours d’aménagement à proximité, tandis que le musée et la passerelle offrent une vue sur le fjord et le centre d’Oslo. Un parc de sculptures avec des œuvres d’Anish Kapoor, Louise Bourgeois et d’autres sculpteurs de renom est situé entre le musée et l’eau. Le bâtiment du musée d’un côté du canal abrite des expositions permanentes, tandis que celui de l’autre côté sert d’exposition temporaire. Un pont sur le canal les deux bâtiments du musée. Les matériaux de construction sont l’acier, le verre et les poutres en bois, tandis que les façades Les façades qui ne sont pas en verre sont recouvertes de panneaux finement façonnés, dans la tradition de l’architecture scandinave.

Agrandissement du Kimbell Art Museum, Fort Worth, Texas (2007-2013)

L’agrandissement du Kimbell Art Museum à Fort Worth, Texas (2007-2013) s’ajoute au musée conçu par Louis Kahn, l’architecte moderniste pour lequel Piano a travaillé au début de sa carrière, terminée en 1972. Le bâtiment fait face au Musée d’art moderne de Fort Worth, conçu par Tadao Ando (2002). La nouvelle galerie occupe 7 595 mètres carrés, contre 11 148 mètres carrés pour le bâtiment Kahn, et a coûté 135 millions de dollars. Piano a créé une nouvelle entrée spectaculaire pour le musée, avec de grandes fenêtres montrant le mobilier rouge vif contre les murs blancs en albâtre à l’intérieur. Les matériaux utilisés dans le nouveau musée comprenaient du béton clair, pour s’harmoniser avec le bâtiment Kahn, combiné avec des poutres et des plafonds en sapin Douglas, et des planchers en chêne blanc et une abondance de verre double vitrage et fritté. Le musée comprend également des éléments écologiques modernes, dont un toit végétal, des cellules photovoltaïques sur le toit, des puits géothermiques et un éclairage LED. Piano écrit : « Notre bâtiment fait écho au bâtiment Kahn par sa hauteur, son échelle et son plan général, mais notre bâtiment a un caractère plus transparent et plus ouvert. Léger, discret (la moitié des surfaces sont souterraines), il a néanmoins son caractère propre et crée un dialogue entre l’ancien et le nouveau. » Cependant, le musée a également attiré des critiques, qui ont dit qu’il n’était pas assez ambitieux. Mark Lamster, critique d’architecture du Dallas Morning News, a écrit : « Avec ses murs presque incroyablement lisses et ses colonnes carrées en béton traité au titane, la façade avant de Piano échappe à un perfectionnisme clinique et stoïque…. ». Dans l’ensemble, l’assemblage est un petit miracle de la construction. Les plus impressionnantes sont les poutres : des barres de sapin de Douglas lamellé-collé de 100 pieds de long, transportées par camion du Canada. Mais malgré toute sa maîtrise technique, il n’offre rien de la majesté élémentaire de l’édifice de Kahn sur la pelouse. Elle est déférente à l’égard d’une faute. »

Whitney Museum of American Art, New York City (2007-2015)

Le Whitney Museum of American Art a décidé de déménager de son bâtiment d’origine sur Madison Avenue, construit par Marcel Breuer en 1966, à un nouvel emplacement à l’angle de Gansevoort et Washington à Manhatttan, un quartier autrefois occupé par des abattoirs, près de la High Line, une autoroute et un parc en bordure de rivière. Le musée, sur neuf niveaux, présente un aspect industriel asymétrique en harmonie avec l’architecture du quartier. En plus de ses galeries intérieures, il dispose de 1207 mètres carrés d’espace d’exposition en plein air sur une grande terrasse située sur une section du bâtiment. Il a été construit en acier, en béton et en pierre, mais aussi en bois de pin et autres matériaux recyclés provenant d’usines démolies. Jule Iovine, critique d’architecture du Wall Street Journal, l’a qualifié de « machine accueillante et créative » grâce à ses « espaces ouverts et changeants », et Michael Kimmelman, critique du New York Times, l’a qualifié de « perchoir extérieur pour voir et être vu… L’architecture est généreuse, l’art s’attache à la ville et inversement ».

The Harvard Art Museums, Cambridge, Massachusetts (2008-2014)

À partir de 2008, Piano a reconstruit une structure existante pour abriter les Harvard Art Museums, un regroupement des collections des trois musées d’art associés à l’Université Harvard. Le nouveau musée a conservé la pittoresque façade en brique de la Ivy-League du Sackler Museum de 1925 (1925), mais a ajouté un nouvel espace dans la cour, couverte d’un toit pyramidal en verre, ce qui a augmenté l’espace de la galerie de 40 %. La rénovation ajoute six niveaux de galeries, de salles de classe, d’amphithéâtres et de nouveaux espaces d’étude donnant accès à des parties de la collection de 250 000 pièces des musées. Le nouveau bâtiment a été inauguré en novembre 2014.

Porte de La Valette et Maison du Parlement (2011-2015)

Le projet  » City Gate  » à La Valette (Malte) a consisté en la réorganisation complète de l’entrée principale de la capitale maltaise, La Valette. Il comprenait une énorme porte de la ville à travers les remparts du XVIe siècle, une  » machine  » de théâtre en plein air dans les ruines de l’ancien Royal Opera House, et la construction d’un nouveau bâtiment du Parlement. Le projet de porte était controversé, bien que l’ancienne porte qu’il a remplacée n’ait été construite que dans les années 1960, dans le style rationaliste italien. L’idée originale était qu’en été, un théâtre portatif en acier avec scène et ailes et un millier de places assises pouvait être installé dans les ruines de l’opéra du 19e siècle, détruit pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle dispose de son propre équipement scénique et de sa propre technologie pour reproduire l’acoustique d’un opéra traditionnel. En l’absence de représentations, la « machine » devait redevenir une place publique et un lieu de rassemblement. La Maison du Parlement (2011-2015) est un mélange de technique moderne et de technologie avec l’aspect massif de pierre des vieux murs de la ville.

Centro de Arte Botín, Santander, Espagne (2012-2017)

Le Centro Botín de Santander, en Espagne, est un projet parrainé par la Fundación Botín qui a pour but d’être une plaque tournante pour la promotion de la culture en tant que musée et centre d’études. Il se compose de deux bâtiments s’élevant sur des colonnes au-dessus de la ligne de mer dans la baie de Santander. Le bâtiment ouest abrite l’espace d’exposition de 5.000 mètres carrés et le bâtiment est dédié à l’étude qui abrite un auditorium, des salles d’étude et d’autres installations. Les deux sont reliés par un carré suspendu et un ensemble d’escaliers et de plates-formes appelés « pachinko ». C’était le premier projet de Piano en Espagne et son emplacement a suscité une certaine controverse. Les critiques décrivent le bâtiment comme sublime et frappant en raison de la conjonction de la lumière, des vues et du design que les bâtiments proposent.

Centre culturel de la Fondation Stavros Niarchos, Athènes, Grèce (2016)

Le Centre culturel de la Fondation Stavros Niarchos (SNFCC) à Athènes, en Grèce, est l’un des projets les plus dramatiques de Piano. Situé près de Falirio Bay à Kalithea, un ancien port grec, à quatre kilomètres au sud du centre d’Athènes, sur un site qui a servi de parking pour les Jeux Olympiques d’été 2004, il combine la Bibliothèque nationale grecque et un nouvel opéra pour l’Opéra national grec avec le Parc Stavros Niarchos, un parc urbain couvrant une zone de 210.000 mètres carrés. Une colline artificielle a été créée pour surélever le bâtiment et lui donner une vue sur la mer voisine. L’opéra dispose d’un théâtre principal de 1400 places et d’un petit théâtre « boîte noire » de 400 places. Au sommet de l’opéra est placée une boîte carrée horizontale en verre, appelée Pharos (phare), semblable à la perche du musée d’art au sommet de l’usine Lingotto à Turin. L’ensemble de la structure est couvert par un toit plat unique, qui fournit de l’ombre, et qui est couvert de 10.000 mètres carrés de cellules photovoltaïques, générant 1,5 mégawatts d’énergie, conçu pour le bâtiment autosuffisant en énergie pendant les heures de travail. Le coût du projet était de 588 millions de dollars.

Projets en construction ou en développement

  • Jerome L. Greene Science Center for Mind Brain Behavior. in the new Manhattanville Campus of Columbia University in Harlem, New York City, (avec SOM). Outre le centre scientifique de Greene, le RPBW construit le Lenfest Center for the Arts, le Forum et la School of International and Public Affairs.
  • Academy Museum of Motion Pictures à Los Angeles, une conversion de l’ancien May Company Department Store (1939), un point de repère Art Déco (ouverture prévue en 2018).
  • Plan directeur Sesto San Giovanni, Milan, Italie (2004-)
  • Une tour du port de Sydney à Sydney, Australie
  • Tour Transbay au 555, rue Howard, à San Francisco, avec 255 chambres d’hôtel et 69 unités résidentielles La construction pourrait commencer en 2018.
  • Sauerkrause Gateway Center au 1459 Grand Avenue, West Des Moines, Iowa. Siège social de Kum & Go.
  • 565 Broome au 565 Broome St., un immeuble résidentiel de 30 étages à deux tours dans le quartier ouest de Soho à Manhattan, a ouvert ses portes en décembre 2015 et devrait être achevé en 2018. Il s’agit de la toute première structure résidentielle de Piano à New York.
  • Siège social de Kum & Go, Des Moines, Iowa (Iowa)
  • Nouveau palais de justice de Toronto, Toronto (Ontario). Début des travaux de construction à la fin de 2018.
  • Float Office Building, Düsseldorf, Allemagne, à terminer en 2018,
  • Il a été annoncé que la firme de piano s’associerait avec une firme de Baltimore pour concevoir l’Institut Agora de la Fondation Stavros Niarchos sur le campus de l’Université Johns Hopkins.

Prix et distinctions

  • En 1998, Piano remporte le prix Pritzker, souvent considéré comme le prix Nobel d’architecture. La citation du jury compare Piano à Michel-Ange et da Vinci et lui attribue « la redéfinition de l’architecture moderne et postmoderne ».
  • En 2006, Piano a été sélectionné par TIME comme l’une des 100 personnes les plus influentes au monde. Il a été choisi comme la 10e personne la plus influente dans la catégorie « Arts et spectacles ».
  • Le 18 mars 2008, il est devenu citoyen honoraire de Sarajevo (Bosnie-Herzégovine).
  • En août 2013, il a été nommé sénateur à vie au Sénat italien par le président Giorgio Napolitano.

Récompenses

  • 1989, Médaille royale d’or
  • 1990, Cavaliere di Gran Croce Ordine al Merito della Repubblica Italiana
  • 1990, Prix Kyoto
  • Ordre italien du Mérite pour la Culture et l’Art, 28 mars 1994
  • 1995, Prix Erasmus
  • 1995, Praemium Imperiale
  • 1998, Prix d’architecture Pritzker.
  • 2002, Médaille d’or de l’Union internationale des architectes#UIA.
  • 2004, doctorat honorifique de l’Université Columbia, New York
  • 2006, Médaille d’or pour l’architecture italienne, Milan
  • 2008, Médaille d’or de l’AIA
  • 2008, Prix Sonning
  • 2013, élu à la National Academy of Design à New York City
  • 2017, Chevalier Grand-Croix de l’Ordre Civil d’Alphonse X, le Sage

Sa vie professionnelle et personnelle

Piano a fondé le Renzo Piano Building Workshop (RPBW) en 1981. En 2017, elle comptait cent cinquante collaborateurs dans ses bureaux de Paris, Gênes et New York.

En 2004, il prend la direction de la Fondation Renzo Piano, dédiée à la promotion de la profession d’architecte. Depuis juin 2008, le siège social est situé avec son bureau d’architecture à Punta Nave, près de Gênes.

Piano réside à Paris avec sa femme Milly et leurs quatre enfants, Carlo, Matteo, Lia et Giorgio.

Laisser un commentaire